En passant de la MVC à l'AAC, Wichita State essaie de propulser son programme de basketball d'autant plus haut à l'échelle nationale.

Un bruit courrait depuis plusieurs semaines sur le fait que les Shockers étaient enclin à quitter la Missouri Valley Conference. Le secret de Polichinelle est enfin officialisé : l’Université de Wichita State rejoindra officiellement l’American Athletic Conference dès la saison prochaine, rapporte Pete Thamel de Sports Illustrated !

Le Conseil d’Administration de l’AAC a voté à l’unanimité l’admission de Wichita State au sein de ses membres actifs à partir de la saison 2017-18. Les présidents de chaque université membre de la conférence doivent encore valider cette décision au cours du week-end, mais aucun revirement n’est attendu.

Le changement de conférence ne devrait pas coûter trop cher à Wichita State. L’université ne peut accepter sa portion des revenus annuels alloués par la Missouri Valley Conference, au même titre que la portion des revenus acquis lors de la dernière March Madness.

L’ajout de Wichita State au sein de la conférence American marque un tournant majeur pour l’ensemble des partis impliqués.

Devenus une institution du basketball sur le plan national avec 6 participations consécutives à la March Madness, et notamment la fabuleuse course qui les a mené au Final Four en 2012, les Shockers avaient à coeur de passer la vitesse supérieure en rejoignant une ligue plus huppée que la MVC.

Wichita State obtient ainsi un calendrier plus relevé (une critique récurrente à chaque saison), une visibilité d’autant plus grande et surtout de meilleures chances de se retrouver à la March Madness avec un seed plus élevé que lors des saisons précédentes.

Les Shockers ont obtenu un seed #10 au dernier tournoi principal de la NCAA, un placement qui a été unanimement décrié à la suite d’une saison au bilan de 31 victoires pour 5 défaites. Ils ont de ce fait été éliminé par Kentucky dès le Second Round.

Gregg Marshall peut être considéré comme un des meilleurs head coaches du pays (et est payé en tant que tel avec plus de $3 millions annuels) et résiste aux appels des sirènes de manière récurrente. Un tel saut vers une meilleure conférence devrait aider Wichita State à conserver son entraineur, qui possède un record de 261-90 depuis son arrivée chez les Shockers.

La conférence American ressort également gagnante de cette addition. Wichita State est une équipe capable d’attendre le Sweet 16 à chaque saison et apporte un pedigree important sur le point de vue du basketball. Les Shockers ajoutent également une plus-value pour de bonnes équipes comme SMU et Cincinnati, puisqu’il y aura davantage de matchs importants au cours de la saison.

De plus, étant une ligue à 11 membres généraux (l’académie de la Navy est seulement enrôlé avec l’AAC en football), Wichita State permet de combler le déficit en apportant l’ensemble de ses programmes et en première ligne, ceux de basketball et de baseball.

Les Shockers ne possèdent cependant pas de programme de football.

En revanche, la Missouri Valley Conference perd énormément avec ce départ. La deuxième plus ancienne conférence du pays voit son équipe fer de lance s’envoler vers de pâturages plus verts, quelques années après le départ de Creighton pour la Big East en 2013.

Illinois State reste ainsi la seule équipe capable d’atteindre la March Madness, ou tout du moins de représenter la conférence au plus haut niveau. La MVC a débuté ses recherches pour remplacer Wichita State et des universités telles que Saint Louis, Belmont ou Valparaiso pourraient être appelées en renfort.

Dans tous les cas, l’addition de Wichita State à l’AAC devrait initier un mini-réalignement des conférences, tout du moins du côté des mid-majors et des high-majors. La situation vaut le coup d’être suivie de près.