Missouri, un exceptionnel Drew Lock et une attaque l’ont emporté face à Missouri ce samedi soir dans un match qui sera sûrement l’un des plus prolifiques au niveau offensif de l’année (72-43) !

Qui dit samedi soir, dit match de folie. En tant qu’adepte de College Football, j’en ai encore fait l’expérience en regardant la rencontre opposant Missouri à Missouri State. Si sur le papier, le match ne promettait pas énormément, entre un programme jouant les bas de classement dans la SEC et une université de FCS, il nous a offert  une pluie de touchdowns. Littéralement. (Et sans défenses, bien sûr).

En tête de file de ce festival offensif, le quarterback de Missouri, Drew Lock. Connu pour son bras puissant et sa capacité à créer des big plays, il a tenu son rang, terminant avec, accrochez vous, 521 yards et 7 touchdowns pour une petite interception. Sa cible favorite en la personne de J’Mon Moore a également brillé, mais très peu de fois à vrai dire. Cependant, avec seulement 4 réceptions, il a réussi à accumuler un total de 187 yards pour deux touchdowns.

Du côté des Bears, c’est le jeu au sol qui a profité des déboires adverses. Portés par Calan Crowder (124 YDS et 2 TD), les Bears ont en effet perforé les lignes de Mizzou comme si ces dernières étaient en mousse (et encore, on est gentils).

Vous l’avez compris, ce match a été question de points, de beaucoup de points. Dès la première minute, que dis-je, le premier play, les locaux inscrivent ainsi le premier touchdown d’une très longue série par l’intermédiaire de Johnathon Johnson (116 YDS et 2 TD au final). Puis, sur le drive suivant, Missouri State répond de la même façon et prend l’avantage (7-6). Ce drive sera d’ailleurs l’un des plus construits de cette soirée.

Car juste après, les Tigers lancent la partie de ping-pong. A partir de cet instant, les actions s’enchaînent à une vitesse éclaire. On ne se croirait pas dans un match officiel, mais à une réelle séance d’entraînement pour réviser les playbooks. Les défenses, enfin, ce qu’elles sont censées être, sont invisibles et les attaques s’amusent comme à l’échauffement.

La fin du premier quart-temps est édifiant et les visiteurs mènent 21-20. Inimaginable.

On pense alors que les quinze prochaines minutes vont repartir sur des bases standard. Et bien non. Il existe des rencontres où les deux équipes se renvoient les punt, puis, il y a Missouri contre Missouri State. Des touchdowns à n’en plus finir que peu à peu, il est impossible de les compter, et surtout des yards, des yards et encore des yards.

Après 16 drives et 11 touchdowns (!) pour 3 punts et 2 interceptions, les joueurs rentrent aux vestiaires pour stopper la boucherie et permettre à tout le monde de revenir à la réalité. Le score est effectivement irréel : 48 à 35 en faveur des Tigers. Oui, oui, 83 points ont été inscrits.

De retour sur la pelouse, le match perd enfin de son intensité. Le troisième quart-temps est à l’opposé du premier acte, bien que Missouri accroît son avance avec un field goal puis un énième touchdown (58-35). Mais match fou oblige, les belles actions (offensives évidemment) se suivent et se ressemblent, notamment grâce à l’explosif running back de Mizzou, Damarea Crockett (202 YDS et 2 TD au final).

Le match est quasiment plié à l’entame du dernier quart-temps, mais les Bears continuent de répéter leurs systèmes et reviennent un peu dans la partie. Cependant, cela n’est pas suffisant, puisque les hommes de Barry Odom impriment toujours un rythme d’enfer qui se termine très souvent dans la end-zone. Le spectacle offensif arrive enfin à son terme et Missouri s’impose finalement 72 à 43 !

Généralement, un tel match laisse des traces dans les livres des records. Celui-ci n’échappe pas à la règle. Tout d’abord, Drew Lock. Auteur de sept touchdowns au final, il a battu le record du programme de touchdowns lancés, et ce avant même la fin de la première période (5 à la mi-temps). Coup double, le record de yards est également désormais à sa charge (521 yards) ! Troisième record effacé, cette fois-ci collectif, le nombre de yards gagnés par les Tigers : 815 ! Impressionnant.

Alors bien sûr, on ne souviendra plus de ce face-à-face à la fin de la saison, mais c’est ce genre de duel qui fait aussi la beauté du College Football.