Le sophomore Marcus Evans plie bagage après deux très belles saisons avec les Owls.

Le sophomore et star de l’équipe de Rice, Marcus Evans, a décidé de quitter le programme de basketball sur transfert, révélant une telle décision via son compte Twitter.

C’est une énorme perte pour Rice tant Marcus Evans a marqué de son empreinte pendant ces deux saisons passés sur le campus des Owls. Cette saison, il affichait une moyenne de 19 points, alors qu’il était à plus de 21 points (21.4 pour être précis) lors de sa saison de freshman.

Mais cette décision n’est pas étonnante. En effet, le head coach de Rice, Mike Rhoades, a été débauché par VCU, et, naturellement, Marcus Evans a décidé de lui aussi partir, ne voyant plus son avenir au sein de l’équipe. Il faut dire que les Owls étaient attendus au tournant cette saison dans la conférence C-USA.

Malheureusement, ce fut un exercice encore une fois décevant, avec une cinquième place à la fin de saison régulière (bilan de 23 victoires pour 12 défaites en général, 11 victoires pour 7 défaites en conférence). La participation au tournoi CBI, que l’on peut considérer comme troisième dans la hiérarchie derrière le NIT et surtout la March Madness, n’a pas satisfait le talentueux prospect de rester, malgré un quart de finale à la clé.

Il devient l’un des gros poissons du marché des transferts, tout en sachant qu’il lui restera deux années d’éligibilité universitaire mais il devra rester sur la touche la saison prochaine. Fort shooteur à trois points à sa sortie de High School, il a développé sa panoplie offensive, devenant une menace de partout et surtout ballon en main.

Reste à savoir ce que fera Marcus Evans dans le futur. Un retour proche de chez lui est envisageable et naturellement, des universités comme Virginia ou encore Virginia Tech devraient rapidement se lancer dans la course au prospect. On se souvient aussi que UNC Greensboro faisait partie de la liste finale du prospect.

Gardons enfin un œil sur NC State et son nouvel entraîneur Kevin Keatts, qui avait déjà repéré la petite pépite à l’époque.