Un nouvel épisode dans la saga (troublante) à Ohio State.

Plus les heures passent à Ohio State, plus les détails affluent à propos des violences conjugales perpétrées par l’ancien entraineur assistant des Buckeyes Zach Smith, et plus les questions que l’on se pose autour de cette situation sont troublantes si ce n’est accablantes.

Urban Meyer, écarté temporairement du programme de football le temps que l’Université réalise une investigation interne, doit répondre de ses actions et a fourni au lendemain de son congé administratif un communiqué de presse pour s’expliquer. Malheureusement pour lui, sa ligne de défense (ou d’attaque ?) réduit son champ d’action afin de demeurer le head coach des Buckeyes dans le futur.

Zach Smith et Urban Meyer sont sortis du silence, enfin, mais ils ont peut-être empiré leur situation.

Aucun des deux hommes n’a pris ses responsabilités. Ils se sont tous les deux défendus de leurs acts et ont renvoyé la boule puante ailleurs, vers le directeur athlétique de Ohio State, Gene Smith. Leurs sorties médiatiques ressemblent vaguement à une tentative pour sauver Urban Meyer de la guillotine et installer Gene Smith à sa place.

Sauf que quelles que soient leurs déclarations, une question reste sans réponse à cette heure. 

Pourquoi Urban Meyer, Gene Smith ou n’importe quelle personne impliquée dans cette affaire, a-t-il jugé bon de conserver Zach Smith dans le staff des Buckeyes pendant trois ans, après que Courtney Smith ait accusé son ex-mari de violences conjugales en 2015 ?

 

Urban Meyer publie un communiqué… sans mentionner une seule fois la victime présumée

Tout homme mérite une défense ; mais faut-il encore savoir que faire avec celle-ci. 

En résumé, Urban Meyer admet dans ce communiqué de presse avoir menti et était au courant, dès 2015, des accusations de violences conjugales à l’encontre de son entraineur assistant des receveurs, Zach Smith. Il indique également avoir « suivi les procédures et les protocoles officiels » mis en place par Ohio State pour ce genre de situation et a rapporté les informations qu’il connaissait. Et malgré cela, Urban Meyer a conservé Zach Smith au sein de son équipe puisqu’aucune charge criminelle n’a été retenue contre lui.

Il concède tout de même que sa réponse mensongère lors des Big Ten « Media Days » n’était pas approprié. Cependant, la justification utilisée est assez incompréhensible. Urban Meyer essaie de nous faire croire que l’un des meilleurs head coaches de l’histoire du football universitaire était « pris au dépourvu » et n’était pas préparé à ces questions… alors qu’il connaissait la situation depuis 2015 et qu’il avait renvoyé Zach Smith moins d’une semaine plus tôt.

La semaine dernière, Urban Meyer affirmait n’avoir aucune connaissance d’une telle situation lors des Big Ten « Media Days » (tout en invectivant les journalistes) et comme par magie, aujourd’hui, une fois le dos contre le mur, tout lui revient en mémoire. Mais alors, pourquoi se retrancher derrière une faute morale plutôt que de prendre ses responsabilités et d’admettre ses erreurs ?

Le communiqué de presse a tout simplement été écrit avec le contrat d’Urban Meyer en tête. Il réfute toutes les bases selon lesquelles le head coach peut être viré pour faute grave ; admettre une faute morale personnelle en mentant directement à la face des médias ne viole en aucun cas son contrat. 

La volonté d’un tel communiqué de presse, au sein duquel le nom de la victime présumée, Courtney Smith, n’apparait à aucun moment, est claire : dans l’éventualité où il serait renvoyé de son poste, Urban Meyer pourrait toujours empocher son buyout de $38 millions. 

Même cette éventualité semble moins évidente à l’heure actuelle, puisque tous les protagonistes tentent de renvoyer la patate chaude dans les mains du directeur athlétique, Gene Smith.

 

Zach Smith sort de son silence… pour remettre la faute sur son ex-femme

Le personnage central de cette histoire a lui-aussi parlé pour la première fois depuis les révélations faites par l’ancien journaliste d’ESPN, Brett McMurphy. Ces sorties médiatiques sur une radio locale puis sur ESPN avaient un but bien précis : préserver Urban Meyer à tout prix.

Il ne s’en cache même pas, en affirmant que « si il perd son job, ce serait complètement faux et c’est l’homme qui m’a renvoyé ».

Mais si Urban Meyer voulait conserver son poste et se dédouaner de toute responsabilité, pourquoi a-t-il mis sa carrière entre les mains d’un entraineur assistant en ne renvoyant pas un homme qui a été accusé de violences conjugales à deux reprises en 2009 et 2015 ? Pourquoi Zach Smith semble-t-il avoir autant d’importance pour Urban Meyer ?

Dans un entretien avec une radio locale de Columbus, Zach Smith réfute toute violence conjugale et admet que son marriage avec Courtney Smith était « agressive », « toxique » et « volatile ». Il en profite même pour remettre la faute sur son ex-femme, en affirmant qu’il « devait parfois la restreindre défensivement » lors de certaines altercations, ainsi que pour marteler à de maintes reprises que cette histoire n’avait aucun lieu de sortir de l’espace marital.

