Présentation de la région West à l'aube du Sweet 16, avec Gonzaga en favori.

Le premier week-end s´est révélé incroyablement excitant avec des First et Second Round dantesques.

La March Madness reprend ses droits après une petite coupure et au programme de ces quatre prochains jours de compétition (du 22 au 25 mars), le Sweet 16 et l’Elite 8.

Midnight on Campus présente chaque dernier carré de région et en guise de second opus, la région West où les seeds #1 et #2 ont déjà été éliminés, laissant Michigan, Gonzaga, Texas A&M et Florida State en tant que seuls survivants.

Le favori : #4 Gonzaga Bulldogs

Gonzaga est arrivé au Sweet 16 après une victoire étriquée et plus compliquée que prévue face à UNC Greensboro (68-64) au First Round.  Après avoir mené de 9 points à la mi-temps, les coéquipiers de notre frenchie Killian Tillie se sont endormis et ont laissé les Spartans revenir à égalité à 51 secondes de la fin.

Mais le freshmen Zach Norvell Jr. a pris ses responsabilités pour inscrire un 3-points crucial à 21 secondes de la fin.

Au Second Round, c’est un plus gros morceau qui s’est présenté avec le seed #5, Ohio State. Un match contrôlé par Gonzaga en première mi-temps (44-33), avant que les Buckeyes reviennent en deuxième mi-temps avec de meilleures intentions et recollent au score. Une meilleure gestion du money-time a permis à Gonzaga de l’emporter sur le score de 90 à 84.

Les portes du Final Four sont plus ouvertes que prévues pour Killian Tillie & co. avec les absences des seeds #1 et #2, déjà éliminées. Mais attention, les coupeurs de tête de la région West se présentent en la personne de Florida State.

Il ne faudra pas tomber dans le piège des Seminoles, imposer son rythme en attaque (10ème attaque du pays) et dominer aux rebonds comme cela a été le cas régulièrement cette saison. Une élimination avant le Final Four sera vu comme une déception tant la région est ouverte.

L’autre favori : #3 Michigan Wolverines

La présence de Michigan au Sweet 16 est digne d’un petit miracle.

Au First Dound, les Wolverines étaient opposés à #14 Montana. Après une mise en route un peu longue, Michigan ne menait que de 3 points à la mi-temp (31-28) avant que l’une des meilleures défense du pays sortent les barbelés en seconde période pour empêcher Montana de scorer pendant 9 longues minutes et créer un écart rédhibitoire de 14 points à 10 minutes de la fin. Victoire, 61 à 47.

#6 Houston se présentait pour le Second Round. Résultat ? Un match au scénario fou, un mano à mano qui durera jusqu’au buzzer final lors duquel Jordan Poole décoche un tir à 10 mètres pour assommer Houston et envoyer Michigan au Sweet 16. Un scénario que seul le basket universitaire peut nous donner.

#7 Texas A&M, qui vient de désosser le champion national sortant, North Carolina, se trouve désormais sur  le chemin des hommes de John Beilein.

Michigan devra serrer les verrous en défense pour étouffer l’attaque des Aggies. Mais nul doute que l’objectif des Wolverines est d’accéder au Final Four, tout comme Gonzaga, et que tout autre résultat sera perçu comme un échec.

La grosse cote: #9 Florida State Seminoles

Où s’arrêteront les Seminoles ? La grosse côte de la région West, Florida State, a déjà coupé plusieurs têtes au cours de ce premier week-end de compétition et compte bien continuer sur cette lancée.

Un match équilibré s’annonçait pour le First Round face à une équipe de #8 Missouri au seed à peine plus élevé que celui de Florida State. Pourtant, les Seminoles ont dominé les débats de bout en bout. Les Tigers comptait sur le retour de Michael Porter Jr. pour rivaliser mais il n’a jamais pu peser sur le match malgré ses 16 points et 10 rebonds.

En face, les Seminoles avaient sorti une grosse défense collective pour limiter les Tigers à 32% au tir. Le score final (67-54) illustre bien cette supériorité de Florida State sur son adversaire.

Au Second Round, l’ogre de la région se présentait à eux avec les Musketeers de #1 Xavier. Après un début de match serré, Xavier crée le premier écart après 10 minutes mais Florida State ne se laisse pas distancer pour rentrer aux vestiaires avec seulement 2 points de retard (32-34).

Les Musketeers prennent même une avance de +9 à l’entame des 5 dernières minutes du match… avant de connaitre une grosse panne sèche. La défense des Seminoles y a mis du sien et inflige un sévère run de 16-4 pour remporter le match sur le fil (75-70).

Florida State devra limiter l’une des attaques les plus prolifiques du pays en la personne de Gonzaga au Sweet 16. L’équipe floridienne devra surtout réussir à développer la leur afin de pouvoir exister au cours du match.

Et pourquoi pas espérer un autre upset majeur ? Personne n’aurait parié sur la présence de Florida State à ce stade, tous les espoirs sont permis.

L’invité surprise : #7 Texas A&M Aggies

Texas A&M peut être considéré comme l’invité surprise de la région West mais l’équipe aurait autant mérité une place de “grosse cote” à la suite de sa performance du Second Round.

Mais revenons sur leur parcours en commençant par leur First Round contre #10 Providence. Un match marqué par la domination aux rebonds des Aggies (44-26), ce qui leur a permis d’avoir énormément de deuxième chance. Mais le match s’est révélé serré pendant 25 minutes avant que Texas A&M passe deux grosses séries : un 8-0 pour prendre 8 points d’avance et un autre 9-0 pour pour clôturer le match malgré une tentative de comeback échouant à 4 points (73-69).

Le seed #2 de la région West et accessoirement champion sortant, North Carolina, était dans le plat de Texas A&M ; on ne va pas se cacher que la rencontre a été une vraie boucherie !

A part un début de match à l’avantage des Tar Heels, les Aggies ont complètement marché sur North Carolina. Leur défense a limité leurs adversaires à seulement 33% au tir (et un 19% à 3-points), alors que eux-même ont shooté à plus de 50%. Sans oublier le fait qu’ils ont totalement dominé sous les panneaux avec un avantage de 50 rebonds contre 26.

Pour réaliser un nouvel upset au Sweet 16, Texas A&M a l’obligation de dominer le rebond face à une équipe de Michigan vraiment mauvaise dans ce domaine (277ème…), ce qui promettait de faire exploser l’une des défenses les moins perméables du championnat.

Mais le défi n’est pas le même : North Carolina possédait la 197ème défense du pays alors que Michigan est 8ème au sein de ce classement avec seulement 63 points concédés par match.