L’intersaison bat son plein en basketball universitaire avec un marché des transferts en pleine effervescence.

Mais dès le mois d’avril, le basketball en High School truste les premières pages des médias spécialisés au travers des divers circuits AAU ou des séances d’évaluation. L’occasion de voir les talents de demain face à de l’adversité, une bonne chose pour connaître l’étendue du talent d’un joueur.

Il s’agit bien évidemment du rendez-vous pour les scouts universitaires ; et de notre côté, Midnight on Campus aborde cette période avec une chronique aux (potentielles) stars de demain : nos “Diamants Bruts”.

Des analyses de scouting seront publiés et serviront de rapport pour les prospects de la prochaine classe de recrutement. En plus de ceci, cette chronique permet de nous projeter plus loin, en parlant des prospects qui arriveront (si tout va bien) en NCAA dans deux, trois si ce n’est quatre ans.

Après un premier épisode sur la sensation de Phoenix, Nico Mannion, puis un second épisode concernant le “next big thing” en provenance de l’Alabama, Trinity Bell, on prend la direction de la Caroline du Nord pour discuter autour de Jalen Cone.

Qui est Jalen Cole ?

Jalen Cone est originaire de la Caroline du Nord et plus précisément de Kernersville, où il joue actuellement pour la Walkertown High School et défend les couleurs de la prestigieuse Team Loaded lors des circuits AAU.

N’évoluant pas dans un lycée très connu dans son Etat, le prospect doit se montrer lors des camps. C’est ce qu’il a fait lors de “The Summit”, un camp organisé par Future 150, où il a été nommé MVP. Ces sorties lui ont permis d’atterrir dans les radars des meilleures écuries du circuit AAU mais le joueur a finalement choisi la Team Loaded.

Ah oui, on allait oublier : Jalen Cone mesure 1m80, soit seulement 5 centimètres de plus que notre poulain, le meneur de jeu de Rhode Island, “Fatts” Russell. Et la comparaison ne se limite pas qu’à cet aspect physique (teasing…).

Et sinon, que vaut-il sur le plan sportif ?

Grâce à ses bonnes performances en AAU, la hype commence à monter doucement mais sûrement. En août dernier, Jalen Cone a reçu des offres de bourses de High Point, UNC Greensboro ou Virginia Tech. Pas de quoi casser trois pattes à un canard même si ces universités sont référencées en Mid-Majors ; et Virginia Tech au sein du Power Six.

C’est alors que Jalen Cone commence sa saison de sophomore au lycée. Et c’est la révélation.

Il réalise une saison dantesque, avec des coups de chaud à plus de 40 points, et il commence enfin à se faire un nom dans l’Etat (qui est reconnu pour sortir chaque année des joueurs de talent). On retrouve dans son “petit” lycée des scouts qui viennent des quatre coins du pays, comme USC, Kentucky ou bien Wisconsin. Et le prospect reçoit des offres de bourses à la pelle.

Mais la belle histoire ne s’arrête pas là, oh non. Récemment, un cador de notre championnat rentre dans la course : il s’agit tout simplement de Kentucky, qui n’a offert que deux bourses à l’heure actuelle dans le cadre de la promotion 2020.

John Calipari a envoyé ses scouts en Caroline du Nord pour observer Jalen Cone en action et les retours ont été très positifs. Il se murmure qu’à la fin de la saison en AAU, Kentucky devrait proposer une bourse à Jalen Cone. Par ailleurs, John Calipari a été aperçu lors du dernier match de Team Loaded fin mai…

Mais alors, pourquoi Jalen Cone est un joueur aussi spécial qui commence à percer seulement maintenant ?

Bon, déjà, notons une fois de plus que l’Etat de Caroline du Nord (ainsi que la Caroline du Sud) possède un réel vivier de talent. Et puis, physiquement, ce n’est pas le joueur que recherche un programme en priorité. Même si le cas de “Fatts” Russell, qui vient de produire une saison exceptionnelle à Rhode Island après avoir été snobé par les grandes universitaires à cause de sa taille, a changé un peu les mentalités chez certains (la bise à Kentucky).

