On était anxieux pour le programme de basketball d’Arizona en cette intersaison.

Entre les soucis liés avec l’investigation du FBI pour corruption, un Sean Miller qui fait pression pour partir (dans le sens du vent, évidemment) et un groupe très affaibli, cela sentait la saison galère. Mais finalement, l’été fut studieux avec le recrutement d’excellents prospects dans la promotion de freshmen ainsi que sur le marché des transferts.

La nouvelle addition, Stone Gettings, ancien joueur vedette de Cornell, en est le dernier exemple en date.

 

Un “late push” de Sean Miller pour recruter Stone Gettings à Arizona

Il s’agit d’une excellente addition pour Arizona, qui obtient un joueur d’expérience capable d’être productif dès les premières minutes de la saison. Pourtant, lors de son processus, le prospect n’avait pas forcément Arizona en option numéro une.

Stanford et Vanderbilt partaient favoris devant une multitude d’offres en provenance d’autres programmes. Mais un “late push” de Sean Miller a pesé dans la balance, comme l’explique le joueur.

“J’ai décidé de rejoindre l’Université d’Arizona en tant que graduate transfer (joueur ayant obtenu son diplôme universitaire et éligible immédiatement). J’ai reçu énormément d’offres mais quand j’ai vu que Arizona faisait le pressing pour m’avoir, je n’ai pas hésité. C’est un honneur.

J’ai une pleine confiance en Sean Miller et je suis très heureux de rejoindre un tel programme historique en NCAA. Et plus important, je serais plus prêt de chez moi et ma famille viendra me voir. Je suis aux anges.”

Stone Gettings est un stretch 4 par excellence. La saison dernière avec Cornell, il affichait une moyenne de 16.7 points et 6.6 rebonds, avec 43 réussites à trois points pour un pourcentage de 36.8%, ce qui est vraiment intéressant.

Il était la plaque tournante du jeu offensif du Big Red en 2017-18, en produisant le jeu souvent lorsqu’il était poste haut. Il est capable de driver et servir des coéquipiers même si son atout majeur reste son tir à trois points.

Le prospect se rapproche de sa Californie natale par le biais de ce transfert. Il a joué au lycée avec Thomas Welsh (UCLA) et surtout Parker Jackson-Cartwright, l’ancien meneur des Wildcats qui vient de terminer son cursus universitaire. Il se dit que ce dernier a joué un très grand rôle dans ce recrutement, ce qui parait normal.

 

Arizona avec un ratio intéressant de réussite sur les transferts de joueurs

Stone Gettings sera le troisième joueur de l’effectif qui vient d’un autre programme pour cette saison, avec l’ancien de Samford, Justin Coleman, et l’ancien de Pittsburgh, Ryan Luther. Et si Arizona optait plutôt pour cette nouvelle politique de recrutement pour le futur ? On sait que cela marche chez certains, comme Nevada, par exemple.

Petite précision : Stone Gettings sera éligible à partir de décembre (dès le deuxième semestre scolaire). Il est toujours difficile de sortir de l’Ivy League, qui possède ses propres règles. Mais cela reste une très bonne addition pour Arizona.