"The Dauminator" ne fait qu'une bouchée de ses adversaires directs dans la Summit League.

Lorsque l’on parle de pur scoreur en basketball universitaire, on se contente de piocher chez les conférence du Power Six. Mais chaque saison, il existe une petite légion de prospects offensifs chez les Mid-Majors.

Aujourd’hui, la chronique Zooming On s’attarde sur un joueur talentueux en provenance de South Dakota State, Mike Daum ou “The Dauminator” pour les intimes. Attention, ce pourrait être l’une des belles pioches en fin de 2ème tour à la prochaine Draft NBA (ou pour l’édition suivante).

Le natif de l’Etat du Nebraska est arrivé par la petite porte en NCAA. Gros scoreur au lycée, il n’a pas forcément attiré les grosses écuries universitaires, évoluant dans un Etat qui n’est pas le principal fournisseur de talents en basketball universitaire. Néanmoins, il a obtenu quelques bourses de programmes en provenance de Mid-Majors et il a jeté son dévolu sur South Dakota State.

Mais il n’était pas prêt physiquement pour évoluer au niveau universitaire.

D’un commun accord avec ses entraineurs, Mike Daum a été choisi de prendre un redshirt lors de sa première année universitaire, ce qui lui a laissé du temps pour travailler physiquement mais aussi sur le plan technique. Cette année blanche a payé puisque dès la saison suivante : il a intégré la rotation, en sortie de banc, jouant une vingtaine de minutes pour une quinzaine de points en moyenne !

Rapidement, il est devenu indispensable à son équipe et dès son année de sophomore, il a eu les clés du camion des Jackrabbits.

Mike Daum a effectué un exercice dantesque, à 25 points de moyenne, ce qui l’a positionné dans le Top 15 des meilleurs marqueurs du championnat. Il a notamment enfilé 51 points à Fort Wayne, le tout en marchant (véridique).

Il est arrivé à un tel niveau que personne (tout du moins, rarement) ne pouvait le tenir en un-contre-un. Stretch 4, il possède un profil à la Georges Niang, ancien joueur d’Iowa State. Il extrêmement doué offensivement, il peut littéralement marquer quand il veut, où il veut, c’est aussi simple que cela. S’il commence à être adroit à longue distance, il peut réaliser une feinte de tir et driver au cercle. Il peut dribbler des deux mains et il possède un QI basket supérieur à la normale.

42.5% à trois points, avec une moyenne de 6 tir tentés, 48.8% à deux points et 84.3% sur la ligne des lancers-francs. Plus propre, on ne fait pas mieux.

Mike Daum est une machine à scorer. Il a passé la barre des 30 points inscrits à 18 reprises (7 sur ce début de saison) et la barre des 20 points à 44 reprises durant son cursus universitaire. Mieux encore, il a passé la barre des 10 points inscrits à 80 reprises, sur 88 matchs universitaires. Je crois que l’on peut s’arrêter là.

Cette saison, Mike Daum a connu quelques cartons et pas face à n’importe qui. 31 points face à Wichita State, 37 face à Colorado, 34 face à Buffalo ou encore 37 face à North Dakota State.

Plus récemment, lors du dernier match de South Dakota State face à Denver, il a planté 34 points (et 8 rebonds) avec une telle facilitée que c’en était déconcertant. 10/14 aux tirs, 4/6 à trois points et 10/11 sur la ligne de réparation.

Cependant, il a beau être un don du ciel sur le plan offensif, “The Dauminator” est encore un peu fainéant sur le plan défensif.

Mike Daum possède les qualités pour s’illustrer, mais on sent parfois de la lassitude quand il faut défendre, surtout en début de match. Il est donc souvent ciblé par l’équipe adverse en mettant toujours un ailier contre lui. Le jour où il aura le déclic à se donner à 100% en défense, ce sera un autre joueur. Mais pour le moment, les scouts NBA ne le voient uniquement comme un vrai scoreur qui encaisse un bon nombre de points pour son équipe.

South Dakota State est largement favori au sein de la Summit League et nul doute que l’on reverra les Jackrabbits à la March Madness cette saison. La saison dernière, ce fut un petit tour et puis s’en va, face à l’ogre dev Gonzaga (première période équilibrée, deuxième une démonstration des Zags).

Mike Daum avait terminé avec 17 points au compteur, bien loin de ses standards.

Concernant le prospect, une question se posera en fin de saison. S’inscrire à la Draft NBA ou alors rester pour une dernière année au niveau universitaire. De par son statut de redshirt junior, il peut demander un transfert vers une autre université s’il obtient son diplôme cette année et il sera éligible immédiatement. Peut-être que certains programmes de haut niveau se jetteront sur lui ; ce serait d’ailleurs une belle bêtise de ne pas tenter le coup.

En tout cas, si la (folle) envie vous prend, n’hésitez pas à regarder un match de South Dakota State, même si ce n’est que pour voir Mike Daum en action. Vous ne serez pas déçu de “The Dauminator” et surtout, vous pourrez dire “je le connais lui” quand il explosera chez les grands.