#UnitedWeZag

Je ne fais pas souvent de lettre ouverte comme celle qui va suivre, mais je trouve important de saluer la saison historique de Gonzaga, qui a fait taire bon nombre de critiques. Il fallait que ça sorte.

“Merci pour tout, Gonzaga. Merci d’avoir mis en lumière les Mid-Majors avec autant de brio que cette saison. Il fallait un représentant fort au sein du paysage universitaire pour que ces programmes “de seconde zone” puissent exister aux yeux de tous. Je pense que la mission est belle et bien réussie après cette saison.

Mon histoire d’amour avec les Mid-Majors n’est pas nouvelle. Je n’aime pas faire comme tout le monde et forcément, au lieu de m’intéresser à Kentucky, Duke and co, mes premiers matchs étaient avec des universités comme Wichita State, UAB, Florida Gulf Coast ou encore VCU à l’époque de Shaka Smart. C’est avec ce dernier que j’ai eu vraiment le déclic. Cette saison encore plus, j’ai délaissé par moment les Power Six (oui, la Big East est une conférence au niveau de l’ACC, SEC and co) pour suivre avec plus d’attention l’Atlantic-10, la Moutain West, la West Coast Conférence et j’en passe.

Forcément, Gonzaga m’a rapidement tapé dans l’œil. L’un des meilleurs groupes de l’histoire du programme, un savoureux mélange entre jeunesse et expérience, tout était réuni pour réaliser une grande saison. Ce qui a été le cas.

Mais voilà, lorsque vous réussissez, vous attirez aussi bien la sympathie que les haters. Et mon dieu, des haters, il y en a eu. ”Ouais, la conférence est faible, cela ne fera rien à la March Madness… Ils ne jouent pas contre de l’adversité” et j’en passe car je pourrais écrire un livre dessus.

Pourtant, Gonzaga a battu Florida, Iowa State, Arizona ou encore Saint Mary’s. A croire que cela n’est pas suffisant pour voir la vraie valeur des Zags. Le déversement de “haine” (je mets entre parenthèse car cela reste du basketball, hein…) lors de la défaite face à BYU, la seule de la saison régulière, était clairement injustifiée. Mais que voulez-vous, voir une petite université privée réussir, bien loin de la hype des cadors, ne plaît pas à tout le monde.

La meilleure des réponses a été le tournoi de la March Madness. Un parcours sans faute avec à la clé une finale nationale, c’est fort.

Alors oui, le match face à UNC est difficile à analyser. Les arbitres n’ont pas été inspirés des deux côtés du parquet, ce qui a été dommageable pour le spectacle et l’intérêt de ce match. Mais Gonzaga n’a pas été en réussite, donnant clairement le match aux Tar Heels. L’expérience à ce niveau-là, cela fait clairement la différence.

Jamais je n’arriverai à écrire quelque chose à la hauteur du travail exceptionnel de Mark Few et son coaching staff. Que ce soit au niveau du recrutement de freshman (le coup Zach Collins est énorme) ou bien au niveau des transferts, c’est du très haut niveau. Reste à voir comment va se dérouler l’intersaison, que ce soit au niveau des joueurs mais aussi du head coach.

En tout cas, Gonzaga nous aura fait vibrer cette saison. La présence de Killian Tillie dans les rangs a permis une certaine visibilité ici en France concernant le programme. En espérant que cela vous a permis de découvrir que le basketball universitaire ne s’arrête pas aux grosses écuries.

Je continuerai à défendre de tout mon possible les Mid-Majors pour les prochaines années, quitte à délaisser les autres conférences car le mérite leur revient amplement.

C’est un sentiment incroyable de voir une équipe que vous défendez arrive à faire mentir tout le monde, au point d’arriver au Graal suprême. C’est au-delà de la satisfaction, c’est indescriptible. Même si la défaite est présente, je suis heureux. Et je pense que chaque fan des Mid-Majors partagent ce même sentiment.

Merci pour tout Gonzaga. Merci pour cette saison historique.

#UnitedWeZag”