La NCAA prend des actions pour améliorer le basketball universitaire, avec de bonnes idées et d'autres plus bancales.

La NCAA essaye de faire peau neuve depuis les différentes accusations sur son modèle.

Dans la continuité des Recommandations réalisées par la Commission sur le Basketball Universitaire en avril, qui arrivait pour sa part en réponse aux allégations portées par le FBI en septembre 2017 à la suite d’une investigation sur un système de corruption existant en basketball universitaire, la NCAA a révélé l’implémentation de nouvelles règles afin de commencer à changer les choses. L’objectif : remettre l’athlète-étudiant au centre du débat.

« Ces changements promeuvent l’intégrité du sport, renforcent la responsabilité et priorisent l’intérêt des athlètes-étudiants par-dessus tout le reste, » annonce Mark Emmert, Président de la NCAA.

Voici les changements majeurs implémentés par la NCAA (plus de précisions à la suite) :

  • Tous les joueurs invités au NBA Combine mais qui ne seront par la suite pas sélectionnés à la NBA Draft pourront retourner au sein de leur dernière université sans aucune perte d’éligibilité.
  • Des prospects considérés comme “élite”, qu’ils évoluent au lycée ou à l’université, peuvent désormais entretenir des relations avec des agents : les prospects lycéens ne pourront bénéficier de cette évolution dès lors que la règle sur l’âge minimal d’entrée à la NBA subira un changement.
  • La NCAA requiert contractuellement tous les Présidents d’Université et membres de départements athlétiques à se soumettre aux futures investigations.
  • La NCAA et le Comité des Infractions peuvent dès à présent utiliser les informations compilées par des sources et investigations externes à la ligue : en d’autres termes, la ligue universitaire a la possibilité de récupérer et d’utiliser les informations de sources fédérales, telles que le FBI, ce qu’elle ne pouvait auparavant.
  • Le calendrier du recrutement évolue grandement : en quête de destruction du système de basketball extra-scolaire (AAU), la NCAA n’autorise les entraineurs universitaires à se rendre qu’à une seule période d’évaluation en juillet, qui correspond à celle du Nike Peach Jam.

D’autres évolutions ont également été promulguées, telles que des suspensions pour les activités d’après-saison plus fortes (jusqu’à cinq ans) et des suspensions d’entraîneurs plus sérieuses (supérieures à une saison). Les prospects lycéens en basketball pourront également profiter de davantage de visites officielles sur des campus universitaires, pour un total de 15 visites par année (pas plus d’une visite par université et par année), chacune aux frais de l’université et ce à partir de leur année de junior au lycée.

Malheureusement, une évolution n’a évidemment pas eu lieu malgré les critiques que la NCAA endure depuis plus d’une décennie. Les changements implémentés par la ligue universitaire ne comprennent pas la question de l’amateurisme.

Les athlètes-étudiants ne peuvent toujours pas bénéficier financièrement de leur image et de leur apparence et le système d’amateurisme actuellement en place, vivement décrié, reste en l’état jusqu’à nouvel ordre.

 

Les prospects “élite” peuvent engager un agent

 

Première annonce importante : à la fin de leur année dite junior, quelques lycéens et joueurs universitaires dit « élite » pourront engager un agent afin qu’il puisse les conseiller sur la direction future de leur carrière professionnelle. Ces joueurs seront désignés par USA Basketball et uniquement par la fédération américaine.

Enfin, la situation reste encore un peu floue.

Le journaliste d’ESPN, Jonathan Givony, a contacté un officiel de la fédération qui lui à indiqué qu’ils n’avaient pas, à cette instant, encore eu de discussions avec la NCAA à ce sujet.

D’après lui, la NCAA désignera les joueurs “élites” et USA Basketball adaptera ses différents camps d’entraînement autour de cette liste de noms. Sauf que USA Basketball n’a jamais accepté une telle proposition et il semblerait que la fédération américaine n’ait pas le désir ni les infrastructures pour diriger une telle organisation, selon Adrian Wojnarowki.

La question de savoir quel joueur peut être caractérisé comme “élite” se pose, évidemment. Qui décidera de cette classification ? Quels en seront les conditions et les seuils pour participer à un tel programme ? Il ne semble que rien n’a été pour le moment décidé et que cette annonce de la NCAA a été ajoutée à la hâte pour mettre la pression sur la NBA et USA Basketball.

