Quelles équipes surnagent après la Week 4 de football ? Et quelles sont les autres en-deçà des attentes ?

Quatre semaines de football se sont déjà écoulées et la Week 5 pointe déjà le bout de son nez. Un quart de la saison se trouve d’ores et déjà derrière nous et les calendriers de conférence rentrent dans le vif du sujet dès à présent. Et si l’on regardait les équipes qui ont marqué le début de saison ?

Aujourd’hui, nous allons étudier les équipes qui nous ont agréablement surprises après un mois de compétition… mais aussi celles qui nous ont déçues.

Précision : il ne s’agit pas d’un classement des meilleures et moins bonnes équipes de la ligue. Ce n’est pas une surprise de retrouver la domination outrageuse d’Alabama, une rencontre au sommet de la Big Ten entre Ohio State et Penn State ou bien que Washington et Stanford soient les seuls représentants nationaux de la Pac-12.

 

Les agréables surprises du début de saison

 

1. Kentucky

 

Qui aurait cru, en août, que Kentucky serait la sensation du début de saison ? 

Après un mois de compétition, les Wildcats sont toujours invaincus et ils ont déjà joué deux matchs de conférence SEC face à Florida (27-16) et Mississippi State (28-7). Oui, on parle bien de Kentucky, qui restait sur une série de 31 défaites consécutives contre les Gators et qui n’avait pas obtenu un record de 2-0 en conférence depuis 1977. Mark Stoops semble (enfin) avoir trouvé la solution pour sa sixième année à la tête des Wildcats.

Quelle est cette solution ? La défense contient ses adversaires sans commettre d’erreurs et le running back Benny Snell Jr. tire ses coéquipiers vers l’avant avec des performances brillantes. Le junior réalise un début de saison canon avec trois matchs à plus de 100 yards courus (125 contre Central Michigan, 175 yards contre Florida et 165 yards contre Mississippi State), à chaque fois avec une moyenne supérieure à 6 yards par portée. Le jeu aérien n’est pas fameux, mais l’apport de Benny Snell Jr. suffit à tenir la baraque. 

Dominer les Gators au « Swamp » ? Check. Réaliser un upset retentissant contre Mississippi State ? Check. Le reste de la saison ? South Carolina, Vanderbilt, Georgia, Middle Tennessee à la maison et Texas A&M, Missouri, Tennessee, Louisville à l’extérieur. Si l’on se base sur les quatre premières semaines, il n’y a rien d’impossible à franchir le pallier des 10 victoires… et la véritable surprise serait peut-être bien là.

 

2. Buffalo

 

On ne pense pas forcément à Buffalo dès lors qu’on ouvre les débats au sein de la MAC. Mais les Bulls figurent bien au sommet de la hiérarchie avec le seul record invaincu (4-0) de la conférence, et deux victoires de prestige en quatre semaines.

Les hommes de Lance Leipold se sont déplacés sur les terrains de Temple ainsi que de Rutgers, et sont revenus à la maison avec deux jolis succès (respectivement 36-29 et 42-13). Peu d’observateurs auraient parié sur de tels résultats. Buffalo se place d’ores et déjà comme le favori pour remporter la MAC avec son attaque spectaculaire, qui reste sur une série de 7 victoires depuis la saison dernière à plus de 30 points.

Les Bulls en sont déjà à 4 victoires et sont bien partis pour exploser leur record de succès en une saison, fixé à 8 depuis leur arrivée en FBS en 1999. Mais le plus surprenant est l’adaptation supersonique de Lance Leipold. Le head coach de Buffalo débute à peine sa troisième saison en Division I (!) après avoir écrasé toute la concurrence en Division III (!) avec 6 titres nationaux en 8 saisons sur le campus de Wisconsin-Whitewater. 

 

3. Texas Tech

 

Allons-nous un peu vite en besogne avec Texas Tech ? Peut-être bien, toutefois, les Red Raiders réalisent un début de saison que l’on attendait pas nécessairement et le reste de la saison peut (aisément) confirmer cet aperçu.

