Huit semaines. Huit semaines sans parler du joueur le plus explosif en football universitaire. Il était temps de rattraper le retard.

Si la confrontation entre Louisville et Florida State était attendue comme l’un des matchs de l’année il y encore deux mois, il restait tout de même alléchant bien que les circonstances aient changées.

En effet, la cruauté et l’instabilité du football universitaire sont passées par là. Résultat, les Cardinals se déplaçaient sur le campus de Tallahassee pour affronter des Seminoles présentant un bilan négatif. Une situation inimaginable à l’ouverture de la saison.

Cependant, même si le match avait perdu de sa valeur, un face-à-face entre ces deux équipes demeure plus qu’intéressant à suivre lorsque l’on parle de football champagne et festival offensif.

Vous n’êtes pas d’accord ? “Lamar Jackson“. Cela suffit pour vous convaincre.

Le vainqueur du dernier Heisman Trophy a une nouvelle fois porté son équipe de la première à la dernière série, surtout celle a qui donné la victoire aux Cardinals (31-28). Toujours aussi régulier et droit dans ses crampons, il ne déçoit jamais.

Vous ne savez pas quoi faire de votre week-end ? Regardez Lamar Jackson. Vous avez un coup de blues en milieu de semaine ? Admirez ses exploits sur Youtube. C’est de cette manière que vous tombez sous le charme de son jeu. Vous avez beau le connaître par cœur, il vous fera toujours rêver. Comme face à Florida State ce samedi.

Au terme d’un très beau match, encore, le quarterback a éclaboussé les spectateurs de son talent en se baladant entre chaque adversaire d’une telle facilité qu’on le croirait à l’entraînement (178 yards en 23 courses pour un TD). Il trouve aussi ses coéquipiers par les airs tout en étant très propre dans ses lancers (13/21, 156 yards, TD). De plus, deux touchdowns auraient pu être ajoutés à ses statistiques si deux de ses receveurs n’avaient pas concédé deux gros drops dans l’en-but adverse.

Ces statistiques, justement, semblent à première vue banales pour son niveau de jeu, mais il ne faut pas oublier que les Seminoles présentent une très grosse défense malgré l’horrible première partie de saison. Très peu d’autres joueurs dans le pays, si ce n’est aucun, est capable de martyriser Florida State de cette manière.

Lamar Jackson est un show permanent à lui seul. Rarement dans l’histoire du football universitaire un joueur a autant attiré l’attention des amoureux du ballon ovale. Il est tellement excellent à chaque match que l’on dévaloriserait presque ses performances. Et c’est ça qui est incroyable chez lui, sa capacité à garder un si bon niveau chaque semaine.

Après que le cap de la mi-saison soit passé, Lamar Jackson reste malheureusement écarté du podium dans de nombreuses projections concernant le prochain lauréat du Heisman Trophy. Cependant, il demeure toujours un réel concurrent légitime afin de s’adjuger le titre suprême, comme l’en atteste cette comparaison entre 2016 et 2017 après huit matchs joués. 

Qui plus est, ce comparatif nous permet d’envoyer un message à certains “scouts” couvrant la NFL. Oui, ceux qui, chaque week-end, critiquent la beauté du jeu développé par Lamar Jackson. Ceux qui critiquent son jeu de passe. Ceux qui le voient comme receveur au niveau supérieur. Bref, ceux qui devraient rester devant le red zone du dimanche.

Lamar Jackson est un pur quarterback, certes double-menace, mais pur quarterback. Il n’a peut-être pas la précision d’un Baker Mayfield, ni la vision du jeu d’un Mason Rudolph, mais il reste un très bon lanceur. Il nous a encore gratifié d’une magnifique passe très bien dosée et parfaitement lancée face à Florida State, un plaisir pour les yeux.

De plus, pourquoi devrait-il arrêter de courir pour faire plaisir aux franchises NFL alors qu’il excelle dans ce domaine ? Cette polyvalence lui permet d’attirer tous les défenseurs, ce qui laisse même des espaces monstres pour ses coéquipiers.

Les deux runnings backs Reggie Bonnafon et Dae Williamsen en ont d’ailleurs largement profité face à Florida State (21 course pour 115 yards et 2 TDs en cumulé).

Arrêtez de dévaloriser les performances de Lamar Jackson chaque week-end. Vous ne faites que renforcer son mental d’acier avec lequel il vous répond lors de chaque rencontre sur le terrain. Et puis, s’il ne réussit pas en NFL, il nous aura au moins fait vibrer durant trois belles saisons et c’est déjà cela le principal.