Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !

Nos documentaires préférés en NCAA

A base de football ou de basketball, au niveau de la NCAA ou à propos de High School, les documentaires préférés de la rédaction pourront rassasier même les appétits les plus voraces de filmographie sportive.

On a décidé de se focaliser sur les documentaires réalisés par ESPN Films, connus sous le nom de “30 for 30”. Chacun de ses films parlent à la rédaction de Midnight on Campus et représentent notre passion pour les sports universitaires. Il est possible que d’autres documentaires vous plaisent : alors, n’hésitez pas à partager vos propres recommandations sur @MidnightCampus.

Découvrez toutes nos listes de films, séries et documentaires à cette adresse.

(Classement par ordre alphabétique)

Catholics vs. Convicts (2016)

Déroulez :

Synopsis : un regard sur la légende de la rencontre entre Notre Dame et Miami (FL), en 1988, et l’impact social et culturel de l’une des rivalités les plus bouillantes des années 1980 en football universitaire. La rencontre, jouée entre 2 équipes invaincues en quête de titre national, s’est ancrée dans l’histoire avec la controverse d’un t-shirt.

Notre avis : « Catholics vs Convicts » est un surnom que tout fan de football universitaire connait (ou a entendu) et incarne une des rencontres fondamentales des 1980s, entre deux des meilleures équipes de la décennie. Mais, le qualificatif émerge d’un t-shirt conçu par un fan et vendu clandestinement sur le campus de Notre Dame. Rien que cette saga dans les entrailles de l’université vaut le coup d’oeil. Aussi, les aventures à l’intérieur du Fighting Irish rendent compte d’une réalité « pure » de la vie des athlètes-étudiants, avec leurs hauts et leurs bas. Et, honnêtement, il faut regarder le documentaire davantage pour les aspects psychologique et culturel que la rencontre a suscité que pour le résultat final. 

Pourquoi il faut regarder : la rivalité (saine) entre Lou Holtz et Jimmy Johnson, deux des meilleurs head coaches de l’histoire du sport, et la haine (hilarante après coup) que les joueurs interrogés se vouaient à l’époque et qui se ressent encore dans leurs commentaires. 

Disponible sur ESPN Player. 

(Aloïs)

Fab Five (2011)

Déroulez :

Synopsis : l’histoire de classe de recrutement exceptionnelle de basketball à Michigan en 1991, plus connue sous le nom de Fab Five, et dont le passage à Ann Arbor a fait couler beaucoup d’encre (sur le plan sportif et médiatique). 

Notre avis : « Fab Five » montre en quoi cette équipe ce Michigan était spéciale. Chris Webber, Jalen Rose, Juwan Howard, Jimmy King et Ray Jackson, cinq freshmen des plus talentueux, donnent un coup de fouet à la NCAA en mélangeant la mode, la notion de l’esclavagisme dans le sport universitaire et la culture afro-américaine au basketball. Le seul hic dans la composition du documentaire : l’absence de Chris Webber, toujours écarté des Wolverines pour ses frasques extra-sportives. 

Pourquoi il faut regarder : la découverte de l’une des meilleures équipes de l’histoire récente en NCAA et la façon dont ils ont, à leur façon, révolutionné le basketball universitaire par leur confiance et leur style. 

Disponible sur ESPN Player. 

(Emmanuel)

Ghosts of Ole Miss (2012)

Déroulez :

Synopsis : une exploration des tumultes que l’Université d’Ole Miss a connu en 1962, entre des émeutes face à l’intégration raciale d’Afro-Américains et la fierté envers la glorieuse équipe de football. 

Notre avis : « Ghosts of Ole Miss » revient sur une époque où les Etats ségrégationnistes du Sud-Est inscrivaient leur présent dans le passé de la Guerre de Sécession. L’année 1962 sur le campus d’Ole Miss représente un microcosme de l’actualité des Etats-Unis. A l’image de la bataille d’un Etat sentimental de la Confédération face à un gouvernement fédéral ouvert à la modernité, l’intersection des destins d’un jeune Afro-Américain, James Meredith, et de l’équipe de football résonne encore aujourd’hui sur le campus d’Oxford.  

Pourquoi il faut regarder : l’impact des tensions raciales sur le campus en parallèle avec la seule et unique saison parfaite de l’histoire des Rebels en football.

Disponible sur ESPN Player. 

(Aloïs)

Guru of Go (2010)

Déroulez :

Synopsis : un regard sur la carrière d’entraineur de Paul Westhead à Loyola-Marymount, de 1985 à 1990, où il a ré-inventé et peaufiné une attaque « run-and-gun » très agressive sur les qualités de Bo Kimble et Hank Gathers. 

