Patrick Ewing devrait s'éclater à entrainer un showman tel que James Akinjo.

Pour sa première année dans son “alma mater”, Patrick Ewing redore doucement mais surement le blason des Hoyas de Georgetown.

Même si cette première saison fut délicate (bilan général de 15 victoires pour 15 défaites), au sein d’une conférence Big East très dense, la hype commence à revenir sur le campus. Et cela risque de monter crescendo grâce à la prochaine promotion de freshmen.

Georgetown a effectivement obtenu une nouvelle addition cette semaine, en la personne du meneur de jeu 4-étoiles James Akinjo.

Classé dans le Top-100 (95ème, pour être plus précis), le prospect était convoité par bon more d’excellents programmes, dont Arizona (qui était l’une des priorités dans le recrutement), Tennessee, Indiana ou encore Baylor.

Cependant, la pépite californienne a préféré rejoindre la Côte Est pour effectuer son cursus universitaire, au terme d’un processus de recrutement assez rocambolesque. Pour faire simple, il avait annoncé son accord verbal envers UConn dans un premier temps.

Mais la mauvaise saison l’a un peu refroidi, d’autant plus depuis l’annonce du licenciement du head coach, Kevin Ollie. Sean Miller, en bon requin, s’est jeté sur le prospect, qui avait plutôt Tennessee dans sa tête. Mais à la surprise générale, il a décliné une visite chez les Wildcats, ayant obtenu des garanties (et surtout un énorme coup de coeur) trois jours avant, à Georgetown.

Meneur de petite taille (1m83), son profil peut laisser penser à Patrick Beverley ou plus récemment, Collin Sexton. C’est un joueur qui joue avec de la hargne, qui ne calcule pas ses efforts et qui aime la compétition.

James Akinjo un compétiteur né, qui adore le trashtalk, que ce soit avec ses adversaires mais aussi avec le public. Lors d’un match cette saison, où le public scandait “overrated” à chaque fois qu’il avait le ballon en main, il a répondu avec une victoire et 42 points au compteur.

Il possède un centre de gravité très bas, ce qui lui permet d’être rapide et difficile à défendre. Il lui manque juste de l’adresse à longue distance, mais son côté “showman” compense largement ce défaut.

Patrick Ewing devrait s’éclater à entrainer un joueur de ce calibre !

James Akinjo devient la quatrième recrue de la promotion actuelle pour les Hoyas, après l’addition de deux intérieurs 4-étoiles Josh LeBlanc et Grayson Carter et du meneur de jeu phénomène 3-étoiles Mac McClung.

De quoi entrevoir une saison plutôt fun et intéressante pour Georgetown à l’automne prochain.