Mes chers amis,

Une saison forte en rebondissements s’achève. Malgré le fait qu’Alabama et Clemson aient dominé les débats pendant l’ensemble de la saison, le reste de la compétition est resté très ouvert et la majorité des conférences ont couronné un champion différent de celui de l’exercice 2016.

Et même dans notre groupe de cancres, la compétition fut acharnée.

Charlotte, UTEP et San José State ont tout de même imposé leur domination tôt dans la saison, prouvant semaines après semaines que la médiocrité en football tient de l’art. Mais dans le reste du tableau la compétition fut quand même très ourverte. Et au total, 44 équipes sont passées par notre petit club. Mine de rien, ça en fait de la marmaille à surveiller au cours des après-midi pluvieux à jouer au Monopoly avec Kent State et South Alabama, ou en faisant des tresses à Tulsa.

Alors que tous les bons souvenirs vécus avec ses petits monstres nous reviennent et que le dernier match de la saison se profile à l’horizon, qui sacrera un champion, il est temps de désigner celui de The Weaker Ranking : la plus mauvaise équipe de football universitaire en 2017.

Pour ce faire, il est opéré un calcul de points très simple. Chaque semaine de saison régulière, les programmes classés en ont reçu un certain nombre, proportionel à leur position. Exemple : le n°1 reçoit 25 points, le n°2 reçoit 24 points, le n°3 reçoit 23 points et ainsi de suite jusqu’au n°25 qui reçoit 1 point. Les points ont été aditionnés semaine après semaine, chaque équipe se retrouve avec un total de points qui détérmine sa place dans le Top 25 final. Le numéro 1 de ce classement de fin de saison est sacré champion de The Weaker Ranking. Simple vous dis-je.

En outre, plusieurs équipes sont apparues au classement pour finir la saison avec un bilan de victoires positif et une apparition à un Bowl. Pour ces équipes, quelque soit leur total de points, je ne les ai pas intégré à ce classement final. On parle de Georgia State, Buffalo, UAB, Florida International et New Mexico State.

Elles auraient dû apparaitre au classement si on s’en tenait aux points ; mais nous ne sommes pas des animaux, ne faisons pas semblant que ces équipes méritent leur place dans The Weaker Ranking. Certes, elles ne sont pas les porte-flammes de l’excellence universitaire, mais elles ne méritent pas non plus d’être cantonnées à son lisier.


25. Cincinnati Bearcats (4-8) – 22 points

Les Bearcats sont des retardataires au classement. Arrivés seulement en 12ème semaine ils réussisent à se glisser dans le fond du classement final en seulement trois petites semaines. Une très belle performance pour l’équipe de l’Ohio.

24. Louisiana-Lafayette Ragin’ Cajuns (5-7) – 23 points

Bien qu’être sorti tôt du classement (en 6ème semaine) les Ragin’ Cajuns ont malgré tout réussi à engranger suffisament de points pour figurer dans notre classement de fin d’année.

23. Old Dominion Monarchs (5-7) – 39 points

22. East Carolina Pirates (3-9) – 49 points

21. Louisiana-Monroe Warhawks (4-8) – 64 points

20. Hawaii Rainbow Warriors (3-9) – 66 points

19. Tulsa Golden Hurricanes (2-10) – 80 points

Solide contre-performance pour l’équipe que notre cher Jean Uminski voyait finaliste de la conférence AAC avant le début de la saison.

18. South Alabama Jaguars (4-8) – 90 points

17. Oregon State Beavers (1-11) – 110 points

Je pense vraiment avoir été trop gentil avec les Beavers. Ils ont gravité globalment aux alentours de la 15ème place toute la saison, alors qu’ils auraient véritablement mérité le Top-10. C’est toujours compliqué de faire une bonne évalation avec les équipes du Power 5 tant la compétition est élévée. Une défaite face à USC a-t-elle le même poids qu’une défaite face à Charlotte? Des questions compliquées qui méritent d’être posée. Ce sont les réponses qui sont plus compliquées à trouver.

16. Ball State Cardinals (2-10) – 133 points

15. Kansas Jayhawks (1-11) – 138 points

Kansas s’en sort plutôt bien malgré la défaite face à Baylor en 9ème semaine. Leur séjour dans le Top-10 n’a duré que 4 semaines, laissant leur total de points dans une limite résonnable.

14. BYU Cougars (4-9) – 139 points

Véritable machine à tuer le fun, BYU s’est illustré cette année par son incapacité à marquer plus de 20 points de moyenne… mais aussi grâce à des défaites de toute beauté aux mains de LSU (0-27), ECU (17-33) et UMass (10-16). Les Cougars se sont imposés comme des tenanciers du classement, malgré leur entrée tardive.

13. UNLV Rebels (5-7) – 152 points

Le tout premier #1 du classement est finalement plutôt bien retombé sur ses pâtes en fin de saison (toutes proportions gardées, bien sûr) et a même réussi à en sortir avant la fin. La dernière défaite face aux rivaux de Nevada est le seul obstacle qui les a empêché d’accéder à un Bowl.

12. Bowling Green Falcons  (2-10) – 173 points

11. Coastal Carolina Chanticleers (3-9) – 184 points

Les tous nouveaux promus en FBS se sont battus tant bien que mal, mais l’écart de niveau avec la FCS s’est fait sentir. Ce n’est pas faute d’avoir déroulé en attaque ; mais la défense fut vraiment à la rue la majorité de la saison. La défaite face à Texas State en 8ème semaine les a propulsé aussi haut que la 4ème place avant de redescendre et finir la saison à la 9ème place.

