Le futur de Wisconsin-Milwaukee se joue dans les prochains jours, avec la quête d'un nouvel entraineur au pire des moments.

La semaine dernière a été particulièrement chargée au niveau du marché des entraîneurs en basketball universitaire.

L’emblématique head coach d’Ohio State, Thad Matta, n’est plus à la tête des Buckeyes et Chris Holtmann a pris sa place. L’effet domino continuant de plus belle, LaVall Jordan, l’entraîneur de Wisconsin-Milwaukee, a décidé de prendre le poste laissé vacant par Holtmann à Butler. Ce qui laisse son ancienne équipe dans une situation très délicate. Coup d’oeil sur les prochains jours et semaines que connaîtront les Panthers.

On ne parle pas beaucoup du programme de Wisconsin-Milwaukee pour une raison simple : les résultats ne sont pas là. Le programme est dans une période de reconstruction qui voyait un peu le bout du tunnel avec LaVall Jordan. Malgré un bilan de 11 victoires pour 24 défaites sur la saison passée et une dernière place dans l’Horizon League, il y avait de quoi entrevoir un futur prospère pour l’équipe après cette première saison sous l’ère LaVall Jordan.

Mais voilà, tout s’est arrêté brusquement avec le départ de celui qui devait redresser l’équipe.

On le répète mais recruter un entraîneur est délicat. C’est un processus complètement différent de celui des prospects sortant du lycée. Il est très difficile de déloger un entraîneur avec un bon CV en période d’inter-saison… Alors je ne vous parle pas quand on se retrouve sans un head coach à la mi-juin, une époque où certaines équipes ont déjà repris le chemin de l’entraînement. C’est un véritable parcours du combattant qui va attendre Milwaukee et ce n’est pas cadeau.

Les prochaines semaines vont être déterminantes pour la suite du projet de Wisconsin-Milwaukee pour la pérennité du programme. Et on se met à la place d’un fan, cela ne doit pas être la fête en ce moment.

Que va-t-il se passer maintenant ? Première étape : trouver rapidement un entraîneur.

Forcément, les anciens assistants de LaVall Jordan seront vraisemblablement dans la short-list de l’université. La situation interne est souvent privilégiée (à juste titre) dans ce genre de cas aussi tardif. Mais attention si le processus persiste, cela risque d’avoir une mauvaise influence sur les joueurs en place.

LaVall Jordan a réussi un joli recrutement sur la promotion 2017. Mais voilà, les prospects qui ont donné leur accord pour jouer à Wisconsin-Milwaukee ne risquent pas d’apprécier cette situation. LaVall Jordan a vendu le projet comme jamais et voilà qu’il part après une saison ? Cela donne une mauvaise image du programme, même si l’offre de Butler, son ancien alma-mater, était difficile à refuser entre nous.

Wisconsin-Milwaukee a déjà connu cette situation ambiguë lors du licenciement à la fin de saison 2015-16 de Rob Jeter. Après ce départ, ce fut un véritable exode de talents. Des joueurs comme Jordan Johnson, Akeem Springs ou encore Austin Arians ont demandé leur transfert. Trois titulaires, trois cadres au sein du vestiaire qui partent, voilà comment résumer la saison de Wisconsin-Milwaukee et les 11 petites victoires qui ont suivi.

Du coup, on craint énormément que ce genre de situation ne se reproduisent dans les prochains jours. Perdre des joueurs d’expérience serait clairement une mauvaise nouvelle pour le programme et annoncera une nouvelle saison délicate. Le nouvel entraîneur devra être très convaincant pour essayer de garder ces joueurs mais aussi (et surtout) les freshmen qui arrivent sur le campus.

Nous ne sommes pas là pour refaire l’histoire, mais on se rappellera que lors de l’éviction de Jeter, le nom de T.J Otzelberger était mentionné pour prendre la tête du programme de basketball. Ce dernier avait même annoncé sa venue pour un retour dans son Etat natal. Mais voilà, à la surprise générale, c’est bien LaVall Jordan qui a eu le poste.

Ironie de l’histoire : T.J. Otzelberger a par la suite été nommé head coach à South Dakota State et dans la foulée… a connu la March Madness dès sa première saison !

Comme quoi, l’histoire d’un programme peut se jouer à très peu de choses. Wisconsin-Milwaukee devra se montrer très prudent dans l’approche des médias concernant l’annonce du futur entraîneur.

La situation est très préoccupante, si ce n’est précaire. Les prochains jours risquent d’être mouvementé. On espère de tout cœur que ce programme se reconstruise de la meilleure des manières pour être de nouveau compétitif au sein de l’Horizon League. Il y a deux ans, l’équipe terminait la saison avec 20 victoires et une participation à la grande danse de mars.

Mais cette époque semble très lointaine.