Présentation détaillée du tournoi final de hockey sur glace universitaire, jusqu'au Frozen Four.

A partir de ce vendredi soir, les 16 dernières universités encore en course pour empocher le titre national lors du Frozen Four s’opposeront dans quatre tournois régionaux, à élimination directe.

A l’issue de ceux-ci, il n’en restera quatre, qui disputeront le Frozen Four les 5 et 7 avril prochains.

Quatre finales régionales, quatre vainqueurs à venir, pour un Frozen Four spectaculaire… La NCAA, plus internationale que jamais (96 joueurs européens, dont 22 dans ce top-16), promet une belle intensité ce week-end.

Prenez connaissance du bracket complet du tournoi final de hockey sur glace universitaire, si cela n’est pas encore le cas.

Présentation de la région East

  • Michigan Tech (15) contre Notre Dame (2)

La qualification des Huskies de Michigan Tech fut une surprise. La saison poussive de l’équipe, à l’exception de l’attaquant Jake Lucchini (16 buts, 37 pts en 43 matchs), s’est terminée de manière heureuse.

La fiche de 22-16-5, moyenne, place Michigan Tech à la 18e place des classements. Sans le titre de conférence WCHA, les Huskies seraient en vacances. A suivre aussi, le défenseur Dane Birks, drafté par Pittsburgh, et l’attaquant Jake Jackson, un espoir de San Jose.

La mission s’annonce compliquée dès le premier tour avec la tête de série numéro 2, Notre Dame, portée par son gardien Cale Morris, qui mène la NCAA avec 94,6% d’arrêts et 1.93 buts encaissés seulement. Il est d’ailleurs nominé pour le trophée Hobey Baker.

Le Fighting Irish avait atteint le dernier carré l’an passé et compte bien faire encore mieux. Leur meilleur marqueur ? Le senior Jake Evans, 40 pts en 36 matchs et capitaine de l’équipe, signera sans doute pour les Canadiens de Montréal dès la fin de saison, lui qui a été drafté au 7e tour en 2014.

  • Clarkson (10) contre Providence (7)

Le duel semble équilibré.

Clarkson a échoué d’un souffle pour le titre ECAC, battu en prolongations. L’attaquant Sheldon Rempal a signé une saison incroyable, avec 23 buts et 46 pts en 36 matchs, secondé par Nico Sturm (37 pts). Le gardien Jake Kielly s’est montré très solide dans les buts, avec 1.84 buts encaissés et 92,8% d’arrêts, bien protégé par l’espoir d’Ottawa Kelly Summers en défense (30 pts).

Du côté de Providence, tous les regards seront tournés vers Erik Foley, un 3e tour de Draft NHL pour Winnipeg, auteur d’une saison de 16 buts et 35 pts. Sa ligne, avec Brian Pinho (31 pts, espoir de Washington) et Josh Wilkins (30 pts) a tenu des Friars hors de l’eau toute l’année, pour un excellent bilan de 23-11-4 sur la saison.

Présentation de la région West

  • Air Force (16) contre St Cloud State (1)

Grand favori du tournoi, St Cloud State offre le meilleur bilan de la saison avec 25 victoires, 8 défaites et 6 défaites en prolongations. Elle est portée par l’attaquant Robby Jackson (42 pts) et le défenseur Jimmy Schuldt (38 pts), l’un des dix nominés au trophée Hobey Baker récompensant le meilleur joueur de l’année.

Ryan Poehling, premier choix de Montréal lors de la dernière Draft NHL, a signé une belle saison de 31 pts en 35 matchs. L’entraîneur, Bob Motzko, est l’un des plus convoités par les équipes professionnelles, lui qui a mené les Etats-Unis à deux médailles de suite au Mondial Junior (or en 2017, bronze en 2018).

En face, Air Force n’aura rien à perdre. Les Falcons, petit poucet du tournoi, compteront sur l’attaquant Erik Baskin, 16 buts et 27 pts cette saison, pour tenter d’imiter l’exploit de l’an dernier.

Air Force avait remporté sa demi-finale avant de chuter à une marche du Frozen Four.

  • Minnesota-Duluth (12) contre Minnesota State (6)

Le derby du Minnesota sera l’occasion pour C.J. Suess, de Minnesota State, de marquer les esprits.

Il figure dans le Top 10 des nominés au Hobey Baker et avec 43 pts, dont 22 buts, en 39 matchs, le capitaine des Mavericks joue sa dernière saison universitaire avant, sans doute, de rejoindre les Jets de Winnipeg.

Son compère, Zeb Knutson (42 pts), le talonne, tout comme Marc Michaelis (39), Jake Jaremko (39) et Parker Tuomie (37). Le défenseur Daniel Brickley, 35 pts dont 10 buts, est pour sa part l’agent libre le plus convoité de toute la NCAA. La rumeur évoque pas moins de 29 des 31 équipes NHL sur les rangs.

En face, les Bulldogs sont menés par plusieurs internationaux juniors américains, dont le défenseur de freshman Scott Perunovich (35 pts), l’espoir des Devils du New Jersey Joey Anderson (26 pts) et le récent premier choix des Stars de Dallas, Riley Tufte (28 pts).

Minnesota-Duluth avait perdu 3-2 en finale du Frozen Four contre Denver l’an dernier ; une expérience précieuse.

