Présentation de la région Midwest à l'aube du Sweet 16, avec Kansas en favori.

Le premier week-end s´est révélé incroyablement excitant avec des First et Second Round dantesques.

Enfin presque. Une région résiste à la tentation de l’upset, la région Midwest, seule partie du bracket où la logique est, presque, respectée avec une seule équipe invitée alors que l’on ne l’attendait pas, Syracuse.

Encore une fois, la zone de Jim Boeheim fonctionne.

La March Madness reprend ses droits après une petite coupure et au programme de ces quatre prochains jours de compétition (du 22 au 25 mars), le Sweet 16 et l’Elite 8.

Midnight on Campus vous présente chaque dernier carré de région et la région Midwest termine la danse avec un favori en puissance et un outsider ultra-dangereux.

Le favori : #1 Kansas Jayhawks

Suite à une saison couronnée d’un nouveau titre dans la conférence Big 12, Kansas a reçu l’étiquette de seed #1 par le comité de sélection de la March Madness.

Pourtant, les deux matchs qui ont mené les Jayhawks au Sweet 16 n’ont pas été si simple que cela.

Lors du First Round, l’université issue des rangs de l’Ivy League, Pennsylvania, se sont durement frottés à eux et il a fallu un grand Devonte’ Graham pour mener les siens vers la victoire avec 29 points, 6 passes, 6 rebonds et 3 interceptions.

Derrière, Kansas voyait Seton Hall sur son chemin. Là encore, il a fallu une prestation individuelle pour venir à bout des Pirates, en l’occurence, Malik Newmann (28 points), qui sort les Jayhawks du piège.

Kansas débarque à Omaha pour le Sweet 16 avec son lot d’incertitudes.

L’équipe de Bill Self n’a pour l’instant pas montré une supériorité attendue lors de ce tournoi mais elle gagne. Et elle gagne notamment à un homme, Devonte’ Graham.

Le possible futur Joueur de l’Année porte les Jayhawks et en fait toujours le favori de cette partie de tableau. Mais on ne peut s’empêcher de garder en tête que Kansas à ces dernières années eu du mal à franchir le cap du Final Four.

Alors est-ce pour sa dernière année que Devonte’ Graham réussira à briser la malédiction ?

L’outsider : #2 Duke Blue Devils

Une saison en demi-teinte, mais Duke est bel et bien présent à la March Madness.

On attendait au tournant l’équipe de Mike Krzyzewski et pour le moment, elle répond présent en imposant une défense de zone 2-3 qui fonctionne. Et le talent de Grayson Allen ou Marvin Bagley III en attaque fait la différence.

Premier acte face au champion de la MAAC, Iona, et premier blowout. Les Gaels sont incapables de trouver la faille face à la défense 2-3 et dans l’incapacité de contenir le duo Allen-Bagley, qui termine avec 38 points.

La suite, Rhode Island, et un nouveau blowout. Avec 47% de réussite à trois points sur l’ensemble du match et un Marvin Bagley à 22 points et 9 rebonds, les Rams se sont retrouvés sans réponses pur stopper la furie de Duke.

Un duel de défense de zone attend Duke au Sweet 16. Les Blue Devils s’invitent à Omaha avec la forme du début de saison et les hommes de Coach K sont prêts se frayer un chemin vers le Final Four.

L’interrogation reste l’adversaire et de savoir comment ils s’ajusteront à lui.

La grosse cote : #5 Clemson Tigers

Surprenant tout au long de la saison, Clemson confirme depuis le début de tournoi en ne faisant aucun faux-pas sur les deux premiers tours de la compétition, bien mené par un quatuor composé de Marcquise ReedGabe DeVoeShelton Mitchell et Elijah Thomas.

Il a inscrit pas moins de 66 points lors de la confrontation face à New Mexico State lors du First Round, soit seulement deux points de moins que l’ensemble des Aggies. Les Tigers évitent un piège que beaucoup d’observateurs attendaient.

Ensuite, lors du Second Round, les Tigers affrontaient Auburn. Cette confrontation aurait été suivi par des millions de téléspectateurs si nous avions été en football universitaire.

Mais un dimanche soir, dans une salle clairsemée, Clemson n’a pas fait dans la dentelle face aux Tigers, et grâce à un Gabe DeVoe à 22 points, 5 passes et 5 rebonds, Clemson roule sur Auburn en l’emportant de 31 points.

Il faudra répondre présent lors du Sweet 16 face à un adverse d’un tout autre calibre, en la personne de Kansas. Une victoire face aux Jayhawks marquerait l’apogée d’une saison caractérisée par le manque de victoires de référence.

Et surtout, l’avènement du travail du head coach des Tigers, Brad Brownell.

La surprise : #11 Syracuse Orangemen

Une nouvelle saison quelconque pour Syracuse mais elle connaît une éclaircie avec une qualification pour la March Madness.

Dans les bas fonds de la conférence ACC à la fin de la saison régulière, la défense de zone de Jim Boeheim réalise une nouvelle fois ses preuves lors du tournoi final.

Lors d’un First Four face à Arizona State tendu jusqu’au bout, les Orangemen, portés par un Oshae Brissett des grands soirs (23 points et 12 rebonds), l’emportent. Elle amène Syracuse à entrer officiellement à la March Madness.

Face à TCU, les Orangemen gagnent à nouveau de très peu pour se rendre au tour suivant, toujours porté par le freshman brillant avec 17 points et 9 rebonds.

Michigan State se place en travers du chemin de Syracuse lors du Second Round. Incapables de se déjouer de la zone, les Spartans coulent en fin de match en ne marquant que cinq points sur les 5:30 dernières minutes avec un magique 0/13 au tir. Tous les points sont venus de lancers-francs.

Désormais, Syracuse n’est plus qu’à deux matchs de se retrouver au Final Four à la surprise générale. Comme il l’avait déjà fait il y a deux ans.

Mais avant cela, il faudra se défaire d’une équipe de Duke en forme dans cette partie de tableau… et qui joue également en zone depuis quelques semaines.