Drake, Kevin Durant, Lavar, LaMelo Ball, dunks, matchs à guichets fermés.

Voila ce qui revient le plus quand on essaye de faire de simples recherches sur le nouveau joueur de Duke, Zion Williamson. Mais une vraie question se pose : vrai prospect ou nouvelle star construite par YouTube ? Et le jeu de Duke, dans tout cela ?

Dans la nuit du samedi 20 janvier, Zion Williamson, troisième meilleur lycéen de la promotion 2018 selon 247 Sports, a annoncé son choix d’université en direct sur ESPN. Rien que cela. Alors que Clemson faisait figure d’ultra-favori ces derniers semaines, le jeune joueur a finalement pris tout le monde de court en annonçant son intention de jouer pour Duke.

Une raison à cela, Mike Krzyzewski.

Malade ces derniers temps, le head coach des Blue Devils a manqué un match cette semaine. Un jour off ? Non. L’ancien entraineur de Team USA en a profité pour rendre une petite visite à Zion Williamson avec, dans ses valises, un dernier discours qui a vraisemblablement porté ses fruits.

Le lycéen de la Spartanburg Day High School (Caroline du Sud) avait une liste finale composé de Clemson, Kansas, Kentucky, South Carolina, North Carolina et Duke.

En août prochain, Duke se retrouvera ainsi avec les trois meilleurs joueurs de la promotion 2018 à savoir R.J. Barrett (#1, 2018), Cameron Reddish (#2) et Zion Williamson. Mais qui plus est, “Coach K” verra aussi arriver un autre excellent prospect avec Tre Jones (#8), meneur comme son frère de Tyus, champion national avec Duke en 2015.

Mais Zion Williamson, quel est ton jeu ?

Bonne question.

Quand on n’a pas l’habitude d’être présent dans les gymnases américains pour surveiller les joueurs, il n’est pas simple de savoir ce que vaut réellement un joueur. Il nous reste YouTube. Le problème, c’est qu’avec la plateforme de vidéo américaine, il est plus simple de trouver des images de ses dunks que de son jeu. Heureusement que des personnes bien intentionnées proposent des images réelles.

La première chose, le tir. Habitué a ne faire que des dunks, le tir n’est pas son point fort.

En témoigne son 1/7 à trois points lors de son dernier match avec Spartanburg Day. Premier hic pour la saison prochaine puisque la ligne à trois points est un peu plus loin en NCAA. Le rebond est à mettre dans la colonne des points positifs. La saison passé, Zion Williamson termine avec 13 rebonds de moyenne. Pas mal quand on fait à peine 2.00m (1.98m).

Mis à part cela, on voit que Zion Williamson possède un premier pas rapide, point non négligeable pour tout bon prospect qui se respecte. Par ailleurs, il est plutôt un bon porteur d’écran et passeur. Et évidemment, physiquement, c’est un monstre : il détient déjà un corps d’adulte, annoncé à 1.98m pour 120 kilos à 17 ans.

Mais est-ce qu’il arrivera à transposer son jeu actuel au niveau supérieur ?

Comment “Coach K” va-t-il se servir de Zion Williamson dans son système ?

De quelle manière le quatuor des Blue Devils va-t-il s’entendre ?

Autant de questions qui reste pour le moment sans réponses.

Habituellement, Mike Krzyzewski aime mettre sa meilleure recrue au centre de son jeu. Le passé nous le montre avec Kyrie Irving, Austin Rivers, Jabari Parker, Jahlil Okafor, Brandon Ingram ; plus récemment avec Jayson Tatum et cette saison avec Marvin Bagley III. Mais la saison prochaine, ce sont trois leaders offensifs qui arriveront sur le campus de Durham et trois joueurs polyvalents qui jouent au même poste d’arrière ou ailier (ou ailier-fort à l’université).

Cameron Reddish et R.J. Barrett semblent intouchables sur les postes deux et trois. Cela pose ainsi la question de l’utilisation de Zion Williamson : comment jouer avec ce type de joueur undersized et sans réel point fort dominant dans son jeu ? Mike Schmitz, d’ESPN, ouvre une porte en le faisant jouer pivot.

Si tous les départs se confirment, on se retrouverait avec plusieurs solutions pour le cinq de départ :

Option 1 : Tre Jones – R.J Barrett – Cam Reddish – Javin DeLaurier – Zion Williamson.

Option 2 : Tre Jones – Alex O’Connell – R.J Barrett – Cameron Reddish – Zion Williamson.

Option 3 : Tre Jones –  R.J Barrett – Cam Reddish – Zion Williamson – Marques Bolden.

Un problème de riches, d’abord.

Le côté positif pour Duke, c’est que Zion Williamson n’aura pas besoin d’avoir le ballon en main pour être important chez les Blue Devils. Rebonds, écrans, jeu de transition, le futur freshman saura comment briller autrement. Le ballon sera la majeure partie du temps dans les mains de R.J. Barrett. Le prodige canadien a montré lors des différents championnats FIBA avec le Canada qu’il savait mener une équipe. En témoigne sa prestation l’été dernier contre les USA avec ses 38 points.

Mais il reste encore Tre Jones et Cameron Reddish. Ce dernier a sensiblement le même jeu que le canadien avec un tir plus efficace. Une aubaine pour lui. Il pourra se faire oublier dans les corners pour ajuster à trois points ou attaquer le cercle profitant de la défense sur R.J. Barrett.

Le frangin Jones est quant à lui un véritable meneur facilitateur qui se gavera de passes décisives grâce au matériel autour de lui. Et il sait tirer.

Traduction : encore plus d’espaces à l’intérieur pour les trois autres. Parfait ; enfin, sur le papier, puisque le terrain reste l’interrogation majeure.

Il sera intéressant de garder un oeil sur cette équipe de Duke en 2018/2019.

Intéressant d’observer comment les quatre freshmen parviendront à s’adapter au jeu universitaire dans une des conférences les plus difficiles du pays, la conférence ACC. Intéressant de voir comment Zion Williamson sera utilisé au niveau supérieur. Intéressant de d’observer comment il parviendra à se fondre dans le jeu universitaire. Et enfin, intéressant d’apercevoir l’entente entre Cameron Reddish et R.J. Barrett.

Néanmoins, une chose est certaine : Duke possède en 2018 la meilleure promotion de l’histoire du basketball universitaire et une défense toujours aussi faible.