10. Nevada Wolfpack (3-9) – 186 points

Nevada ouvre le Top-10 malgré avoir réussi à descendre jusqu’à la 21ème place lors de la 14ème semaine. Mais la vrai défaite pour le Wolfpack reste de terminer devant ses rivaux de UNLV, bien qu’il les aient battu lors de la Rivalry Week et qu’ils n’aient jamais été classés n°1, à l’inverse des Rebels.

9. Georgia Southern Eagles (2-10)  – 190 points

8. Massachusetts Minutemen (4-8) – 199 points

UMass se trouve une fois de plus dans une situation compliquée en fin de saison. Équipe indépendante tentant de séduire les conférences du Power 5, les Minutemen se crashent une fois de plus. À ce rhytme-là, même le Group of Five finira par leur tourner le dos. Rester indépendant, à moins d’être Notre Dame, n’est viable pour personne. Retomber au niveau FCS est peut-être la seule solution pour Massachusetts.

7. Kent State Golden Flashes (2-10) – 203 points

6. Baylor Bears (1-11) – 229 points

Réjouissez-vous, mortels !

Les Bears de Baylor dorment au sommet des équipes du Power Five malgré l’arrivé de Matt Rhule, censé sauver un programme à la dérive sportivement et moralement. Le volet moral semble bien se porter ces temps-ci (pas de nouveau scandale, du moins) tandis que le volet sportif mettra en revanche plus de temps à s’en remettre (l’évolution naturelle des choses).

Entamer la saison avec une défaite face à Liberty, toujours en FCS avant leur transition en 2018 vers le FBS, était un bon indictateur de la purge à venir. Baylor enchaine avec 8 défaites de suite dont UTS et Duke, plus une défaite de 43 points face à Oklahoma State et une autre de 31 points face à Texas. Et pour perdre de 31 points face à Texas cette saison, il fallait se lever tôt (ou être San Jose State). Une longue traversée du desert pour l’ancien participant au Cotton Bowl en 2014.

J’avoue que j’étais bien sûr influencé par les accusations des saisons passées et que je n’étais pas prêt à laisser Baylor passer entre les mailles du filet cette saison. C’est de bonne guerre. Je serai plus magnanime en 2018.

5. Rice Owls (1-11) – 237 points

Rice a fini les deux dernière semaines de compétition à la 2ème place du classement, ce qui a permis de faire monter sa côte. Ceci dit, même une semaine supplémentaire à ce niveau n’aurait pas suffi à faire rentrer les Owls dans le Top-4, tant l’écart de niveau avec le haut du baril est grand.

4. Texas State Bobcats (2-10) – 291 points

3. San Jose State Spartans (2-11) – 300 points

J’ai le sentiment que San Jose State est un peu passé inaperçu, sans provoquer de vagues. Et pourtant les Spartans ont gentiment tenu la porte du Top-4 durant la totalité de la saison, s’immisçant patiemment et dans l’espoir de voir l’un des leaders chuter et accéder au Saint-Grâal. Ce qui leur arriva lors de la 11ème semaine, avant qu’ils ne sombrent la semaine suivante à cause de leur victoire face à Wyoming.

2. Charlotte 49ers (1-11) – 314 points

Charlotte aurait pu remporter le titre grâce à un large avantage pris en début de saison, mais cet avantage a été renversé quelques semaines avant la fin de la saison. Le coordinateur offensif, Jeff Mullen, fut renvoyé après 4 matchs ayant été incapable de marquer plus de 14 points en quatre semaines face aux équipes de FBS. Pressenti comme favoris jusqu’à la dixième semaine, les 49ers ont laissé échapper leur chance avec leur victoire face à UAB.

1. UTEP Miners (0-12) – 322 points

Ah, les voici, vos flamboyants champions de The Weaker Ranking !

Une escouade de vaillants guerriers qui hantent El Paso à la recherche d’une seule toute petite victoire. Déjà dernier de la C-USA en 2016 (mais avec 4 victoires), les Miners espéraient rebondir en 2017 et pourquoi pas accéder à un Bowl (ce qui n’est plus arrivé depuis 2014). Mais non, les dieux du football en avaient décider autrement.

Ils ont choisi de faire de UTEP le héros du désespoir en football. Une équipe si mauvaise que même le FCS ne veut pas conclure d’accord avec elle, puisque aucune gloire ne serait acquise à les battre et que l’argent qu’ils gagneraient deviendrait par la même occasion (je vous rapelle que les équipes de FBS payent les équipes de FCS pour les affronter) de l’argent sale. Non, personne ne veut avoir à faire avec UTEP.

L’ancien head coach Sean Kugler a enfin décidé de prendre le large et personne ne s’est présenté à la porte pour le remplacer. UTEP s’est résolu à chercher un ancien coach retraité (!!!) pour avoir quelqu’un sur la touche et faire semblant de donner des instructions. Le type semble à peine capable de soulever la pioche au dessus de sa tête. À ce rhytme-là, ils auraient mieux fait de mettre une pancarte à l’effigie de Mike Price, cela aurait aussi efficace et moins cher.


Nous les avons recueilli. Nous les avons choyé et donné une place d’honneur dans le classement à huit reprises (au fait, le classement de la semaine 14 n’a pas été publié, mais pas grand chose n’avait changé). Et aujourd’hui grâce à leur présence constante dans le Top-3 à partir de la 4ème semaine de compétition, les Miners sont en mesure de s’octroyer le trophée de The Weaker Ranking, qui consiste en une sculure en plastique représentant un petit tonneau rempli de matière fécale, monté sur un socle avec le sticker du champion (vous visualisez?). Le tout tirant davantage du jouet kinder que d’une coupe à proprement parlé.

Gloire aux Miners de UTEP, champions de The Weaker Ranking 2017. Les festivités peuvent commencer, la nuit sera courte à El-Paso sans aucun doute.

Courbe de progression des 25 finalistes de The Weaker Ranking.