Notre avis : « Guru of Go » s’attache à retracer la carrière de Paul Westhead et se focalise sur un deuxième départ, en NCAA, dans une université obscure en banlieue de Los Angeles : Loyola-Marymount. Plus qu’une fresque à propos d’une attaque « run-and-gun » exceptionnelle, on part à la découverte d’une fratrie native de Philadelphie, avec Bo Kimble et Hank Gathers. Ce dernier, au coeur de lion mais au coeur fragile, est passé d’une gloire historique à une tragédie à peine croyable à la vitesse de l’éclair. Comme une funeste allégorie du « System », qui a créé, inspiré et détruit les Lions. 

Pourquoi il faut regarder : les coulisses effroyables du décès de Hank Gathers en 1990, qui a pris la forme d’un drame extrêmement violent en plein match, sur le parquet de Loyola-Marymount.

Disponible sur ESPN Player. 

(Aloïs)

I Hate Christian Laettner (2015)

Déroulez :

Synopsis : un regard sur la carrière universitaire de Christian Laettner au travers de la haine que certains opposants nourrissent encore à l’heure actuelle envers l’ancienne star du programme de basketball de Duke dans les années 1990. 

Notre avis : « I Hate Christian Laettner » explore la personnalité polarisante de Christian Laettner, qui, avec son jeu rugueux et ses exploits légendaires, est devenu la figure de la haine vouée à Duke. Le réel génie du documentaire est d’offrir une projection digne de l’homme : un mélange entre antipathie profonde et actions lumineuses. On découvre, enfin, les vérités sur un joueur qui a dominé le basketball universitaire au début des années 1990. En bonus ? On plonge au coeur de moments qui sont, depuis lors, ancrés dans l’histoire du sport et qui restent associés à son talent… ou sa décadence.

Pourquoi il faut regarder : la relation peu orthodoxe entre Christian Laettner et Bobby Hurley au cours de leur cursus à Duke et, plus que tout, les commentaires du Blue Devil en personne qui explique que la perception n’est pas toujours la réalité.

Disponible sur ESPN Player. 

(Aloïs)

Phi Slama Jama (2016)

Déroulez :

Synopsis : un profil du programme iconique de Houston dans les années 1980, mené par Hakeem Olajuwon et Clyde Drexler, qui ont donné le surnom de « Phi Slama Jama » aux Cougars avec leur style de jeu spectaculaire et explosif.

Notre avis : « Phi Jama Slama » n’est pas uniquement l’histoire d’une équipe mais véritablement des joueurs. On découvre comment Hakeem Olajuwon est arrivé de son Nigéria natal, le recrutement ciblé de Houston et la prise en considération du jeu des playgrounds. L’équipe n’est pas au centre du documentaire mais, ce sont bien ses joueurs. Avec un recrutement axé majoritairement sur des jeunes joueurs de Houston, Guy Lewis a installé l’Université de Houston sur la carte du sport universitaire au début des années 1980. Jusqu’à jouer deux finales nationales en deux ans.

Pourquoi il faut regarder : L’histoire de l’équipe est au centre du documentaire mais l’histoire la plus importante est celle que mène deux anciens joueurs de cette équipe qui ont perdu de vu un troisième joueurs, Benny Anders.

Disponible sur ESPN Player. 

(Emmanuel)

Rand University (2014)

Déroulez :

Synopsis : une étude sur les origines douloureuses du receveur Randy Moss, aujourd’hui un nom inscrit dans les livres d’histoire, de Rand, West Virginia jusqu’à la quête de la bonne université et de son accession à la NFL. 

Notre avis : « Rand University » met un point d’honneur à rendre compte du contexte social dans lequel Randy Moss a grandi et évolué. Ses qualités athlétiques extraordinaires sont bien évidemment mises en avant. Mais, les complexités de la vie sociale profondément inscrites au fin fond de l’Etat de West Virginia, entre Afro-Américains et Blancs, racontent une histoire tout aussi cruciale dans la construction de Randy Moss. Et on ne peut qu’applaudir le parallèle entre un passé qui ne cesse de le poursuivre et des exploits sportifs glorieux qui le mènent, en premier lieu, à Marshall. 

Pourquoi il faut regarder : les réceptions folles sur la tête des défenseurs adverses et les courses époustouflantes qu’il a réalisé au lycée, à la DuPont High School, puis à l’université avec Marshall.

Disponible sur ESPN Player. 

(Aloïs)

Requiem for the Big East (2013)

Déroulez :

Synopsis : un souvenir de la forme originelle de la conférence Big East, de ses débuts simples et de ses rivalités régionales, jusqu’à la renommée nationale, le succès au plus haut niveau et la survie au cours des années 2010 face à une vague de réalignement. 

