Cette histoire n’a échappé à personne : hier soir, le FBI a révélé au grand public une investigation longue de plusieurs années au coeur du basketball universitaire et a mis le doigt sur un énorme scandale concernant un système de corruption et de pots-de-vin entre équipementiers sportifs et entraineurs de certains programmes de basketball universitaire.

ESPN révèle tout d’abord que plusieurs employés d’universités du Power Five (ACC, SEC, Big Ten, Big 12, Big East) étaient sous le coup d’une enquête du FBI pour corruption. A cet instant, on apprend que des membres des universités d’Arizona, Auburn, Oklahoma State et Southern California sont inculpé par le FBI.

Dans la foulé, le procureur général de New York annonce qu’une dizaine de personne se trouvent dans le collimateur du gouvernement américain et notamment Chuck Person (Auburn), Lamont Evans (Oklahoma State), Emanuel Richardson (Arizona) et Tony Bland (USC), tous entraineurs assistants au sein de leur école. Le FBI rapporte que ces coaches pourraient faire face à une détention en prison pouvant aller jusqu’à 80 ans.

Quelques minutes plus tard, on apprend que l’équipementier Adidas est aussi dans le coup ainsi qu’un des plus importants agents de joueurs en NBA. Le FBI fait ensuite savoir les arrestations de James Gatto, directeur du marketing de la marque à trois bandes, Merl Code, employé d’Adidas et Christian Dawkins, un ancien agent lié à la NBA.

Très vite, cette nouvelle révélée par ESPN prend de l’ampleur dans les différents médias américains et d’autres noms d’universités commencent à être connue. Notamment, Louisville. Le programme mené par Rick Pitino depuis plusieurs décennies est une nouvelle fois nommé dans une affaire après le scandale sexuel ayant émergé il y a un peu plus d’un an.

Jason Riley, journaliste pour un média local de Louisville, annonce que l’université serait elle-aussi impliquée dans cette affaire de corruption. Il révèle que Adidas, équipementier officiel des Cardinals, est accusé d’avoir payé près de $100.000 afin d’obtenir l’engagement d’un lycéen cet été. Rapidement, on comprend que le lycéen en question s’avère être l’arrière 5-étoiles Brian Bowen.

Derrière, le nom d’une autre université sort du chapeau, Miami (FL). Comme Louisville, Adidas aurait aussi aidé les Hurricanes à recruter un lycéen en versant pas moins de $150.000. Le nom du joueur reste pour le moment inconnu.

Suite à ces révélations, c’est l’effet boule de neige. Notamment du côté de Louisville.

L’université convoque ses responsables dès le lendemain des révélations liées à l’investigation du FBI pour une réunion et mettre à plat toutes les informations en leur possession. Le couperet ne met pas longtemps à tomber puisque dans la matinée aux Etats-Unis, le Président de l’Université de Louisville annonce le licenciement de Rick Pitino, head coach de l’équipe de basketball et du directeur athlétique des Cardinals, Tom Jurich. Il est aussi annoncé qu’un joueur est suspendu du programme ; en toute logique, il devrait s’agir de Brian Bowen.

Cette annonce a immédiatement fait revenir Anfernee Simons (#12, 2018) sur son choix de rejoindre les Cardinals. L’arrière 5-étoiles décide de ré-ouvrir son recrutement à la suite de cette affaire qui touche l’université. Le meneur de jeu 5-étoiles Courtney Ramey (#37, 2018) a également retiré son engagement auprès de l’équipe de basketball de Louisville quelques minutes plus tard.

Une boule de neige qui roule jusque dans l’Alabama et l’Université d’Auburn. Aussi touchée par cette affaire de corruption, l’université perd un prospect, E.J. Montgormery (#25, 2018), qui avait donné sa parole pour rejoindre les Tigers en septembre 2016. A ce jour, aucune information si, oui ou non, ce lycéen a touché de l’argent pour rejoindre Auburn ou s’il préfère prendre ses distances du programme de basketball des Tigers.

Cette boule de neige poursuit sa course et fait un arrêt à l’Université d’Arizona. En effet, selon AZCentral Sports, le prospect 5-étoiles Jahvon Quinerly (#19, 2018) penserait à revenir sur son choix de jouer pour les Wildcats et même à ne pas jouer du tout au niveau universitaire. Selon le journal local, le meneur aurait touché de l’argent via l’entraineur assistant inculpé et la NCAA l’aurait découvert. AZcentral Sports avance que Jahvon Quinerly pourrait aller jouer à l’étranger pendant une saison avant de s’inscrire à la Draft NBA.

Adidas, des université mais aussi Nike et le AAU. Des journalistes américains rapportent que des employés de la division du Nike EYBL (le tournoi AAU majeur de Nike) ont également été visées par un mandat de comparution émis par le FBI.

Cette affaire de corruption à grande échelle, indéniablement une des plus importantes de l’histoire au niveau universitaire, n’a pas encore révélé tout ces secrets. Midnight on Campus est sur le coup et vous tiendra au courant des événements futurs.