La dernière fois que Duke a perdu un match de football, c’était face à Army.

L’occasion était trop belle pour les Blue Devils de lancer leur saison en prenant une belle revanche sur les Blacks Knights. Chose faite puisque les hommes de David Cutcliffe l’ont emporté 34-14.

Nous avions présenté cette équipe de Duke, programme en constante progression mais qui peine à s’affirmer sur la continuité. Si cette première victoire n’est pas synonyme de confirmation, elle place bien Duke comme un réel outsider au sein de la conférence ACC.

Il faudra néanmoins répondre présent dès samedi face aux Wildcats de Northwestern dans une rencontre qui s’annonce alléchante.

S’il est loin d’être simple, le calendrier réservé aux Blue Devils, n’est pas le plus compliqué, plusieurs matchs paraissent abordables. Vous l’aurez compris, les ingrédients sont réunis pour faire de Duke un réel prétendant à un Bowl de fin d’année.

 

Une défense efficace

 

Annoncée comme l’une des grandes forces de l’équipe en cette saison, la défense n’a pas déçue en limitant son adversaire à 14 points.

Symbole de cette performance ? Les deux fumbles provoqués sur les deux premiers jeux adverses, une franche réussite tant l’Army est l’une des meilleures équipes de la ligue en terme de protection de balle l’an passé. Si seulement un seul d’entre eux a pu être recouvert par les Blue Devils, cela témoigne tout de même d’une grande efficacité défensive.

Surtout, beaucoup de joueurs différents ont été impliqués dans les big plays, ainsi 4 joueurs ont provoqué un fumble adversaire, marque d’une certaine profondeur. La palme revient au safety Dylan Singleton, auteur de 11 plaquages et d’un fumble forcé, bien que le defensive end Victor Dimukeje ait également réussi un grand match.

Seule véritable ombre au tableau : la sortie sur blessure du linebacker star, Joe Giles-Harris, auteur de 125 plaquages la saison passée. Si l’on ne connaît pas encore la gravité de la blessure, c’est tout un campus qui espère récupérer l’un de ses capitaines rapidement.

 

Une attaque menée par un métronome

 

Toute équipe de football américain qui se respecte se doit d’avoir un bon quarterback pour réussir.

S’il n’a pas toujours été exempt de tout reproche la saison passée, Daniel Jones a répondu présent samedi soir : 197 yards et 1 touchdown, le tout en complétant 13 de ses 17 passes tentées et en ajoutant également 43 yards et un touchdown à la course. Le quarterback junior s’est mué en métronome.

Pour faire simple, il s’était déguisé en “Monsieur Propre”.

Il faut dire que Daniel Jones a pu se reposer sur une très bonne équipe autour de lui. Le sophomore Brittian Brown continue de s’affirmer comme le principal cheval de labour de l’équipe et devrait se hisser parmi les meilleurs porteurs de balles de la conférence. Avec 75 yards et 1 touchdown, il a pesé sur la rencontre.

Fait plus surprenant : l’éclosion du receveur Aaron Young, qui sort d’un excellent printemps et s’affirme comme l’une des principales cibles pour Daniel Jones. Les Blue Devils attendent beaucoup, également, de T.J. Rahming et Chris Taylor, plus en retrait face à l’Army.

Leur réveil sera capital tant la rencontre de samedi contre Northwestern est ouverte.

 

Un premier choc déjà synonyme de tournant ?

 

Après le calme vient la tempête et Duke n’y fera pas exception.

Les deux prochains matchs, hors du campus de Durham, qui plus est, apparaissent déjà comme un tournant de la saison. Le premier à Northwestern ce samedi, et le second sur le terrain de Baylor la semaine suivante. Une partie de la saison des Blue Devils se joue déjà lors de ses deux confrontations, un poil risqué lorsqu’on connaît l’irrégularité du programme.

Face à Northwestern, tombeur de Purdue, Duke aura à coeur de prouver que son programme de football mérite plus de lumière là où le basketball ne lui laisse que trop d’ombre.