Notre avis : peu à peu, la Big East renait de ses cendres et « Requiem for the Big East » plonge dans l’histoire de la conférence, qui fut l’une des plus relevées du pays dans les 1980s et qui su se vendre à merveille pour faire grandir le monde du basketball universitaire. L’image des Power Six que l’on a aujourd’hui, c’est grâce à ce qui s’est déroulé sur la côte Est des Etats-Unis avec la Big East. Elle était la conférence dominante et elle regroupait les talents, même si la grandeur commence à revenir. 

Pourquoi il faut regarder : la compréhension du pouvoir des conférences et du boom des droits télévisuels dans le monde du basketball universitaire, qui découlent de la puissance de la conférence Big East. 

Disponible sur ESPN Player. 

(Emmanuel)

Survive and Advance (2013)

Déroulez :

Synopsis : une exploration sur la course improbable de l’équipe de basketball masculin de NC State en 1983, avec des victoires finales au tournoi de conférence ACC et au NCAA Tournament. 

Notre avis : tout amateur de basketball connait la ‘Phi Slama Jama’ de Houston ; cependant, on oublie souvent que cette équipe légendaire a été battue en finale universitaire par une équipe inconnue, NC State. « Survive and Advance » met en scène l’une des plus belles épopées de l’histoire, qui a défié les pronostics en multipliant les victoires à l’arrachée, sublimée par Jim Valvano, à la gouaille inimitable, et un collectif soudé autour de la mantra « Survive and Advance ». Et pour reprendre les termes d’Ernie Meyers, membre de NC State à l’époque, « personne n’y aurait cru » même si quelqu’un avait le script à Hollywood. 

Pourquoi il faut regarder : un récit bouleversant et raconté par les héros de l’époque, qui ne manquent de rendre hommage à Jim Valvano, décédé, ainsi qu’une rétrospective sur le véritable exploit de remporter le championnat à l’époque où toutes les futures stars passaient plusieurs années en NCAA. 

Disponible sur ESPN Player. 

(Bastien)

The U – Part 1 & 2 (2009 & 2014)

Déroulez :

Synopsis : un retour en arrière sur l’évolution raciale et culturelle de la ville de Miami dans les années 1980 au travers de l’équipe de football de l’Université de Miami (1ère partie) suivi d’un sequel retraçant le retour en grâce du programme dans les années 1990 sur la route d’un 5ème titre de champion national et d’un nouveau scandale majeur (2ème partie). 

Notre avis : plus qu’une simple collection de bagues de champion et de superstars, « The U » expose la création d’une équipe de football sur les cendres des vives tensions raciales de Miami. Très vite, les Hurricanes atteignent des sommets inespérés sous Howard Schnellenberger et Jimmy Johnson avec la présence de jeunes hommes issus des ghettos du « State of Miami ». Et la véritable force du documentaire est de raconter l’histoire des jeunes personnalités abrasives qui ont couronné la réputation diabolique de l’une des plus grandes dynasties en football universitaire. En recherche d’une cerise sur le gateau ? La deuxième partie de « The U » fait la part belle à la résurrection d’un programme au fond du trou vers la fabuleuse équipe de Miami (FL) en 2001, largement considérée comme la plus talentueuse de l’histoire.

Pourquoi il faut regarder : les frasques sportives et médiatiques des joueurs de Miami (FL) sur et dehors du terrain de football, que ce soit sous Howard Schnellenberger, Jimmy Johnson ou Dennis Erickson, ainsi que les remous internes cachés derrière les volets de l’Université. 

Disponible sur ESPN Player. 

(Aloïs)

Trojan War (2015)

Déroulez :

Synopsis : un profil de la fondation et de la chute brutale de l’équipe légendaire de football des Trojans de USC, sous l’égide de Pete Caroll au cours des années 2000, encapsulé en un seul match aujourd’hui entré dans l’histoire : le Rose Bowl 2006.

Notre avis : au-delà de présenter l’un des plus grands matchs de l’histoire du football universitaire, le BCS National Championship Game de 2006 entre USC et Texas, « Trojan War » plonge dans les entrailles de USC pour comprendre la formation de l’une des plus fantastiques dynasties que le sport n’ait jamais connu. Et la beauté du documentaire vient, plus que de l’accompagnement de l’équipe au fil des 34 victoires consécutives entre 2003 et 2005, de la mise en perspective de ce qu’implique être un acteur de cette saga au plein coeur de Los Angeles. 

Pourquoi il faut regarder : l’authenticité de la superstar malheureuse et oubliée des Trojans, LenDale White, ainsi que les apparitions et commentaires improbables de l’un des plus grands fans de USC sur la scène médiatique, Snoop Dogg. 

Disponible sur ESPN Player. 

(Aloïs)