Cette rhétorique misogyne et patriarcale, digne d’un autre siècle, donne la chair de poule. Les messages et les photos révélés par Brett McMurphy quelques jours avant cette sortie médiatique révoltante ne semble rien y faire. 

Un tel aveuglement apparait même comme un énième mensonge puisque Brett McMurphy a besoin de révéler de nouveaux messages pour rendre compte de la situation réelle. 

Zach Smith révèle pour sa défense qu’il n’a jamais frappé son ex-femme. Or, il semble avoir la mémoire courte. Le journaliste contre-attaque et sort un message où Zach Smith admet et s’excuse d’avoir étranglé son ex-femme à Punta Cana puis à leur domicile en 2015. 

Encore une révélation troublante, d’autant plus que Urban Meyer semble avoir une confiance aveugle en cet homme qui n’hésite pas à mentir sur tous les fronts et renvoyer la faute sur la victime présumée de violences conjugales.

Vous voulez encore plus troublant que cela ? 

Zach Smith révèle plus tard sur ESPN que Urban Meyer lui avait indiqué que « si je découvre que tu l’as frappé, je te jure que c’est fini et que je te vire ». Donc, en résumé, il a effectivement renvoyé son assistant… tout en ayant attendu trois ans et les premières révélations de Brett McMurphy pour le faire, avec la connaissance des événements dès 2015. 

Il est inconcevable que les révélations s’arrêtent ici, puisque le simple fait d’avoir attendu les premiers remous médiatiques au bout de trois longues années soulève un nombre incalculable de questions.

 

Et si Gene Smith finissait par devenir le fusible dans cette histoire ? 

Urban Meyer et Zach Smith ont épanché sur le sol médiatique leurs « vérités », mais ils ne se sont pas sortis d’affaire, bien an contraire.

Le head coach des Buckeyes a choisi de passer pour un menteur plutôt que de s’excuser auprès de la victime présumée de violences conjugales, tout en ajoutant qu’il juge important les droits des femmes par le simple fait qu’il possède des filles. L’ancien entraineur assistant des receveurs de Ohio State réfute toutes les accusations en bloc malgré des preuves accablantes apportées par l’excellente investigation de Brett McMurphy. 

Ces positionnements ne font qu’apporter de l’eau au moulin de leurs détracteurs. Les deux hommes montrent toujours qu’ils n’ont aucun regard pour les victimes de violences conjugales et préfèrent conserver à tout prix leur position de domination, se pensant invincibles malgré la vérité qui s’élargit jour après jour.

Peut-être que tous les protagonistes ont acté comme ils le devaient et que les mensonges n’en sont finalement pas. Mais comment Urban Meyer et Gene Smith ont-ils pu garder Zach Smith dans leur effectif pendant trois ans en croyant qu’il était innocent à 100 % ? Comment ont-ils pu croire en un homme accusé de violences conjugales tout en poussant sur la touche les allégations de la victime présumée ? Comment pouvaient-ils penser qu’il n’allait pas s’en prendre une nouvelle fois à Courtney Smith, si tel est le cas ?

Pourquoi Zach Smith continue-t-il de s’enfoncer malgré les révélations ? Pourquoi Urban Meyer s’excuse-t-il d’avoir menti aux journalistes (tout en utilisant une défense bancale) mais ne donne aucune justification sur sur les raisons qu’il l’a poussé à garder Zach Smith dans son staff ?

Et quel est le rôle de Gene Smith dans cette histoire, par ailleurs ? 

Le directeur athlétique de Ohio State est pour l’instant le seul à n’avoir pas pris la parole et un tel silence ouvre lui-aussi des questions. Zach Smith affirme avoir reçu un appel de Gene Smith puis un entretien avec lui concernant cette histoire, tandis que Urban Meyer révèle qu’il a suivi les protocoles en place dans l’université, ce qui implique sans doute le directeur athlétique (malgré le flou qui règne à propos de ces fameux protocoles).

Quelle est sa stratégie et surtout, a-t-il des choses à se reprocher ? Les attaques de Urban Meyer et Zach Smith placent habilement Gene Smith dans une position délicate et pourraient bien le forcer à jouer le rôle de fusible. Il n’est pas impossible que le directeur athlétique décide de sauter pour protéger un des meilleurs head coaches du pays, ce qui ne changerait en rien l’environnement actuel chez les Buckeyes.

Urban Meyer se pense intouchable et la démission de Gene Smith ne ferait qu’accroître cette position de domination morale. Le head coach s’est toujours placé dans une position écoeurante de donneur de leçons, tel un homme qui se ressent au-dessous du reste de la meute. 

Mais un élément apparait évident : Urban Meyer ne peut pas espérer demeurer à Ohio State sans être affecté par cette histoire. Rien ne sera pareil qu’auparavant.