L'intérieur de Duke excelle sur le parquet... mais l'excellence sur les bancs de l'école prime tout autant.

Wendell Carter n’est pas le premier nom qui vient à l’esprit des néophytes quand ils parlent des Blue Devils de Duke. Pourtant, le natif d’Atlanta est l’un des meilleurs joueurs du roster de Mike Krzyzewski à l’heure actuelle. Et certainement un joueur des plus singuliers.

Au printemps 2016, il n’a pas hésité à prendre le chemin de l’école pour une activité scolaire au lieu de prendre part à la première session du Nike EYBL et l’opportunité de faire monter sa côte auprès de nombreux scouts NCAA et NBA.

Je jouais un bricoleur dans une famille bizarre, c’était super marrant,” racontait Wendell Carter à ESPN.

Aujourd’hui, il est titulaire indiscutable dans le cinq de l’ancien head coach de Team USA. Wendell Carter aurait pu prendre un chemin tout aussi bien différent que celui de basketteur (bientôt professionnel).

A l’image de l’ancien Golden Bear de California, Jaylen Brown, le Dukie s’est aussi fait remarqué pour son intelligence. Et pendant longtemps, Wendell Carter a hésité à prendre la route de l’une des plus prestigieuses universités du monde, Harvard.

Intelligence et basket, deux caractéristiques qui lui viennent de ses deux parents, Kylia et Wendell Carter Sr.

Tous les deux basketteurs, à Mississippi pour la mère et à Deta State puis professionnel en République Dominicaine pour le père, cela ne pouvait pas être différemment pour leur progéniture.

Très tôt, le jeune Wendell Carter Jr. a goûté au basket. Grâce à The Undefeated, on apprend que c’est à l’âge de quatre ans qu’il a commencé a titiller la balle orange. Très vite, trop grand et trop fort, il est surclassé dans les différentes ligues d’été pour les jeunes.

Mais en plus du basket, les parents Carter pensent aussi à son avenir. Sa mère fait de son fils un assidu de l’actualité.

Je suis du sud du Mississippi et mon mari est un homme noir en Amérique. On s’est assuré qu’il s’informe, qu’il est une éducation, qu’il regarde des documentaires, qu’il soit au courant de ce qui se passe autour de lui et qu’il ait conscience que la vie n’est pas simple pour les noirs aux Etats-Unis,” raconte-t-elle à The Undefeated.

Le sport, oui, mais l’éducation d’abord.

Au fil du temps, les Carter ont insisté sur une chose. Si Wendell voulait pouvoir toucher à un ballon de basket, il fallait ramener de bonnes notes.

On a mis en place une règle. Nous lui avons dit qu’il devait avoir un ‘A’ pour jouer. Il nous ramenait des ‘A’ à chaque fois,” explique sa mère.

Je ne pouvais pas jouer si je n’avais pas une bonne moyenne. Je suis content que ma mère ait fait ça. Maintenant, j’adore aller en cours,” ajoute personnellement l’intérieur de Duke.

Du côté des terrains, là aussi tout va bien. Wendell Carter affichait une moyenne de 22.7 points, 15.5 rebonds et 5.8 contres pour sa dernière année au lycée. Ces prestations lui offrent le Morgan Wootten National Player Of The Year Award qui récompense le meilleur lycéen des Etats-Unis pour son basketball mais surtout pour ses résultats scolaires.

Les résultats sur les deux terrains attirent l’attention des meilleurs universités américaines. Très vite, Wendell Carter annonce une liste de trois écoles : Duke, Kentucky et Harvard ; une liste d’où sauteront rapidement les Wildcats. Finalement, le 23 novembre 2016, après avoir visité les campus, Wendell Carter opte pour les Blue Devils.

Au désarroi de sa mère qui voulait le voir jouer sous les couleurs d’Harvard.

L’éducation, toujours.

Si sa moyenne et son rôle en tant que basketteur auraient été différents chez le Crimson, Wendell Carter s’épanouit sous les ordres de Mike Krzyzewski et aux côtés de Marvin Bagley III.

Dans un rôle de second intérieur, le natif d’Atlanta fait le travail de l’ombre pour Duke ; mais un travail ultra important pour faire gagner son équipe. Poseur d’écran, contreur et rebondeur solide, Wendell Carter est un joueur clé du jeu des Blue Devils grâce à des caractéristiques de jeu qui demande une intelligence du jeu et de placement.

C’est ce qu’il fait très bien depuis le début de saison. Notamment face à Southern, Florida State et dernièrement Miami (FL). Ces trois matchs se sont terminés sur une victoire de Duke et où Wendell Carter a dominé ses adversaires.

Face aux Jaguars : 20 points, 11 rebonds et aussi 6 contres.

Contre les Seminoles : 14 points, 16 rebonds et 4 contres.

Puis en début de semaine, opposé à Miami, le natif d’Atlanta conclut la partie avec 15 points, 14 rebonds et de nouveau 4 contres.

Désormais, c’est par son jeu qu’il doit briller et on peut dire qu’il y parvient. Depuis le début de la saison, Wendell Carter a montré tout l’étendue de son jeu en étant brillant à l’intérieur tout comme à l’extérieur pour les Blue Devils, avec qui il compte pour le moment huit double-double en 18 matchs joués.

Mais, malgré la bonne saison avec Duke et son bilan de 16 victoire et 2 défaites, Maman Carter veille sur les résultats scolaire du fiston :

Il va obtenir son diplôme, point. Et un diplôme de Duke.”

L’éducation, toujours.