De plus, si USA Basketball se retrouve avec la charge de désigner les joueurs “élite”, que deviendront les joueurs non-éligibles (tels que R.J. Barrett ou Charles Bassey) et ceux ayant refuser de participer aux activités de la fédération américaine, mais que l’on pourrait qualifier d’élite ?

Si agent il y a, il devra être certifié de son côté obligatoirement par un programme officiel de la NCAA et aura pour unique mission d’aider son client à faire les bons choix de carrière. Un tel changement entre en vigueur dès maintenant pour les prospects universitaires et, au plus tôt, en 2021 pour les prospects lycéens, dans l’attente d’une modification de l’âge minimal requis pour intégrer la NBA.

Le joueur, de son côté, aura la possibilité de signer professionnel après chaque saison. Chine, Europe, NBA, à lui de décider.

 

Enfin, un joueur non-sélectionné à la NBA Draft peut revenir à l’université

 

Deuxième annonce importante, si un joueur décide de prendre la décision de s’inscrire à la Draft NBA et qu’aucune équipe ne le sélectionne, il aura la possibilité de revenir étudier sur son campus et de jouer à nouveau pour son université. Et cela, sans avoir de problème d’éligibilité.

« Les changements ne s’arrêtent pas là. Nous allons continuer à travailler dans tous les domaines et poursuivre notre collaboration avec les instances extérieures que sont la NBA, son association des joueurs, les marques et la fédération américaine de basketball. »

Les joueurs doivent simplement notifier leur directeur athlétique de leur intention de revenir à l’université, avant 17h00 le lundi suivant la NBA Draft.

Cette annonce est une évolution logique et bien qu’elle ait été attendue pendant très longtemps, elle est une excellente nouvelle pour les droits des athlètes-étudiants, notamment du point de vue académique.

Plus intéressant encore, les universités seront dans l’obligation de financier les frais d’inscription et les frais académiques de joueurs de basketball revenant dans la même université pour compléter leur diplôme universitaire. Pour être éligible à une telle offre, les joueurs doivent avoir étudié au moins deux ans dans cette universitaire, et dans un délai inférieur à 10 ans à la suite de leur départ de l’école.

Il ne reste plus qu’à espérer que cette règle puisse s’étendre à tous les sports universitaires, si la NCAA se considère réellement engagée par les droits de tous les athlètes-étudiants.

 

Un nouveau calendrier de recrutement… soulevant déjà des questions

 

La NCAA a aussi mis en place de nouvelles règles en ce qui concerne le recrutement des joueurs par les universités, notamment avec un nouveau calendrier des événements qui regroupent les prospects lycéens.

Le but est d’éviter de retrouver le problème de corruption dans les activités extra-scolaires qu’a soulevé l’investigation du FBI en 2017.

En clair, le calendrier devient plus restreint en terme de dates ainsi qu’autour des événements non-sponsorisés par les lycées eux-même. Les entraineurs et leurs staffs auront désormais la possibilité d’avoir quatre jours de plus pour recruter en avril et ils pourront aussi être présent aux différents tournois estampillés NBA tout au long du mois de juin.

La NCAA s’était mis en tête de supprimer les circuits extra-scolaires du AAU après la mise en cause dans le système de corruption déniché par l’investigation du FBI. Un véritable tollé avait suivi au moment de la prise de connaissance d’une telle volonté, de la part des observateurs les plus proches du AAU ainsi que des entraineurs de tous bords. La ligue universitaire réalise une légère marche arrière et intègre tout de même une seule période d’évaluation en AAU, lors d’un week-end au mois de juillet, qui correspond avec la tenue du Nike Peach Jam.

Les entraineurs universitaires n’ont l’autorisation de visiter le circuit AAU uniquement lors de ce week-end, ce qui pose un souci d’équité face aux autres compétitions organisées par Adidas et Under Armour.

En contrepartie, la NCAA a élargi les périodes d’évaluation où les entraineurs universitaires sont acceptés aux événements sponsorisés par les lycées eux-même, lors des deux derniers week-ends du mois de juin.