Après une promotion 2016 très intéressante, c'est au tour de la promotion 2017 d'opérer son entrée dans le grand monde du basketball universitaire.

Cette classe de recrutement possède du talent sur chaque poste avec une profondeur assez dantesque. Il est du coup difficile de suivre toutes ces futures pépites qui, pour la plupart d’entre-elles, ne feront qu’une année dans notre merveilleux championnat, avant de céder à l’appel des dollars de la NBA (ce qui est normal dans un sens, mais là n’est pas la question).

Pour y voir un peu plus clair, on propose un petit Top-10 subjectif sur les 10 freshmen (mais pas que) à suivre attentivement cette saison. Ceci est une liste exhaustive, et forcément, il manque un peu de monde mais c’est la beauté de cette classe de freshmen.


#1 Michael Porter Jr.

#2 de la promotion 2017 – Ailier-fort, Missouri.

Convoité par les plus grands, Michael Porter Jr. avait surpris son monde en décidant de rejoindre Missouri. Force est de constater que ce choix, qui va lui permettre de se mettre plus en lumière que s’il avait choisi Duke & co, est quand même à double-tranchant. Il pourra se montrer plus que les autres mais attention à ce que sa saison ne ressemble pas à celle de Ben Simmons à LSU ou encore à celle de Markelle Fultz à Washington (équipe à l’agonie, plus aucun spotlight, pas de March Madness).

Cependant, Michael Porter Jr. sera LE freshman à suivre avec attention cette saison. Joueur extrêmement talentueux offensivement, avec une palette très développée pour son jeune âge, il possède les qualités pour réussir en basketball universitaire. Il pourra se frotter à ce qu’il se fait de mieux au sein de la conférence SEC, histoire de faire vivre cette hype qui l’entoure depuis maintenant deux ans. Toutefois, s’il faut chercher un point négatif sur le prospect, on reste prudent sur le poste aulequel il évoluera avec Mizzou. Il reste encore un peu frêle pour jouer ailier-fort, surtout avec les gabarits dans la SEC.

Le voir comme un poste 4 hybride nous semble un pari risqué et on risque de le voir surtout au poste d’ailier. Mais il manque cruellement de rapidité sur son jeu de jambes pour pouvoir écraser la concurrence. Reste à voir si le travail de cet été va payer ou non.


#2 Marvin Bagley III

#1 de la promotion 2017- Ailier-fort, Duke.

Clairement, Marvin Bagley III mérite mieux que cette 2ème place… mais il aura des coéquipiers plus productifs que Michael Porter Jr, donc son apport risque d’être inférieur à ce dernier (on sait que Grayson Allen par exemple voudra ses 15 points de moyenne). Mais qu’on se le dise, l’intérieur le plus apte à dominer en université et sur les circuits professionnels, c’est bien lui.

On se lèche déjà les babines des pick-and-rolls entre Trevon Duval et Marvin Bagley III chez les Blue Devils. Joueur dominant au rebond, que ce soit offensif et défensif, il possède aussi un bon handle et surtout, un jumper terriblement efficace, qui va le rendre rapidement inarrêtable pour les défenses adverses.

Lors du match de scrimmage opposant Duke à Northwest Missouri State, on a pu voir que “Coach K” a voulu le mettre dans de bonnes conditions. Les deux premières attaques sont pour lui, ce qui prouve que l’entraîneur a confiance en lui. Il a pourtant connu un début de match délicat, en forçant ses dribbles, en perdant des ballons assez bêtement. Mais une fois qu’il s’est libéré, quel régal !

Il sera sûrement le facteur X de Duke cette saison.


#3 Mohamed “Mo” Bamba

#3 de la promotion 2017 – Ailier-fort, Texas.

Shaka Smart se rappelera de ses bons souvenirs à VCU avec “Mo” Bamba. Alors oui, vous allez me dire : encore un intérieur flashy, très offensif et j’en passe…

Et bien vous êtes loin du compte. Mohamed Bamba est l’exact opposé de Michael Porter Jr. ou Marvin Bagley III. C’est une tour défensive comme on en voit rarement à ce niveau, un défenseur hors-pair, que ce soit sur l’homme, en aide ou alors en protection du cercle. Et en plus, ce n’est pas le plus maladroit offensivement, même si cela reste un peu rustre. Voilà un prospect qui risque de tourner en double-double assez souvent chez les Longhorns et qui pourrait être une belle surprise pour l’après-NCAA à la vue de son profil.

