Les sanctions de la NCAA contre Louisville ne piquent pas vraiment (jusqu'aux victoires retirées).

Le Comité des Infractions de la NCAA a rendu son verdict final ce jeudi concernant son investigation sur le scandale sexuel qui est survenu au sein de l’Université de Louisville. Dans son ensemble, les sanctions ne sont pas lourdes mais certaines pourraient coûter très chères.

La NCAA a effectivement décidé de suspendre le head coach des Cardinals, Rick Pitino, pour les cinq premiers matchs lors du calendrier de conférence ACC (Virginia, Notre Dame, Georgia Tech, Pittsburgh et Duke). La liste complète des sanctions peut être lue au sein du communiqué officiel dévoilé par la NCAA.

La ligue universitaire retire également les victoires acquises par Louisville entre décembre 2010 et juillet 2014 au sein desquelles “les joueurs inéligibles ont participé”. L’université doit désormais indiquer à la NCAA les rencontres lors desquelles les joueurs impliqués dans l’investigation ont participé. Il apparait par ailleurs que 15 prospects, dont 3 athlètes-étudiants inscrits à l’Université de Louisville, sont impliqués dans l’affaire : ces joueurs devraient ainsi décider des victoires annulées.

Cela devient d’autant plus intéressant lorsque l’on se rappelle que les Cardinals ont remporté le titre national en 2013 face à Michigan ; si un des trois joueurs cités ci-dessus a joué cette finale, Louisville sera alors forcé de se séparer de son titre.

Il est bon de noter que la NCAA a accepté les sanctions que l’Université de Louisville s’est infligée à elle-même il y a deux ans, et notamment la suspension pour les compétitions d’après-saison en 2015-16.

Toutefois, Louisville a révélé par la suite que l’université allait faire appel des sanctions de la NCAA qu’elle juge trop sévères à son goût. Pas forcément une bonne idée de challenger le pouvoir de la ligue universitaire.

La NCAA a ouvert une investigation à l’encontre de l’Université de Louisville lors de l’été 2015 après qu’un livre écrit par une ancienne escort girl mette en exergue qu’un ancien assistant du programme de basketball des Cardinals, Andre McGee, a organisé et payé des prestations d’escort girls auprès de prospects lycéens en visite sur le campus de Louisville.

Les résultats du Comité des Infractions révèle également qu’entre 7 et 10 hommes n’étaient pas âgés de 18 ans au moment des faits.

Rick Pitino s’est défendu en invoquant le fait qu’il n’était pas au courant des activités de son assistant. Cette défense n’a pas réellement convaincu la ligue universitaire. Celle-ci précise dans le communiqué des sanctions que le head coach des Cardinals n’a pas tenu ses responsabilités en ne surveillant pas adéquatement son staff.