L'engagement de Spencer Freedman est une nouvelle pierre à l'édifice impressionnant de Tommy Amaker à Harvard.

Et revoilà que Tommy Amaker nous réalise encore un énorme coup sur le plan du recrutement. En effet, comme depuis quelques saisons déjà, le head coach de Harvard a obtenu l’accord verbal de l’un des meilleurs meneurs de la Côte Ouest en la personne de Spencer Freedman.

Actuellement au célèbre lycée de Mater Dei, Spencer Freedman vient de faire son apparition dans le Top 100 de la promotion 2018, à la 98ème place. Il était notamment convoité par USC, Washington, UC Santa Barbara, Rice, Portland ou encore le rival du Crimson, Yale.

Mais c’est bien Tommy Amaker qui remporte le gros lot.

“Mes raisons de choisir Harvard sont simples : je voulais étudier dans l’une des plus prestigieuses universités du pays, le tout en étant compétitif sur le plan du basketball. Harvard remplie aisément les deux critères.

Lors de mon processus de recrutement, j’ai été souvent en contact avec Tommy Amaker. J’ai eu un bon feeling avec lui et c’est un très grand entraîneur. Il possède un CV solide et il sait former les joueurs extérieurs. J’ai donc hâte de pouvoir travailler avec lui ainsi qu’avec mes futurs coéquipiers.”

Spencer Freedman est un joueur intelligent, que ce soit sur le parquet comme sur les bancs scolaires. Avec un GPA de 4.3, tout en glanant avec son lycée le titre de MVP de son Etat, il a explosé sur sa saison de junior, lui permettant de grimper à la 98ème place au classement des prospects en 2018.

Il n’a cessé de progresser au cours de son cursus au lycée, passant d’un joueur de rotation à joueur cadre dans le célèbre lycée de Mater Dei. Mais son match référence reste en Playoffs de l’Etat de Californie face à Chino Hills (de la fratrie Ball), en se baladant outrageusement face à ses adversaires.

Spencer Freedman va rejoindre un groupe très talentueux sur le papier. Harvard, après deux saisons de transition (qui a permis à Yale de reprendre le pouvoir dans l’Ivy League), sera attendu au tournant dès cette année. L’expérience sera présente et les concurrents entrent à leur tour dans une phase de reconstruction, à l’instar de Yale ou Princeton. De quoi entrevoir le Crimson de retour sur le plan national pour les prochaines années !