Alors que le début de saison a été lancé et que les équipes commencent à accumuler les matchs, il est temps de faire une petite rétrospective concernant certaines équipes que l’on n’a pas pu suivre le jour-j.

Je me suis attardé sur le match opposant NC State et Charleston Southern, pour voir un peu ce que propose le Wolfpack. Au final, c’est l’adversaire qui m’a bien plus et qui a les honneurs de cette chronique Zooming On. Parlons de la jeunesse flamboyante des Buccaneers.

Membre de la Big South Conference, Charleston Southern ne joue pas le haut de tableau. Il faut dire que des programmes comme Winthrop, UNC Asheville ou encore High Point sont plus à même de représenter la conférence au niveau national. Mais cela risque de changer d’ici quelques saisons puisque les Bucs possèdent un effectif très jeune, composé de 9 joueurs étant en première (la majorité) ou en deuxième année.

C’est aussi dans cette jeunesse que l’on trouve le meilleur joueur de l’équipe, le meilleur marqueur l’an dernier avec plus de 17 points de moyenne, le sophomore Christian Keeling.

Ce dernier est blessé et n’a pas participé aux deux premières rencontres de la saison. On promettait alors le pire pour Charleston Southern, qui se déplaçait sur le parquet de Davidson puis de NC State. La vérité du parquet a été bien différente des attentes.

Bon, le match d’ouverture face à Davidson, je ne l’ai pas vu, mais quand on regarde le score final, ça pique. 110 à 62, une déroute prévisible, malheureusement.

Puis, ce match face à NC State et ce fut un scénario bien différent du précédent. On a pu voir une équipe des Bucs assez prometteuse sur le papier, avec des freshmen qui n’hésitent pas à se montrer.

La jeunesse se traduit souvent, en basketball universitaire, avec un manque de constance dans le jeu. Ce fut le cas en première période : un 17-0 pour finir le premier acte, 21 points d’avance pour NC State, des regards qui fuient, une certaine frustration qui émane chez certains.

Puis, vous avez un autre visage, en deuxième période, celui de l’insouciance, de n’avoir peur de rien et une envie de tout casser. Quand vous affrontez une jeune équipe qui possède ce profil, vous savez que rien ne sera facile, surtout offensivement et c’est ce qu’à connu le Wolpack sur ce deuxième acte.

Il y a eu une prise de conscience générale dans les vestiaires, assurément. Terminé les pertes de balles anodines, cela défend de manière agressive sur demi-terrain et cela lâche les chevaux offensivement. Mais il est toujours difficile de remporter un match en perdant 24 ballons et Charleston Southern doit s’incliner sur le score de 78 à 56.

Dans cette défaite, la deuxième en autant de matchs, on a pu voir quelques joueurs élevés leur niveau de jeu.

Le premier, et celui qui m’a le plus impressionné pour son jeune âge, c’est l’arrière Phlandrous Fleming Jr. Gros scoreur, il a inscrit 17 points face à NC State avec une réussite à trois points assez convaincante. Il sera le parfait relais de Christian Keeling lorsque ce dernier reviendra. Le backcourt risque de prendre feu assez souvent si l’alchimie opère.

Le deuxième est un peu plus âgé, il s’agit du junior Travis McConico. Il est actuellement le meilleur marqueur de son équipe avec 15 points de moyenne, mais il apporte bien plus que du scoring. Il apporte de la tranquillité sur le parquet, avec un rôle de patron qu’il affectionne beaucoup. Il était au four et au moulin lors du gros run des Buccaneers en milieu de seconde période et nul doute qu’il continuera sur sa lancée.

En tout cas, il y en a un qui est pleinement satisfait du début de saison de son équipe, malgré les deux revers, il s’agit du head coach Barclay Radebaugh.

“En deux matchs, nous avons demandé à notre jeune groupe de jouer une valeur sûre chez les Mid-Majors et un programme ambitieux qui évolue dans la conférence la plus dense du pays (ACC). Nous avons répondu présent à la défense agressive proposée par NC State et j’en suis ravi.

La mise en route fut délicate mais après, nous avons été bien mieux. On perd encore trop de ballons mais on met ça sur le dos de la jeunesse. Je reste persuadé que si on avait limité nos pertes de balles en dessous des 15, le match aurait été plus serré que le score final.

Malgré tout, je suis heureux de mon équipe. Les jeunes soufflent ce vent de fraîcheur au sein de notre programme et influent ce dynamisme qui nous manquait cruellement ces dernières années. Tout est là, il nous manque juste la mise en place sur le parquet pour que cela fonctionne parfaitement. Le retour de Christian Keeling aidera à cela.”

Il sera difficile de voir Charleston Southern à la March Madness cette saison. Mais voilà, la reconstruction se passe plutôt bien pour ce programme et il risque de faire parler d’ici 2-3 ans une fois que tout le monde sera arrivé à maturité.

En tout cas, sur le papier, l’avenir semble radieux pour les Buccaneers de Charleston Southern.