La défaite en ouverture de saison contre Ole Miss (27-47) ressemblait à ce que l’on pouvait voir ces dernières saisons : une attaque exceptionnelle malgré de nouvelles têtes et une défense à la rue complète. Mais les semaines suivantes n’ont pas donné raison à cette tendance. 77-0 contre la pauvre équipe de Lamar, certes, puis deux victoires impressionnantes face à Houston (63-49) et surtout sur le terrain d’Oklahoma State (41-17). Et ces deux dernières victoires peuvent être attribuées à un seul homme : le quarterback true freshman Alan Bowman.

McLane Carter avait débuté la saison avant d’être mis sur la touche, blessé. Lancé dans le grand bain, Alan Bowman a surpris son monde en alignant deux performances d’exception. Il flingue les Cougars avec 605 yards et 5 TDs à la passe, avant de récidiver contre les Pokes avec 397 yards, 2 TDs et 2 INTs. Kliff Kingsbury arrive toujours à produire des quarterbacks sortis de nulle part et les deux contributeurs à ce poste en cette saison en sont une nouvelle preuve. Maintenant, est-ce que le head coach des Red Raiders peut franchir un pallier et jouer les premiers rôles en Big 12 ?

 

Mentions honorables :

  • En un mois de compétition, LSU est passé de la 25ème place de l’AP Top 25… à la cinquième place. Rien de tout cela n’est volé puisque les Tigers ont battu Miami (FL) à plate couture en ouverture de saison avant de se déplacer à Auburn et de repartir avec une victoire obtenue au buzzer.
  • North Texas pourrait bien se trouver parmi les cinq meilleures équipes du Group of Five après quatre semaines. Le Mean Green domine la C-USA depuis l’an dernier et impressionne toujours avec une attaque surpuissante, qui a déjà renversé Arkansas à l’extérieur, sans connaitre la défaite pour l’instant (4-0).
  • On ne donnait par cher de la peau de Hawaii en 2018, avec une équipe complète à reconstruire. Mais le quarterback Cole McDonald renverse tout sur son passage et malgré une défaite logique sur le terrain de l’Army, les Rainbow Warriors ont empilé plus de 40 poins à chacune de leurs 4 victoires.

 

Les déceptions du début de saison

 

1. Florida State

 

Que les temps sont compliqués à Tallahassee. Willie Taggart devait être le sauveur de Florida State en récupérant le poste de ses rêves à l’intersaison ; malheureusement, rien ne se passe comme prévu pour l’ancien head coach d’Oregon.

La chute des Seminoles dans la hiérarchie de la conférence ACC est un événement sans précédent. Ineptes face à Virginia Tech (3-24) puis totalement dépassés sur le terrain de Syracuse (7-30), ils ne produisent même pas un jeu convenable pour une équipe aussi talentueuse que celle-ci. Mêmes les courtes victoires face à Samford (36-26) et Northern Illinois (37-19) se sont faites dans la douleur en seconde période.  

Florida State s’est qualifié de justesse en 2017 pour un 36ème Bowl consécutif, soit la meilleure marque de l’histoire en football universitaire toujours en activité. Le sort des Seminoles ne prend pas une bonne tournure à la suite d’un début de saison cataclysmique, surtout qu’il faut encore affronter les meilleures équipes de la conférence en Miami (FL), Clemson, Notre Dame, Boston College et Florida. La descente aux enfers peut prendre une tournure encore plus affreuse si Willie Taggart ne trouve pas une réponse au jeu en berne de son équipe.

On pensait que Florida State pouvait rebondir avec un nouvel head coach. Et bien, on se fourvoyait grandement.

 

2. Pac-12 South

 

Pourquoi ne pas faire un tir groupé avec la division Pac-12 ? Plus d’une équipe déçoit après un mois de compétition. Certes, Arizona State connaît un début de saison auquel on ne s’attendait pas nécessairement (dans le bon sens du terme) et Colorado détient un record sans défaite. 

