Kentucky brise la plus grande série de défaite contre un même adversaire en FBS en battant Florida.

C’est un véritable tremblement de terre qui s’est abattu sur la planète du football universitaire ce samedi.

15 novembre 1986 : telle était la date de la dernière victoire des Wildcats sur les Gators. Et après 31 ans de disette, Kentucky est enfin venu à bout de Florida (27-16). Pour donner un ordre d’idées, Steve Spurrier, le mythique head coach de Florida, ne prendra ses fonctions que quatre ans plus tard.

Mieux, Kentucky s’impose pour la première fois à Gainesville depuis 1979.

 

 

Le jeu de course, la recette du succès pour Kentucky

 

Comme très souvent en football universitaire, le jeu au sol est une arme indispensable pour gagner.

Bon élève, Kentucky, a appris et appliqué sa leçon à la lettre. Benny Snell Jr. s’est révélé être le principal cheval de labour des Wildcats. Avec 27 portés pour 175 yards, le junior continue d’impressionner.

Il a été bien secondé par le grand absent de la première semaine, le quarterback de Kentucky, Terry Wilson : 151 yards et 2 touchdowns à la passe (11/16), 105 yards et un touchdown à la course.

Les deux hommes ont réalisé des performances remarquables. Pas de doute, Kentucky tient là un duo sur lequel il pourra s’appuyer pour continuer de surprendre.

Il s’agit là d’un vrai motif d’espoir pour les hommes de Mark Stoops, dans une division SEC East toujours plus portée vers le jeu au sol ; par exemple, Georgia a terrassé South Carolina avec la course plus tôt dans la journée. Posséder un coureur de qualité est une arme vitale pour exister.

Avec le très sous-coté Benny Snell Jr. mais aussi le sophomore Asim Rose, Kentucky pourrait accrocher d’autres victimes à son tableau de chasse.

 

Deux dynamiques bien distinctes sur la touche

 

Si ce match est aussi marquant, c’est également parce qu’il permet de mettre en lumière la situation des deux head coachs.

D’abord, le résultat met en avant le travail de l’ombre réalisé par Mark Stoops.

Depuis 2012, il œuvre dans l’ombre pour placer Kentucky sur la carte des programmes qui comptent. A l’instar, de David Cutcliffe à Duke, il peut profiter du relatif anonymat provoqué par l’exposition du programme de basketball pour faire progresser son équipe. Avec pour point d’orgue une victoire sur une équipe de Florida pourtant classée #25 par l’Associated Press.

A l’inverse, cette défaite confirme que Dan Mullen, arrivé cette saison, aura besoin de temps pour redresser les Gators afin d’en faire un prétendant sérieux au titre national. Premier chantier, celui du quarterback.

Feleipe Franks a déçu, comme en témoigne ses 17 passes complétées sur 38 tentatives. Après tout, Dan Mullen avait eu besoin de plusieurs années avant de construire un programme majeur du football universitaire à Missisippi State. Mais bénificiera-t-il d’autant de temps sur le campus de Gainesville ?

Il faudra confirmer pour les Wildcats face à Murray State ce samedi. Florida devrait de son côté sortir du Top 25 de l’Associated Press, et les Gators tenteront de reprendre leur marche en avant face aux Rams de Colorado State.