La College Cup a délivré son champion national.

Contre toute attente, les Terrapins de Maryland remportent l’édition 2018 de la College Cup depuis le Harder Stadium de Santa Barbara. Après 3 ans de domination du Cardinal de Stanford, les Terrapins leur succèdent pour devenir le nouveau champion national de la ligue de soccer universitaire.

La saison est maintenant terminée avant de reprendre dans 9 mois.

(Crédit photo : @NCAASoccer)

 

Résumé de la College Cup

 

Malheureusement, la College Cup a été un flop sur tous les plans.

Moins de 5.000 personnes ont assisté à chaque rencontre, alors que les conditions météorologiques étaient pourtant idéales pour que cela soit une réussite sur le plan des affluences.

Malgré cet échec, les affiches paraissaient prometteuses pour faire oublier la déception des tribunes. Chaque équipe de ces demi-finales se sont déjà rencontrées au moins une fois pendant la saison régulière. Elles se connaissaient par cœur et pouvaient appréhender leur match dans des conditions les plus favorable.

Des buts, nous en avons eu cette année mais le jeu a été bien fade. Et cette situation se répète puisque, depuis 2015, nous n’avons pas eu une seule rencontre de qualité.

La College Cup 2018 s’est encore résumée à : “si vous voulez gagner, vous devez défendre, ne prendre aucun risque et ne jamais respecter la philosophie qui vous a amené jusqu’à ce stade de la compétition“. L’équipe ouvrant le score remporte le match et cela dure depuis au moins 5 ans.

C’est pourquoi la finale nationale de 2015 se détache de toutes les autres. Clemson avait perdu 3-0 contre Stanford mais n’a pas renoncé aux principes qui les avaient amenés jusque ce stade de la compétition, avec du beau jeu et du spectacle.

 

  • Akron 5-1 Michigan State (première demi-finale)

Les Spartans de Michigan State ont complémentent raté leur match.

Ils ont opté pour une option défensive, sans pressing, en abandonnant le ballon pour surprendre Akron en contre-attaque. Cette tentative a été un échéc. Le résultat : ils n’ont presque pas vu le ballon du match et les Zips de Akron ont pu faire tourner le ballon entre leurs milieux défensifs et la défense pendant tout le match.

Ils ont ensuite profité des largesses de Michigan State pour marquer sans ressentir la moindre opposition. C’est sur un score fleuve que l’aventure des Spartans a pris fin.

Retrouvez le replay complet de la première demi-finale entre Michigan State et Akron ci-dessous.

 

 

  • #11 Maryland 2-0 #2 Indiana (seconde demi-finale)

On attendait beaucoup plus de cette demi-finale ; mais les équipes se sont neutralisées et ont accouché d’une déception.

Maryland est resté sur ses principes du NCAA Tournament en s’adaptant à l’adversaire. Pour une quelconque raison, Indiana s’est neutralisé tout seul. Il a fallu attendre que les Terrapins ouvrent le score sur un corner en fin de première mi-temps pour que les Hoosiers prennent conscience qu’ils ont emprunté le mauvais chemin.

Leur réveil arrive bien trop tard. Indiana est une nouvelle fois puni sur corner en fin de deuxième mi-temps, alors que l’équipe était le grandissime favori de la College Cup. Les Hoosiers ont déjoué tout seul pour vivre une nouvelle désillusion, un an plus tard.

Retrouvez le replay complet de la seconde demi-finale entre Maryland et Indiana ci-dessous.

 

 

  • Akron 0-1 #11 Maryland (finale)

On restait sur notre faim après deux demi-finales sans saveurs.

La finale était très bien partie lors des 15 premières minutes de jeu. Au cours d’une bonne entame de match, les Zips possédaient le ballon et étaient bien plus offensif qu’à l’accoutumée. Mais voilà, finalement, cela n’a duré que 15 minutes et tout est reparti de travers : on n’a plus vu aucun jeu de la rencontre.

Akron n’a plus mis la pression et c’est à ce moment que les Terrapins ont commencé à prendre le dessus. Maryland marque le seul but de la rencontre sur un penalty et bénéficie d’un rouge très discutable envers Akron en deuxième mi-temps. Il y a eu des occasions dans ce match mais trop peu ont été marquantes pour oublier la faible performance générale.

Maryland devient le nouveau champion national du soccer universitaire grâce à sa défense.

Retrouvez le replay complet de la finale nationale entre Akron et Maryland ci-dessous.

 

 

William James Herve : champion mais inexistant

 

Le seul français présent à la College Cup, William James Herve, a souffert dans cette édition.

On n’aura que très rarement vu le français des Terrapins. Positionné dans le couloir gauche, il n’a été que très peu servi. Le changement adopté par Maryland depuis le NCAA Tournament ne lui a pas été favorable pour s’exprimer pleinement.

Comme tous ces coéquipier, on l’a surtout vu défendre dans cette College Cup. Mais on a tout de même eu le droit à un petit éclair technique du français, qui laisse rêveur pour la saison prochaine.