Jalen Cone est un savoureux mélange entre un potentiel athlétique très intéressant et surtout, une capacité à scorer de manière assez facile (tout du moins au niveau High School).

Offensivement, il possède la panoplie complète afin de creuser son trou au niveau universitaire. Il peut tout faire : marquer à mi-distance, à trois points, après un dribble, en catch-and-shoot… Son seul bémol, c’est qu’il a encore du mal à terminer vraiment proche du cercle, notamment à cause de sa petite taille, mais le joueur n’a pas peur d’aller se frotter sur les intérieurs adverses.

Sauf que Jalen Cone n’est pas seulement un fort scoreur, c’est aussi (et surtout) un meneur de jeu, capable de mettre en lumière ses coéquipiers.

Là aussi, tout est réuni pour qu’il devienne un meneur à l’échelon supérieur : bonne vision du jeu, handle très correct et bon QI basket. Sa taille lui permet d’avoir un centre de gravité plus bas et donc d’avoir plus d’aisance avec le ballon en main face à son adversaire, qui doit faire encore plus d’efforts pour lui piquer la gonfle.

“Je sais pertinemment que je ne suis pas le plus grand joueur du championnat, mais je compense ce manque par mon potentiel athlétique,” déclare Jalen Cone. “Ma taille reste un avantage dans mon jeu, je peux défendre dur en étant bas sur mes appuis, cela m’aide aussi offensivement quand j’ai le ballon en main. Parfois, il faut savoir transformer ses faiblesses en forces. A l’heure actuelle, je pense que je ne m’en sors pas trop mal”.

Jalen Cone peut rapidement devenir une attraction en basketball universitaire. Un joueur de son physique, avec une confiance inébranlable, est le joueur idéal pour arriver à nous lever à 3h du matin en pleine semaine, assurément.

Quelles sont les universités intéressées à l’heure actuelle ?

Pour le moment, une flopée de programmes issus des Mid-Majors ont offert une bourse à la sensation de Caroline du Nord, tels que Hampton, UNC Greensboro et High Point, mais également des programmes plus prestigieux en la personne de NC State, Virginia Tech, Wake Forest, Ole Miss ou encore Kentucky.

A la mi-juin, NC State, Virginia Tech et Wake Forest sont favoris pour récupérer l’engagement du jeune prospect.

Wake Forest demeure l’université la plus proche de chez lui (le campus se situe à 15 minutes de sa maison) mais Virginia Tech semble tenir la corde si l’on se réfère à ses propos.

“Virginia Tech, l’atmosphère au sein du campus et de la salle, c’est juste incroyable. Je sais que le coaching staff est compétant et pourra me former pour les échéances de la grande ligue.

Wake Forest, c’est proche de chez moi, Danny Manning est un entraîneur respecté au sein du championnat. NC State, j’aime vraiment le boulot de Kevin Keatts depuis son passage à UNC Greensboro. D’ailleurs c’est lui qui m’a offert une bourse alors qu’il était encore sur le campus. Sa philosophie de jeu me convient à merveille.”

Nul doute que d’autres programmes se manifesteront après le circuit estival en AAU. Mais si la situation reste inchangée, je mettrais une jolie pièce sur NC State.

Possède-t-il un avenir en NBA ?

Toujours difficile de se projeter pour un joueur de son profil.

Quand on voit les petites interrogations des scouts en NBA à propos de la taille de Trae Young, cela ne sent pas bon pour Jalen Cone. Mais voilà, il lui reste encore du temps pour se développer, gagner en maturité et muscler son haut du corps. En tout cas, il risque de jouer dans un programme du Power Six, ce qui le mettra plus en valeur qu’un “Fatts Russell”, par exemple (à notre grand désarroi).