Mais ce sont bien les seules équipes qui ne déçoivent pas. USC n’arrive toujours pas à trouver son rythme, notamment à cause d’une défense qui ne peut mettre un pied devant l’autre, et a enchainé deux défaites sèches et nettes consécutives contre Stanford (3-17) et Texas (14-37). Les Trojans ont failli connaitre un troisième revers de suite face à Washington State, se sauvant de juste dans les derniers instants. Les espoirs de College Football Playoff se sont au contraire envolés depuis longtemps. 

UCLA ne subit pas non plus une révolution malgré l’arrivée de Chip Kelly. Les Bruins ont subi deux upsets contre Cincinnati et Fresno State, au Rose Bowl, et ont pris une claque sur le sol d’Oklahoma. Bloqués à 0-3 par une défense extrêmement faible et une ligne offensive qui joue aux portes ouvertes, le futur ne s’annonce pas brillant avec les meilleures équipes de la conférence encore au programme.

La situation n’est pas fameuse non plus à Arizona : deux mauvaises défaites contre BYU et Houston et pire encore, un Khalil Tate dont l’impact est en berne. Kevin Sumlin a décidé de faire du joueur un quarterback pro-style plutôt que dual-threat, ce qui l’a pourtant propulsé dans le classement du Heisma Trophy en 2017. Son nombre de yards au sol en 2018 ? 31 yards en 23 tentatives sur 4 matchs. Aïe.

 

3. Wisconsin

 

Inscrire les Badgers dans les déceptions de ce début de saison est possiblement un peu exagéré. Ceci dit, on attendait beaucoup mieux d’eux et le premier mois de compétition est poussif par rapport à ce qu’on entrevoyait d’une équipe capable de rivaliser pour le College Football Playoff. 

Wisconsin débute avec deux victoires logiques face à Western Kentucky et New Mexico, où le running back star Jonathan Taylor avait couru pour, respectivement, 145 yards, 2 TDs (8.1 yards par portée) et 253 yards, 3 TDs (7.7 yards par portée). Et puis, rien ne va plus. Les hommes de Paul Chryst ont perdu pied et sont inclinés, à la maison, face à BYU (21-24) en manquant le field goal de l’égalisation. Il s’agit de la première défaite à Madison face à une équipe hors-conférence depuis 2003. 

Les Badgers étaient tout proche de la défaite la semaine suivante, aussi, lors d’un déplacement compliqué à Iowa, mais ils se sortent du bourbier des Hawkeyes avec deux TDs dans la dernière minute (28-17). Wisconsin ne rassure pas et bien que ce soit mathématiquement encore possible, l’équipe peut dire au revoir à une opportunité en or de participer au College Football Playoff.

 

Mentions honorables :

  • Florida State est notre plus grande déception du début de saison, mais n’oublions pas le bordel régnant dans l’ACC Coastal. Miami (FL) pouvait être une des meilleures équipes du pays… et a subi une fessée contre LSU en ouverture de saison. Virginia Tech a subi le plus bel upset de la saison (pour le moment) en perdant contre Old Dominion. Georgia Tech a perdu deux matchs largement à sa portée contre USF et Pittsburgh. UNC n’est pas bien meilleur non plus.
  • Cela fait deux saisons de suite que l’on croit aux chances de Colorado State de prendre la conférence Mountain West d’assaut. Après quatre matchs, les Rams pointent à 1-4 avec des défaites contre Hawaii, Colorado, Florida et… Illinois State (FCS). A voir si Mike Bobo fera long feu après trois saisons terminées à 7-6.
  • On n’imaginait pas que UConn pouvait être si mauvais. Les Huskies s’installent clairement à la place de Kansas (ouch) au fin fond du tonneau en FBS en ramassant trois terribles défaites contre UCF (17-56), Boise State (7-62) et Syracuse (21-51). Même la petite victoire face à Rhode Island (56-49) s’est faite dans la douleur. Deux ans après le départ de Bob Diaco, la défense nage toujours en plein marasme, pour rester poli.