Le jugement de Bill Snyder apparait très dur concernant les demandes de transfert et le futur de Corey Sutton.

Mis à jour le 3 juin 2017 à 13h

Le fait d’avoir amené le débat sur la place publique a certainement eu un effet sur l’issue finale. Le receveur de Wildcats Corey Sutton a finalement été libéré de son engagement avec Kansas State dans la soirée d’hier.

Libéré de sa bourse universitaire et exempté de sa lettre d’intention, il peut désormais entreprendre des démarches de transfert sans restrictions une journée après avoir crié haut et fort sur les médias et réseaux sociaux que le head coach de Kansas State, Bill Snyder, lui a bloqué des transferts auprès de 35 universités.

Sans cette avancée, Corey Sutton aurait été obligé de devenir un walk-on au sein de sa nouvelle université sans pouvoir être autorisé à signer une aide financière à travers une bourse universitaire.

Article original le 2 juin 2017

On adore Bill Snyder, que l’on doit considéré comme une véritable légende du football universitaire pour ce qu’il a accompli en plus de 50 ans de carrière d’entraineur. Mais sur ce coup-là, le sorcier de Kansas State s’est complètement trompé de stratégie.

Début mai, le receveur des Wildcats Corey Sutton a révélé son intention d’entreprendre des démarches en vue d’un transfert vers une autre université. Le joueur révèle au Wichita Eagle un mois plus tard que l’Université de Kansas State ne lui a pas autorisé à quitter le programme de football.

Mais le plus sordide n’est pas là. Corey Sutton tire à boulets rouges sur Bill Snyder et dénonce les pratiques de son (ancien) head coach. Il précise en particulier que le head coach des Wildcats a bloqué ses demandes de transfert auprès de 35 universités présentes sur une liste de destinations potentielles !

Oui, vous avez bien lu, 35 universités. Même des écoles évoluant au niveau FCS ou même en Division II ont été bloquées par l’administration de Kansas State, même à la suite d’un appel ce mercredi.

“Quand j’ai déclaré à Coach Bill Snyder que j’allais demander un transfert, il a dit ‘Bon, Corey [Sutton], je suis désolé que tu veuilles partir mais je ne peux pas te forcer à rester,'” révèle le receveur des Wildcats dans un premier temps au journal The Wichita Eagle. “J’ai fini tous mes cours, quitté le Kansas et commencé à étudier mes prochaines option. Et puis je découvre qu’ils ont refusé ma demande d’exemption.”

“Coach Bill Snyder m’a dit [mercredi] que la signature de ma lettre d’intention était mon engagement envers lui, et qu’il durerai quatre ans. J’ai compris cela et je lui ai répondu ‘Les entraineurs peuvent partir, pourquoi les joueurs ne le pourraient pas ? Vous vous êtes engagés à me traiter de la bonne façon et ce n’est pas ce que vous faites.'”

Les règles de transfert de la NCAA autorisent Corey Sutton à entreprendre un transfert pour l’université de son choix avec ou sans une exemption de la lettre d’intention signée auprès de son école. Toutefois, sans cette exemption, il est impossible à n’importe quel joueur de demander une aide financière à sa nouvelle université (c’est-à-dire une bourse universitaire).

Les transferts d’athlètes-étudiants arrivent constamment et en règle générale, les restrictions de transfert ne s’appliquent qu’aux écoles de la même conférence ou bien futurs adversaires. De toute manière, Corey Sutton avoue qu’aucune équipe de la conférence Big 12 ne faisait partie de cette liste.

Le receveur des Wildcats n’hésite pas à communiquer son déplaisir à propos de cette situation ; il a notamment publié un tweet disant : “Peux-tu arrêter d’être un maitre d’esclaves et me donner mon exemption ?

Ce à quoi Bill Snyder répond, lors d’une interview à la radio Sports Radio 810 ce jeudi :

“C’est mon engagement que j’ai signé auparavant avec le jeune homme, un engagement envers lui aussi longtemps qu’il se comportait dignement. J’accepte un jeune homme au sein de notre programme en attendant un engagement similaire, avec une poignée de main et bien entendu un bout de papier signé. J’ai toujours dit que le jeune homme était libre de s’en aller, mais je ne vais libérer ce jeune homme [de son engagement].”

Bill Snyder avait auparavant commenté sur ce choix à la chaine de télévision KCTV5 de manière assez étrange, en invoquant notamment des tests anti-drogues relevés positifs à l’encontre du receveur (une façon de faire plutôt malsaine par rapport au joueur, ce dit en passant) :

Corey Sutton est arrivé sur le campus de Kansas l’année prochaine au moment des entrainements printaniers, en quittant le lycée une année en avance pour lancer sa carrière universitaire. Mais ces espoirs ne se sont jamais concrétisés : il n’a joué que 10 matchs, pour 4 réceptions et 54 yards.

Le receveur des Wildcats a également révélé au Wichita Eagle que les promesses émises par le coaching staff n’ont pas été tenues, comme s’il lui avait menti, menant inévitablement à son envie de quitter l’environnement de Kansas State.

Quoi qu’il en soit, et quelle que soit l’issue de cette histoire, Bill Snyder a beaucoup plus à perdre dans cette histoire en s’accrochant désespérément à l’engagement d’un de ses joueurs. Un tel jugement apparait comme très dur, d’autant plus venant d’un homme de 77 ans dictant (en partie) le futur d’un jeune homme d’à peine 19 ans.

Vous connaissez l’expression “mettre de l’eau dans son vin” ?