La période de Thanksgiving marque souvent un premier tournant dans la saison de certains programmes. Bien souvent, c’est là où les Mid-Majors arrivent à produire deux-trois exploits face à des gros calibres.

Il faut dire que les tournois loin de la maison permettent ce genre de scénarios, avec des joueurs qui peuvent facilement décrocher (on peut leur en vouloir quand vous allez aux Bahamas et j’en passe). De manière générale, lorsque l’on fait les comptes, une conférence ne s’en sort pas très bien et surprise : il s’agit de la Pac-12. Récit de quatre jours cauchemardesques.

(Je vais prendre la période de mercredi à samedi, les matchs de dimanche soir ne sont donc pas pris en compte, heureusement pour certains)

Commençons par mercredi et on commence fort. #2 Arizona, le patron désigné de la Pac-12, chute face à NC State dans un match bizarre tant les Wildcats ont été bousculés, surtout en deuxième période. Utah rencontrait UNLV dans un duel d’invaincu et ce fut le match le plus agréable à suivre de la soirée, du moins, si vous êtes fan des Rebels. Les Utes ont été pitoyables à souhait, n’inscrivant que 25 points en seconde période.

Mais ce n’est pas fini. L’upset de la saison, clairement : California qui prend 20 (24 pour être précis) points face à… Chaminade. La petite université de Hawaii a réalisé une démonstration de basketball, que ce soit collectivement, offensivement et surtout défensivement. Une défaite très embarrassante pour Cal, qui devrait souffrir cette saison.

Heureusement que les Trojans de USC sont là pour redresser la barre avec une victoire nette face à Lehigh. Ce fut une soirée chaotique, mais pas la dernière de la saison, loin de là.

La nuit de jeudi fut dantesque, où la conférence Pac-12 ressemble à un champ de mine. On se dit qu’au moins les cadors de la conférence peuvent relever la tête. Bien vu… ou pas.

Lors du Battle 4 Atlantis, #2 Arizona, qui fait figure de favori, est de nouveau surpris par une étonnante équipe de SMU (66-60). Peu après, Oregon s’incline face à UConn (71-63) lors du PK80, tout comme Oregon State face à St John’s (82-77).

Ce dernier résultat reste anecdotique tant les Beavers vont connaître une saison délicate de transition. Mais cela compte comme une défaite pour la conférence Pac-12. Idem concernant Stanford qui n’a pas vu le jour (du moins un peu plus que les adversaires précédents des Gators) face à Florida, qui s’annonce comme le favori pour la conférence SEC.

Fort heureusement, Arizona State et Washington State sauvent la face avec des victoires convaincantes. Les deux programmes sont toujours invaincus après cette soirée, qui l’eût cru.

Puis nous arrivons tranquillement sur la soirée de vendredi, la dernière de Thanksgiving, où les programmes de la conférence auront respecté la tradition de “remerciement”.

#2 Arizona faisait face à #15 Purdue et son secteur intérieur de qualité. Un choc des titans qui a tourné court, avec une victoire des Boilermakers sur le score de 89 à 64. Trois défaites en trois jours pour Arizona, comme quoi, le karma de chambrer ses adversaires en début de saison quand on mettait 100 points est toujours présent.

Oregon State (face à nos poulains de Long Beach State) et Stanford continuent sur leur belle lancée de défaites en s’inclinant de nouveau, alors qu’Utah se relève de belle manière face à Eastern Washington (+16). Pareil pour Oregon face à DePaul (+10) qui reste un adversaire très coriace cette saison. Washington, qui est bien loin de la hype de l’an dernier, passe dans un bilan positif avec une victoire poussive face à Seattle (89-84).

Et puis… le feu d’artifice.

Arizona State, qui sort de nulle part, prolonge son état d’euphorie en donnant une leçon (et le mot est faible) à #15 Xavier, avec une victoire sans appel de 102 à 86. Tra Holder, le meneur senior des Sun Devils, plante 40 points à 14/22 aux tirs (5/8 à trois points). Quand l’attaque d’Arizona State est aussi productive, c’est un tel plaisir à voir et c’est rafraîchissant.

Enfin, le résultat le plus étonnant me concernant : la défaite de #21 St Mary’s face à… Washington State !

Oui oui, Malachi Flynn fait tomber le favori de la WCC (bien loin devant Gonzaga) avec une défense si efficace que cela a écoueuré l’armada internationale offensive des Gaels. Grosse performance de Wazzu, qui se remémore à l’ancien temps où le programme était de manière permanente dans le paysage universitaire.

D’une manière générale, cette mauvaise période risque de se payer très chère lors du mois de mars quand le comité de sélection devra faire des choix. On le sait, pour les programmes du Power Six, les matchs de conférence comptent pour plus de 75% dans la décision finale. Mais on voit de plus en plus d’équipes qui possèdent un bilan très honorable, avoir un seed très bas à la March Madness. En cause ?

Des défaites et/ou upsets lors de la première partie de saison. Même si on ne se fait pas de soucis pour des programmes comme Arizona ou Oregon (et encore…), il va falloir rattraper tout cela lors des matchs de conférence.

Ce qui va pimenter un peu plus cette deuxième partie de saison au sein de la Pac-12. Clairement, Arizona State et Washington State viennent de prendre une petite longueur d’avance sur leurs rivaux, et cela devrait rendre les oppositions face à ces programmes en must-win pour les cadors.

On ventait la Pac-12 comme l’une voir la conférence la plus dense du championnat, c’est un peu de l’histoire ancienne. On est surtout en train de voir une redistribution des cartes que l’on a pu apercevoir un petit peu la saison dernière et qui se concrétise sur ce début de saison.

Arizona, Oregon et UCLA possèdent un calendrier piégeur sur les prochaines semaines : les Wildcats affronteront notamment UNLV, Texas A&M, Alabama, New Mexico et UConn alors que les Bruins auront Michigan, Cincinnati et Kentucky. Les Ducks s’en sortent un petit peu mieux toutefois, fort heureusement pour eux.

Mais le calendrier est assez dantesque pour les “gros” et les faux-pas sont interdits.

Ayons quand même une pointe d’optimisme. Oui, les tournois loin de la maison sont une belle distraction pour ces jeunes athlètes. Quand vous arrivez à Hawaï, aux Bahamas ou alors dans une salle de NBA, il y a toujours ce moment de relâchement tout à fait compréhensible.

Mais le comité de sélection à la March Madness sanctionne les Mid-Majors sur les défaites hors conférence, si cela commence à faire la même chose chez les grosses conférences, certains ont du soucis à se faire. C’est fini d’attendre le tournoi de la conférence pour assurer sa place à la grande danse.

En tout cas, la conférence Pac-12 montre des signes très inquiétants pour la suite. Il faudra surveiller de près les performances de certains programmes car le nombres d’équipes présentes en mars risquent d’être plus restreint cette année.