Pour la première édition de la chronique en football universitaire, parlons d'un jeune joueur de UCF nommé McKenzie Milton.

McKenzie Milton est natif de la splendide île d’Oahu, plus particulièrement de Kapolei. Très jeune déjà, il est fasciné par le football. Il rejoint le lycée de Mililani où il connait un succès immédiat et dès son année de sophomore, il devient le patron de l’attaque de son équipe.

C’est lors de sa saison de junior qu’il va réellement exploser, en portant quasiment à lui seul Mililani au titre de champion d’Etat, avec un bilan général parfait de 14 victoires en autant de match. Cette saison parfaite lui permet d’être le joueur offensif de l’année à Hawaii, le tout en faisant la une des journaux locaux.

Sa cote ne cessa de grimper hors de son Etat. Forcément, l’université d’Hawaii repère rapidement le prospect mais la lutte s’annoncer délicate. Air Force, Boise State et même des programmes comme Oregon ou encore UCF étaient dans la course. Mais voilà, une blessure le tient éloigné d’une bonne partie de sa saison de senior. Il n’aura disputé que sept rencontres en saison régulière, pour un total de 2.000 yards et 26 touchdowns dans les airs et 355 yards au sol avec 2 touchdowns. Il ne reviendra qu’en quarts de final des Playoffs d’Etat, avec un comeback assez tonitruant. En plus de mener son équipe à la victoire, McKenzie Milton lança pour 263 yards et 3 touchdowns dans cette rencontre. Il n’a malheureusement pas pu rééditer cet exploit lors du match suivant, résultant d’une défaite pour son lycée.

Il termina son cursus lycéen avec un total de 7.303 yards à la passe, 81 touchdowns et 65.5% de passes complétées en 34 rencontres disputées. Solide, le gamin. Cela lui vaut d’être classé en tant qu’un quarterback 3-étoiles par les sites de scouting, tout en devant le sixième meilleur joueur de son Etat.

Alors que tout le monde pense qu’il va prendre la relève du côté d’Hawaii à l’échelon supérieur, McKenzie Milton préfère rejoindre le soleil floridien et défendre les couleurs de UCF. Il marque l’histoire du programme en devenant le premier joueur hawaiien à rejoindre le campus des Knights à Orlando, en Floride. Il arrive déjà avec une étiquette et de la pression sur ses épaules. Tout ce qu’il voulait.

Son pari paye immédiatement puisque McKenzie Milton, dès sa saison de freshman, devient incontournable. Il débute dix matchs à la tête de UCF et complète 194 de ses 336 tentatives pour 1.983 yards et 10 touchdowns. Seule ombre au tableau : ses 7 interceptions, mais pour le reste, c’est très solide. L’impression est plutôt bonne et lorsque l’on creuse un peu plus, on se rend compte que cette saison de freshman est tout simplement… HIS-TO-RIQUE.

En effet, McKenzie Milton écrit son nom dans l’histoire du programme de football des Knights au niveau du nombre de passes réussies (194), mais aussi au niveau des yards gagnés (1.983) et au nombre de touchdowns (10). Ces deux derniers chiffres sont les quatrièmes meilleures performances pour un quarterback freshman dans l’histoire de UCF.

Mackenzie Milton est également devenu le premier quarterback freshman a débuté un match, face à Maryland, une première depuis 2010. Sur cette rencontre, il termine avec une feuille de 21/36 à la passe pour 260 yards et 2 touchdowns. De plus, lors de la rencontre opposant son équipe à Cincinnati, il a complété 13 passes d’affilée, deuxième meilleure performance de l’histoire de son programme.

Une bien belle année.

Ce qui impressionne chez ce jeune joueur, c’est qu’il possède une telle assurance et un tel leadership pour un freshman que cela en devient assez flippant. Il a connu un petit “rookie wall” pendant deux rencontres mais au final, on peut dire qu’il a sur répondre à toutes les attentes. Certains le comparent même à un certain Blake Bortles.

Un quarterback qui sait lire les défenses, reste patient dans sa poche et qui peut aussi bien gagner des yards avec ses jambes, c’est une petite touche de fraîcheur à UCF.

Forcément, lorsque l’on sort d’une saison aussi pleine, on est d’autant plus attendu au tournant. Nombreux sont les exemples de quarterback qui se sont révélés très bon dès leurs débuts, mais qui se sont essoufflés en deuxième année. De plus, rien n’est fait car UCF a recruté le talentueux Noah Vedral (classé avec 3-étoiles) pour faire un peu de concurrence. Mais McKenzie Milton a su tirer de cette concurrence, saine, pour élever encore son niveau de jeu pendant l’intersaison. C’est naturellement qu’il remporte la bataille des quarterback et sera titulaire pour la rencontre d’ouverture.

“La compétition a été rude, c’est clair. Mais je m’entends très bien avec Noah [Vedral] et ce fut une belle bataille. C’est un excellent joueur et cela n’a pas été de tout repos de garder ma place. Je suis content de revenir pour cette deuxième année avec le même statut que l’an dernier.

Cependant, je sais que l’attente envers moi est gigantesque. A la moindre erreur, si jamais j’enchaîne les mauvaises performances, je risque de me retrouver sur le banc. Cela change de la saison dernière et cela me motive encore plus.”

Le premier match de la saison face à FIU, a été une formalité pour UCF, qui l’emporte aisément sur le score de 61 à 17. Mais la mise en route a été un peu délicate, notamment sur le plan défensif. Ce ne fut pas le cas de l’attaque : McKenzie Milton affichait déjà une taille patron. Les huit premières passes sont complétées avec deux touchdowns à la clé dont un de 50 yards. Il terminera la rencontre avec 360 yards au compteur (record en carrière), 4 touchdowns et 1 interception, 16 passes complétées au total dont sept à plus de 20 yards… soit son total de l’an dernier.

“Je me sentais bien sur le terrain. Je pouvais lire facilement la défense et mes receveurs ont fait un énorme travail. Je devais prouver à tout le monde que j’étais l’homme de la situation, que la saison dernière n’était pas un accident. Ce n’est que le début d’une belle saison en perspective.”

Ce n’est que le premier match de la saison, avec une adversité faible. Mais on sent que McKenzie Milton a passé un cap en cette intersaison. Il est plus calme, a confiance en sa ligne offensive et sa mécanique de lancer est un peu plus rapide que la saison dernière.

Une chose est sûre : il faudra retenir le nom de McKenzie Milton car il continuera à créer des étincelles cette année et pour les années futures.