En comparaison à la nuit dernière, les favoris ont dominé leur représentation au Sweet 16.

Hier, trois favoris sont tombés sur quatre rencontres : #4 Gonzaga, #5 Kentucky et #7 Nevada. Si ce genre de soirée est devenu une habitude, cette nuit a prouvé le contraire.

Outre #3 Texas Tech qui renverse #2 Purdue (si on peut vraiment appeler cela un upset), les trois gros autres poissons qui jouaient ce Sweet 16 ont empoché leur ticket pour l’Elite 8.

Tous les résultats de la seconde nuit du Sweet 16, en image : 

 

#1 Villanova se défait de #5 West Virginia à l’usure

On vous avait prévenu lors de la présentation de cette rencontre, West Virginia est un véritable poison pour n’importe qui. Les Mountaineers ont en effet fait jeu égal avec Villanova pendant trente minutes avant de craquer en fin de match (90-78).

Mais ce résultat ne reflète vraiment pas la physionomie de la rencontre tant Bob Huggins et Jay Wright nous ont livré une incroyable bataille tactique.

West Virginia, toujours autant appliqué en défense, a récupéré un paquet de possessions avec sa pression défensive (10 pertes de balle). Mais, les Wildcats n’ont jamais perdu pied en étant toujours sûrs de leur force. Et c’est cette faculté qui fait de Villanova le véritable favori de cette March Madness.

La première mi-temps a donné droit à un véritable mano a mano avec des changements de leaders à tout-va (44-42).

Au retour des vestiaires, le match est reparti sur ce rythme pendant dix bonnes minutes. Puis, le show Jalen Brunson (27 points à 8/15 et 4 passes) est entré sur scène. Déjà excellent depuis le début de la partie, c’est sous son impulsion que Villanova a réussi à prendre les commandes sérieusement (76-66 à 5 minutes du terme).

Signe de ce run, le poster de Eric Paschall (14 points) est plutôt un bon exemple.

En face, Jevon Carter (12 points et 8 passes), en difficulté avec son shoot hier soir pour son dernier match universitaire, et ses coéquipiers ont vite rendu les armes face au collectif des Wildcats qui dominait les débats.

Villanova s’en sort à l’expérience (90-78) après un rude combat face à des Mountaineers accrocheurs.

L’absence de Isaac Haas pèse dans la balance et #3 Texas Tech s’impose

C’était LA grand interrogation de ce Sweet Sixteen. Isaac Haas, le guerrier numéro un de #2 Purdue allait-il jouer ?

Cela partait pourtant sur de bonnes bases après l’autorisation de la NCAA quant à son attelle jugée “dangereuse” auparavant, mais finalement, le staff des Boilermakers n’a pas voulu prendre de risques.

Isaac Haas est ainsi resté sur le banc, impuissant, pour regarder ses coéquipiers s’incliner face à des Red Raiders de #3 Texas Tech bien plus en forme offensivement (78-65).

Effectivement, Purdue a été en difficulté en attaque malgré une certaine adresse au tir (7/18 à longue distance). Carsen Edwards et ses 30 points ont bien essayé de cacher le marasme offensif, mais rien n’y fait, les Boilermakers n’ont pas trouvé de solution.

En face, le collectif de Texas Tech avec quatre joueurs à plus de 12 points a été la clé tout au long de la partie. Carsen Edwards a certes réussi à porter son équipe pendant 17 minutes (25-24), mais derrière, les Red Raiders ont pris les devants pour ne jamais les lâcher.

Le banc, soutenu notamment par Zach Smith (14 points à 7/10 et 5 rebonds), a été le facteur X étant donné que celui de Purdue n’a inscrit que six petits points pour trois pertes de balle.

La blessure de Isaac Haas a incontestablement fait mal aux Boilermakers. Sans lui, Purdue n’a pas réussi à remporter le combat de la raquette et a manqué de solutions offensives. Les Red Raiders n’ont cependant pas volé leur victoire, au contraire.

Désormais, il reste à voir si la fatigue ne jouera pas un mauvais tour à Texas Tech face à Villanova.

#1 Kansas était trop fort pour #5 Clemson

Pendant 39 minutes, il n’y pas eu match.

Pendant 97.5% de la rencontre, Kansas a survolé les débats, imposant un rythme soutenu que Clemson n’a jamais réussi à suivre.

La tentative de comeback lors de l’ultime minute de jeu n’est donc qu’illusion. Clemson a souffert face à des Jayhawks bien plus complets.

Dès les premières possessions, Kansas a ainsi dominé la raquette par le biais de Udoka Azubuike (14 points et 11 rebonds) tandis que le duo entre Devonte’ Graham et Malik Newman (33 points, 12 rebonds et 7 passes à eux deux) a profité de sa supériorité dans le backcourt pour diriger le jeu des Jayhawks.

+13 à la mi-temps, +20 à douze minutes du terme puis +9 à une minute du buzzer, Kansas était bien plus fort face à des Tigers en manque d’imagination. Seul Gabe DeVoe, exceptionnel hier soir avec 31 unités et 9 rebonds, a fait le travail du côté de Clemson.

Ce succès (80-76) est une bonne nouvelle pour les Jayhawks, étant donné qu’ils n’ont pas joué à leur meilleur niveau : 14-22 aux lancers-francs, 13 pertes de balle et un Sviatoslav Mykhailiuk à seulement 9 points (4/11).

Bref, si Kansas arrive à corriger toutes ces petites erreurs, le titre national pourrait leur tendre les bras.

Merci #2 Duke, #11 Syracuse est enfin éliminé !

Comme attendue, la bataille entre #2 Duke et #11 Syracuse ne s’est pas joué à grand chose.

Les défenses de zone y ont clairement joué un rôle, mais les Blue Devils ont usé de leur supériorité offensive pour se défaire du poison de la région Midwest.

Aucune équipe n’a obtenu d’avantage supérieur à 10 points au cours des 40 minutes de jeu. Duke a toutefois mené la barque (comme l’a fait Michigan State), mais ce coup-ci, les Orangemen ont craqué dans les moments importants. Preuve de leurs plus grandes lacunes.

Syracuse a fait le yoyo toute la rencontre, s’éloignant puis se rapprochant des hommes de “Coach K”, jusqu’au deux lancers-francs de Gary Trent Jr. à 6 secondes du terme pliant la rencontre (69-65).

Contrairement aux Spartans, Duke a trouvé la faille à la fameuse défense de zone concoctée par Jim Boeheim. Le freshman Marvin Bagley s’est amusé dans la raquette (22 points et 8 rebonds), notamment en ligne de fond où son gabarit a fait la différence, accompagné de Wendell Carter Jr. (14 points, 12 rebonds dont 4 offensifs).

Tout n’était pas rose du côté des Blue Devils, non plus. Les Orangemen ont réussi à faire déjouer les arrières adverses. Grayson Allen a artillé en vain à longue distance (3/14 à 3-pts), Trevon Duval a été inexistant (2 points à 1/7 et 3 turnovers) et Gary Trent Jr. s’est retrouvé en difficulté avant de libérer les siens (14 points à 5/13).

Autre point noir pour Duke : le banc n’a eu aucun apport et ce pourrait se révéler très couteux lors de l’Elite 8 face à Kansas, qui a montré plus de profondeur jusque là.