Voilà un joueur que l’on risque de retrouver dans les top 10 de la semaine avec des gros contres en perspective.


#4 DeAndre Ayton

#4 de la promotion 2017 – Pivot, Arizona.

Et oui, encore un intérieur, ce qui est assez rarez pour être souligné, à vrai dire. DeAndre Ayton est sûrement l’intérieur le plus polyvalent de sa promotion. Très bon défenseur, un physique imposant, un petit tir à mi-distance efficace. Les fans d’Arizona seront surpris de voir DeAndre Ayton, eux qui ont adulé la saison dernière Lauri Markkanen, joueur assez opposé au niveau du style.

Mais DeAndre est une pièce importante au poste de pivot et les soucis défensifs des intérieurs d’Arizona l’an passé seront gommés cette saison avec cette addition. Avoir un pivot dominant dans la conférence Pac-12 est toujours un bonus non-négligeable. Il faudra voir comment Sean Miller l’utilisera car on peut s’attendre à tout avec lui (malheureusement)…


#5 Trevon Duval

#6 de la promotion 2017 – Meneur de jeu, Duke.

Attention, alerte “smooth player” !

Trevon Duval est l’un de mes coups de cœur de cette promotion. Pourquoi ? Il s’agit du profil même du meneur de jeu un peu old school, qui possède une bonne vision du jeu, un bon jeu de passe et qui souhaite faire briller ses coéquipiers. Le tout avec des qualités offensives bien présentes.

S’il arrive à gérer parfaitement la transition entre le High School et la NCAA, je peux dès à présent vous dire qu’il deviendra le meilleur meneur de la promotion et un futur Top-10 (minimum) à la prochaine Draft NBA. Certains “spécialistes” le décrivent un peu comme Dennis Smith Jr., avec une meilleure défense. Je leur laisse faire cette comparaison.

Trevon Duval risque vraiment de s’amuser à mener cette équipe de Duke cette saison. Son duo avec Marvin Bagley III, entre autres, sera un somptueux à regarder. Assurément, Duke sera l’équipe à suivre en ce début de saison, rien que pour ce genre de prospect ultra-talentueux.


#6 Collin Sexton

#5 de la promotion 2017. Meneur de jeu, Alabama.

Ah, ma pépite. Quand Patrick Beverley revient en basketball universitaire, cela donne naissance à Collin Sexton du côté d’Alabama.

Meneur de jeu athlétique, il joue essentiellement à l’énergie, se donnant à 350% dès qu’il est sur le parquet. Collin Sexton est un véritable poison défensif et n’hésitera pas à vous mettre la pression dès la remise en jeu. D’où les comparaisons avec Patrick Beverley, qui sont justifiées. Cela donne tellement envie de voir cela à l’action dans la conférence SEC et cela risque d’être électrique, c’est ce que l’on veut !

Mais Collin Sexton est aussi un vrai joueur de basketball. Même si le grand public le connaît surtout pour son accrochage avec Jaylen Hands lors d’un scrimmage AAU, il n’en reste pas moins un prospect doté d’une palette offensive correcte. On sait qu’il aime se frotter aux intérieurs adverses mais ce que l’on sait moins, c’est qu’il est très adroit à trois points (ses 12 réussites lors de son dernier match au lycée par exemple). Avery Johnson a réalisé quelque chose de grand avec ce recrutement et oui, maintenant, on peut le dire en bombant le torse : je vais regarder un match du Crimson Tide !

(Nous sommes le 10 novembre et on apprend que Collin Sexton ne sera pas éligible pour la première rencontre de la saison face à Memphis. En cause ? Son recrutement vers Alabama semble être entaché d’un transfert illicite d’argent, une situation qui est toujours sous investigation du FBI. Il a tout de même été jugé éligible pour la seconde partie du Crimson Tide face à Lipscomb, ce mardi).

#FreeCollinSexton.


#7 Trae Young

#23 de la promotion 2017 – Meneur de jeu, Oklahoma.

