Au début de la dernière saison de basketball universitaire, pendant que certains regardaient les facs des conférences du Power Six, je me suis lancé dans un samedi un peu atypique que je répète souvent : regarder une affiche un peu moins hypée.

Ce samedi 8 septembre, j’ai jeté mon dévolu sur la rencontre opposant Wake Forest à… Towson, qui s’est révélé grandiose (pendant que la plupart des autres matchs de 18h étaient des blowouts).

Durant cette magnifique opposition, plusieurs choses m’ont frappé.

Tout d’abord, la superpuissance offensive de Wake Forest, avec son quarterback freshman qui aura son petit dossier personnel dans les prochains jours. Mais surtout, l’autre quarterback de la partie, un certain Tom Flacco. Oui, le petit frère de Joe Flacco, quarterback des Ravens de Baltimore en NFL.

Ne connaissant pas Tom, je suis resté devant cette rencontre pour le découvrir et il m’a tapé dans l’oeil.

Bon, vous voyez le profil de Joe ? Tom Flacco lui ressemble (quasiment) en tous points.

Cependant, une chose change, et il s’agit du parcours universitaire. Tom commence son cursus à Western Michigan, où il passe deux saisons. Seule sa saison de freshman est intéressante, avec notamment sept matchs au compteur, pour 188 yards et 1 touchdown (10/12 à la passe).

Mais voilà, il n’a pas les faveurs de son head coach et sa saison de sophomore est irrégulière, avec une blessure qui l’a tenu éloigné des terrains. Il n’a jamais pu défendre sa place et voyant son temps de jeu de plus en plus s’amincir, il a décidé de quitter le campus.

Tom Flacco pose ensuite ses valises à Rutgers, avec l’obligation de réaliser une saison blanche à cause du règlement de la NCAA à propos des transferts. Mais à la grande surprise, le natif de la région n’enfilera jamais le maillot des Scarlet Knights (à part lors du traditionnel match de scrimmage de pré-saison) et annonce son transfert vers… Towson.

La chance d’être le quarterback titulaire avec les Tigers a motivé cet énième changement de fac. La bataille est rude pour ce poste de starter pour le premier match de la saison. Tom Flacco est arrivé tardivement mais il fait le travail lors des entrainements jusqu’à obtenir le fameux sésame.

“Je ne le titularise pas pour faire le buzz, ” annonce le head coach de Towson lors d’une conférence de presse. “Ce n’est pas parce qu’il s’appelle Flacco qu’il aura un traitement de faveur, loin de là. Il a montré lors des scrimmages qu’on pouvait compter sur lui donc il occupera le poste de quarterback face à Morgan State pour le premier match de la saison.”

Tom Flacco possède enfin sa chance pour l’une des rares fois dans sa carrière universitaire.

L’adversité est largement à sa portée et il réalise un match très cohérent. Que ce soit sur son jeu de passe (18/28, 245 yards pour 2 TDs et 1 INT) ou sur le jeu au sol (13 courses pour 48 yards), il a porté son escouade offensive de bien belle main. Cependant, sa ligne offensive était encore un peu en rodage et les automatismes étaient encore loin d’être au top, mais sa ligne de statistiques est honorable après quasiment deux ans sans jouer de match officiel.

Les fans sont conquis, le coaching staff aussi, tout va bien dans le meilleur des mondes.

Pourtant, on promettait la grêle pour Towson sur le match suivant, à Wake Forest. Ce fut le cas pour l’équipe, mais Tom Flacco a effectué une nouvelle fois un bon match : 35/51, 345 yards, 3 TDs et 1 INT.

Malgré une énorme pression de la part de la ligne défensive de Wake Forest, Tom Flacco s’en est sorti aussi sur le jeu au sol (15 courses pour 52 yards) même s’il a concédé énormément de yards (41) via des sacks et autres. Et avec 295 yards au total, il est le 12ème quarterback du pays dans ce domaine, ce qui est plutôt solide.

Sur les deux rencontres, diamétralement opposée au niveau de l’opposition, Tom Flacco a répondu présent.

Le quarterback junior monte en puissance et on a perçu quelques connections intéressantes avec ses receveurs. Il montre qu’il possède un vrai bras NFL, une bonne vision du backfield et plus important… une mobilité qui lui permet d’être plus réactif et ainsi éviter les sacks (j’ai compté pas moins de 12 situations sur les deux premiers matchs).

Tom Flacco est doué, c’est indéniable.

Le fait de rejoindre un programme comme Towson, qui lui donne enfin du temps de jeu et des responsabilités et qui possède un style de vie plus sain. Cela va lui permettre de se faire (enfin) un nom dans le paysage universitaire.

En tout cas, Towson vaut le coup d’oeil cette saison et le petit frère de Joe n’y est pas étranger.