San Jose State était l'avant-dernière équipe à ne pas encore avoir gagné en 2018.

La soirée de samedi en football universitaire promettait énormément avec des gros chocs un peu partout dans le pays. Mais un match moins huppé m’a attiré en particulier : un certain San Jose State contre UNLV.

La cause ? Un peu de masochisme ? Non, mon amour (le vrai) pour les Mid-Majors et surtout, pour admirer San Jose State en action, qui restait toujours sans victoire cette saison.

On peut dire que j’ai porté chance aux Spartans puisqu’ils ont réalisé leur meilleur match de cette saison (pas difficile en même temps) et ils ont décroché leur premier succès, face aux Rebels.

Météo agréable et petite ambiance, tout était réuni pour voir un match de football dans des conditions optimales. Sur le terrain, les deux pires équipes de la Mountain West Conférence face à face. Les locaux, San Jose State, arborent fièrement un bilan de 0 victoire pour 7 défaites (0-3 en conférence), alors que l’adversaire du jour, UNLV, comptent deux victoires de plus (2-5, 0-3 en conférence).

La hype était présente.

UNLV n’est pas connu pour détenir une défense de fer, bien au contraire. 150 points (oui, 150) encaissés sur les trois derniers matchs. De plus, sur le plan offensif, le quarterback titulaire, Armani Rodgers, est encore blessé et c’est l’ancien de California, Max Gilliam, qui prend la relève. Même s’il reste sur un match solide face à Air Force (26/38 à la passe pour 261 yards et 3 TDs), il lui manque encore de l’expérience pour ré-éditer ce genre de performance.

 

San Jose State patinait offensivement… jusqu’à ce week-end

 

Hormis le match d’ouverture contre UC Davis (162 yards), les Spartans n’ont jamais passé la barre des 62 yards au sol. Mais il y a du mieux sur le jeu aérien pour nos locaux et en plus, deux titulaires majeurs de la défense de UNLV seront absents pour cette rencontre. Certes, le running back des Rebels, Lexington Thomas, effectue une bonne saison, mais c’était du 50/50 sur ce match indécis.

Les visiteurs inscrivent les premiers points au tableau d’affichage, avec une course du quarterback Max Gilliam de 6 yards, Une série plutôt solide à l’actif des Rebels, avec surtout du jeu au sol. San Jose State répond immédiatement : Josh Love se connecte avec son receveur Thai Cottrell pour 60 yards avant que Tyler Nevens termine le travail au sol.

Egalité parfaite pour les deux équipes, 7 partout, c’est le score après le premier quart-temps.

La défense de San Jose State se montre productive avec un turnover on downs forcé, et surtout, une ligne défensive en mode rouleau compresseur sur la quatrième tentative. Les locaux profitent de la série suivante pour inscrire une deuxième passe de touchdown, à l’initiative de Josh Love (14-7).

Le match s’équilibre et les défenses prennent le pas sur les attaques. Les Spartans interceptent Max Gilliam sur une erreur de lecture du quarterback des Rebels mais cela se traduira “seulement” avec un field goal (17-7).

D’ailleurs, cette fin de 2ème quart-temps est haletante. UNLV réduit l’écart au tableau d’affichage après une bombe de son quarterback.

UNLV prend même les devants après une nouveau touchdown à la passe… mais ce n’était sans compter sur le sursaut d’orgueil des locaux, avec un splendide touchdown aérien. San Jose State mène à la pause sur le score de 24 à 21.

Le deuxième acte est une démonstration de San Jose State, sur une autre planète en ce samedi soir.

L’attaque déroule face à une défense d’UNLV sans deux de ses leaders, qui est obligé de bidouiller sur le poste de linebacker et cornerback, ce qui n’est pas une situation optimale. En plus, la défense des Spartans provoque deux interceptions, dont un pick-six, qui clore assez rapidement les débats.

Ils l’ont fait : San Jose State vient de remporter son premier match de la saison, avec une vraie maîtrise et même une petite insolence. Score final, 50 à 37, mais honnêtement, cela ne reflète en aucun cas la physionomie du match tant UNLV n’a pas existé en deuxième période.

Josh Love a été le grand artisan de la victoire de son équipe. Le quarterback junior sort le meilleur match de sa saison (et de sa carrière) avec un 25/36 à la passe pour 335 yards, 4 TDs et 1 interception.

Il a bien été aidé par une escouade au sol enfin productive, avec 157 yards au compteur dont 103 pour le coureur sophomore Tyler Nevens. Une victoire qui capitalise enfin le travail fourni et qui offre de l’optimisme en ce mois d’octobre pur San Jose State.

Concernant UNLV, la fin de saison risque d’être longue.