Pourquoi rêveur ? Le français est seulement dans son année freshman, qui reste une année d’adaptation. Il n’a pas la totale confiance du groupe pour lui donner les clés du camion. Il se verra attribuer plus de responsabilités la saison prochaine et pourra s’exprimer plus aisément.

En terme de jeu et de résultats collectifs, la saison de Maryland n’a pas été du tout flamboyante. Il a fallu composer avec le départ de cadres majeurs et le retour de Paul Bin, qui avait dû quitté l’université pour se refaire une santé mentale. La saison prochaine de Maryland ne peut être que meilleure sur ces aspects qui permettront à William James Herve d’exploser sur le scène nationale.

Le plus important est que le français a remporté son pari en rejoignant Maryland. Il est désormais champion national avec les Terrapins et son nom est inscrit à jamais parmi ceux qui ont remporté la College Cup.

 

Ce qu’il faut retenir de la saison

 

1. Le head coach de Maryland, Sasho Cirovski, est double vainqueur

Sasho Cirovski est vainqueur sur le terrain mais aussi au niveau de la crédibilité.

Le processus engagé par le head coach de Maryland ainsi que plusieurs de ces collègues est actuellement en cours pour que la saison de soccer universitaire en Division I se divisent sur 2 semestres au lieu d’un seul aujourd’hui. Ce titre tombe à point nommé pour Sasho Cirovski qui est l’investigateur de cette réforme, lui apportant davantage de crédibilité pour que cette réforme voit le jour.

Des mis à jour majeures ont été apportées sur ce sujet pendant la College Cup. Un vote en février prochain devrait décider du changement du calendrier (ou non) pour 2020. Cette application devrait voir le jour “en 2021” et permettrait d’offrir la meilleur expérience possible aux athlètes-étudiants en soccer universitaire, qui sont demandeurs d’un tel changement.

 

2. La montée en puissance des petits programmes et des conférences mineures

Ils n’ont pas réussi à atteindre la College Cup, d’autres n’ont pas gagné leur place pour le NCAA Tournament, mais ils ont crée la sensationpendant toute la saison.

On a assisté à un nombre important d’upsets durant la saison ainsi que des débuts de saison canons pour beaucoup d’entre-eux. Pendant une bonne partie de la saison, ils concurrençaient les programmes majeurs et les grandes conférence mais ils n’ont pas su tenir cette cadence dans la 2ème moitié de saison.

La nouvelle règle des transferts est déjà en place et devrait permettre à tous ces programmes de se renforcer à leur guise.

 

3. La conférence Big East se trouve sur le déclin

La conférence Big East connait une très mauvaise passe : un seul représentant au NCAA Tournament pour l’une des quatre conférences majeures en soccer universitaire (avec la Pac-12, la Big Ten et l’ACC).

Le niveau de la conférence recule d’année en année. De plus, la non-sélection de Creighton pour le NCAA Tournament, alors que tout laissait penser le contraire, et le départ de l’emblématique head coach Elmar Bolowich est l’avertisseur d’un tel déclin. D’autres conférences tapent dangereusement à la porte de ce Top-4, en particulier la WCC.

La Big East doit se réinventer si elle veut garder le peu d’aura qu’elle possède encore.

 

4. Un exode des joueurs des conférences majeures ?

La saison n’était pas encore fini que certains transferts étaient déjà officialisés :

Les joueurs cités ci-dessus avaient l’opportunité de jouer pour un programme d’une conférence majeure la saison prochaine et rejoignent une conférence moins huppée. Est-ce une tendance passagère ? Pas si sur.

Beaucoup de joueurs talentueux parmi le Big 4 jouent peu ou pas du tout. En recherche de temps de jeu mais aussi pour leur carrière, ils rejoignent certainement ces programmes émergents ainsi que ceux qui veulent retrouver leur succès passé.

Avec la nouvelle règle des transferts, la grande partie des talents concentrés dans le Big 4 devraient être beaucoup mieux répartis à travers le pays. Plus de répartition amènera plus de compétitivité et améliorera plus rapidement la qualité de jeu, en constante évolution ces dernières années.

 

5. Une nouvelle baisse des affluences

La Division I de la NCAA conclut une quatrième année consécutive avec une baisse dans les affluences. D’une moyenne nationale de 709 personnes par match en 2017, la participation tombe à 655 par match en 2018.

Cette baisse s’explique en grande partie par les intempéries qui ont sévi cette année. Quelque équipes motrices du College Soccer dans les affluences n’ont pas étés au rendez-vous sur le terrain, alors que certains sont des programmes en perdition et d’autres n’ont pas proposé un calendrier permettant d’attirer les fans.

 

6. Les matchs de la saison à ne pas manquer

Il y a eu beaucoup de rencontres qu’il ne fallait pas manqué durant la saison. Dans ce dernier épisode de Fight for the College Cup, nous avons sélectionné les six matchs à revoir afin de vous permettre de (re)découvrir le soccer universitaire :