Possiblement le prospect le plus sous-côté de cette promotion de freshmen, assurément. Pur meneur scoreur, capable de faire des cartons monstrueux au lycée en plantant à trois points comme on marque un layup, il sera sans aucun doute l’attraction du côté d’Oklahoma en cette saison.

Lors de son année senior en High School, il affichait la petite moyenne de 42.6 points, 5.8 rebonds et 4.6 passes… le tout en marchant, vraiment. Ce genre de pur scoreur possède toujours une transition délicate en basketball universitaire, notamment au niveau de la ligne à trois points. C’est pour cela que Trae Young shootait à 2-3 mètres de la ligne à trois points au lycée.

Tellement efficace ballon en main, tellement sobre, tellement agréable à voir sur un parquet, il risque de faire des gros cartons dès cette saison. Vous l’aurez lu ici en premier.

#8 Hamidou Diallo

#10 de la promotion 2017 – Arrière, Kentucky.

Hamidou Diallo avait la possibilité d’inscrire son nom à la dernière Draft NBA sans passer par la case universitaire. Mais assuré de ne pas être un Top-20, il a décidé de connaitre une année en NCAA, histoire de se montrer sous son meilleur profil.

Possédant un potentiel physique impressionnant, de bonnes mains, il sera un véritable calvaire à défendre en homme à homme. Son profil d’agresseur du cercle est un atout intéressant pour Kentucky, mais surtout, il a faim. C’est avec un état d’esprit de tueur qu’il aborde cette saison et honnêtement, John Calipari devrait s’amuser avec Hamidou Diallo.


#9 Jaren Jackson

#8 de la promotion 2017 – Ailier-fort, Michigan State.

Miles Bridges est de retour sur le campus de Michigan State donc évidemment, les Spartans sont dans la discussion pour aller loin dans cet exercice. Mais on oublie, à tort, Jaren Jackson. Pour la petite anecdote, Tom Izzo a été surpris par le potentiel du prospect et on sait bien qu’il lui en faut pour arriver à cet état-là.

Jaren Jackson changera le visage de Michigan State. Un vrai protecteur de cercle, un peu old school, capable de faire le travail de l’ombre et de peser défensivement. C’est le genre de joueur qu’on adore avoir à ses côtés. Lors du match amical face à Ferris State, il a compilé 14 points et 8 rebonds, mais a surtout laissé cette impression d’être dominateur physiquement.

Il est réellement ce genre de joueur qui met tout le monde d’accord, pas le plus flashy mais ô combien important.


#10 Kevin Knox

#11 de la promotion 2017. Ailier-fort, Kentucky.

Kevin Knox est le type de joueur qui joue intérieur au lycée mais qui aura du mal à retranscrire son jeu en NCAA. Il reste une énigme et on attend John Calipari au tournant sur sa future utilisation : stretch-4, ailier ? Un véritable casse-tête.

Mais le mal de tête en vaut la chandelle. Fort scoreur, Kevin Knox peut influer sur le déroulement d’une rencontre. Si l’on en croît les insiders à Kentucky, il se peut même qu’il soit l’option numéro une en attaque, du moins sur ce début de saison. c’est pour dire l’importance qu’il a (déjà) au sein du programme. Mais voilà, la plus grande énigme est la désignation de son poste.


Mentions spéciales

Omari Spellman (#20 – Pivot, Villanova) : Villanova possède enfin un grand qui pèsera offensivement et défensivement. Fort scoreur, dôté d’un touché de balle très intéressant pour son profil, il commencera son cursus universitaire après une saison dernière sur la touche.

Wendell Carter (#7 – Ailier-fort, Duke) : intérieur très doué au poste bas, il souffrira de la concurrence de Marvin Bagley III, à moins que les deux évoluent ensemble à l’intérieur. Si cette option se produit, attente au carnage.

Lonnie Walker (#16 – Arrière, Miami) : Miami se trouve sous enquête du FBI et honnêtement, cela nous a choqué un peu. Outre cela, l’emblématique Jim Larrañaga s’est offert pour ce qui est “l’une de ces dernières saisons” une petite pépite en la personne de Lonnie Walker. Gros playmaker, il risque de devenir indispensable à “The U” de par ses facultés offensives mais aussi en terme de leadership.