Présentation de la région Midwest

  • Princeton (14) contre Ohio State (4)

Le champion de la conférence ECAC, Princeton, fait figure de petit poucet, mais attention. Les Tigers alignent tout simplement le deuxième marqueur de la saison, la fusée Max Veronneau, auteur de 17 buts et 55 pts en seulement 35 matchs, ainsi que le quatrième meilleur marqueur, Ryan Kuffner (29 buts, 52 pts).

Le duo parviendra-t-il à déjouer la défense d’Ohio State ?

L’excellent Sean Romeo a brillé dans les buts, avec 92,5% d’arrêts, et les Buckeyes s’appuient sur un premier trio efficace : Tanner Laczynski (43 pts), un espoir de Philadelphie, Mason Jobst (41 pts), et Matthew Weis (37 pts). Dakota Joshua, drafté par Toronto, sera également un joueur à suivre (14 buts, 24 pts).

  • Penn State (11) contre Denver (5)

Le programme de hockey sur glace de Penn State est tout jeune à ce niveau (2012), mais les Nittany Lions font déjà parler la poudre. Il faut dire que le Russe Denis Smirnov, un 6e choix de Draft NHL pour Colorado, a fourni un gros travail depuis deux ans.

Il compte 15 buts et 27 pts en 29 matchs et figure ainsi dans un joli tir groupé : 9 joueurs dépassent les 20 pts, avec en tête de liste Andrew Sturtz, 40 pts, mais aussi le défenseur Cole Hults, un espoir de Los Angeles.

Penn State est la seule université parmi les seize qualifiés à évoluer dans son antre pour des finales régionales. Le bouillant public sera sans aucun doute un sérieux atout.

Denver, champion en titre, dispose en revanche d’une expérience irremplaçable et d’un effectif particulièrement talentueux. Le Finlandais Henrik Borgström, 22 buts et 50 pts en 38 matchs, vise le trophée Hobey Baker… et ce premier choix des Panthers de Floride n’est qu’en deuxième année !

Derrière lui, Troy Terry, 44 pts, a participé aux derniers Jeux Olympiques dans la sélection américaine, un an après avoir offert le titre aux Etats-unis au Mondial Junior dans une séance de tirs au but mémorable. Anaheim surveille de prêt sur ce joueur drafté au 5e tour.

Enfin, avec 42 pts, l’espoir des Sharks de San Jose Dylan Gambrell est tout aussi brillant. Idem pour le gardien, Tanner Jaillet, qui se présente en véritable mur avec 1.85 buts encaissés et 92,9% d’arrêts.

Denver est l’épouvantail de cette région Midwest, qu’ils avaient remporté l’an dernier en battant Penn State en finale.

Présentation de la région Northeast

  • Boston University (13) contre Cornell (3)

Les Terriers de Boston sont traditionnellement une puissance de la NCAA. Ils attirent quelques uns des meilleurs espoirs du pays mais, revers de la médaille, ne parviennent que rarement à les conserver quatre saisons complètes.

La qualification in extremis doit beaucoup au gardien Jake Oettinger, qui a retrouvé son meilleur niveau au meilleur moment. Devant lui, on trouve quelques excellents espoirs : l’ailier Jordan Greenway, 33 pts, a brillé aux Jeux Olympiques pour les Etats-Unis et mène l’équipe aux côtés de Bobo Carpenter (20 buts, 33 pts).

Il existe pléthore de très bons espoirs, comme Shane Bowers (drafté au premier tour par Ottawa), Dante Fabbro (premier tour de Nashville), Brady Tkachuk (éligible en 2018 et candidat au Top 5), Chad Krys (2e tour de Chicago) ou Patrick Harper (5e choix de Nashville).

Face à cette armada, le Big Red de Cornell devra compter sur son gardien Matthew Galajda, auteur d’une saison ébouriffante (1.49 buts encaissés, 94% d’arrêts) qui lui vaut une nomination parmi les dix candidats au Hobey Baker.

L’équipe aligne un effectif homogène et très rigoureux défensivement, sans marqueur spectaculaire. Anthony Angelo, drafté par Pittsburgh, a fini meilleur pointeur avec 13 buts et 26 pts seulement.

  • Northeastern (9) contre Michigan (8)

Difficile de trouver plus équilibré que ce duel qui compte quelques uns des meilleurs espoirs du championnat.

Les Huskies de Northeastern alignent le meilleur marqueur de toute la NCAA, l’espoir de Vancouver Adam Gaudette, avec 30 buts et 60 pts en 37 matchs. Il figure fort logiquement parmi les dix nominés au Hobey Baker. L’un de ses coéquipiers est aussi nominé : Dylan Sikura, 21 buts et 53 pts, pour sa dernière année avant de rejoindre Chicago, qui l’a drafté au 6e tour en 2014.

Cette attaque explosive est bien souvent lancée par l’arrière Jeremy Davies, un espoir de New Jersey, auteur de 34 pts en 35 matchs. Dans les buts, Cayden Primeau a fait bien plaisir en Montréal grâce à sa saison à 1.88 buts encaissés et 93,2% d’arrêts.

Favori, Northeastern ? Pas sûr, car Michigan n’est pas dénué d’arguments.

Les Wolverines comptent dans leurs rangs le défenseur Quinn Hugues, 18 ans et éligible à la Draft NHL en 2018, fort de ses 28 pts en 34 matchs. Joshua Norris, drafté par San Jose, a connu une saison moyenne (8 buts, 22 pts en 34 matchs) pour un premier tour de draft. Le meilleur pointeur, Cooper Marody (14 buts, 46 pts) a pour sa part été drafté par Philadelphie et échangé à Edmonton le 21 mars.