Coup de tonnerre à Ole Miss : l'ère de Hugh Freeze s'est conclue en un claquement de doigts dévastateur.

Le sort de Hugh Freeze à la tête du programme de football d’Ole Miss s’est joué en l’espace d’une heure, la nuit dernière, conduisant le head coach des Rebels à remettre une démission avec effet immédiat au terme d’une histoire des plus rocambolesques.

Yahoo Sports et USA Today ont révélé que Hugh Freeze est entré en contact avec un service d’escort girls de Tampa (Floride) grâce au téléphone professionnel fourni par l’université. Le head coach ainsi que l’administration d’Ole Miss ont tout d’abord nié de telles actions, citant une “erreur de numéro de téléphone“.

Toutefois, en vérifiant les dires de son entraineur, l’Université a découvert un véritable trouble du comportement et “une série de fautes morales” attribuées à Hugh Freeze. Cette dénomination plutôt vague semble caractérisée le contact avec le service d’escort girls ; cependant, la rapidité de la démission laisse entendre que le fond du seau n’a pas été atteint et que d’autres révélations bien plus embarrassantes pourraient émerger dans le futur proche.

“Hugh Freeze a été très transparent, ouvert, honnête et a avoué son comportement,” déclare le directeur athlétique des Rebels, Ross Bjork, lors d’une conférence de presse tenue quelques minutes après les révélations.

L’entraîneur assistant en charge de la ligne offensive et head coach assistant, Matt Luke, a été nommé head coach par intérim en vue de la saison 2017. Il semble toutefois inévitable que davantage de changements se produisent au sein du programme de football des Rebels avant le début de saison.

La démission de Hugh Freeze aurait pu être évité si l’Université d’Ole Miss n’avait pas décidé de mentir obstinément et de lancer leur ancien head coach, Houston Nutt, sous les roues du camion. En effet, les représentants des Rebels ont mené une action de défense de Hugh Freeze depuis plus d’un an en révélant à qui veuille l’entendre que son head coach actuel était blanc comme neige dans l’investigation menée par la NCAA, rejetant les nombreuses fautes sur le dos de Houston Nutt.

L’ancien entraineur des Rebels a mené une contre-attaque ces derniers mois depuis que la NCAA a révélé dans la dernière Notice of Allegations que les multiples violations à l’encontre du programme de football s’étaient bien passées sous l’égide de Hugh Freeze.

L’avocat de Houston Nutt, Thomas Mars, a envoyé un e-mail à l’Université au lendemain de l’action en justice lancée à l’encontre de son ancien employeur en expliquant qu’il possédait “un appel téléphonique de Hugh Freeze qui pourrait être extrêmement embrassant et serait très difficile à expliquer“, déniché grâce à des archives publiques dans le cadre de cette fameuse poursuite judiciaire diffamatoire.

L’appel en question a été porté à la connaissance des médias la nuit dernière et a mené à la démission de Hugh Freeze. Ole Miss aurait pu s’excuser de l’opération menée envers Houston Nutt afin de le discréditer et de lui faire porter le chapeau, mais l’Université a préféré s’enterrer dans une suite de mensonges qui lui coutera certainement très chère.

Le retour de bâton s’est révélé extrêmement violent pour Hugh Freeze et l’Université d’Ole Miss.

La fierté et l’abnégation aveugle des deux camps se seront finalement retournées contre eux. Hugh Freeze a tenté de construire une image sainte et immaculée autour de son personnage pour sa défense face à la NCAA, en jouant le rôle de victime face au méchant Houston Nutt. Les différents mensonges tentaient de sauver la face et la réputation de l’entraineur des Rebels, au détriment d’un bouc émissaire qui n’avait aucune intention de se laisser abattre.

Excès de confiance ? Folie dévastatrice ? Tout ce que Hugh Freeze et Ole Miss récoltent est une situation d’autant plus néfaste et embarrassante que ce que l’investigation menée par la ligue universitaire apportait déjà.

Et la note pourrait être extrêmement salée : une affaire de moeurs concernant le head coach au centre de l’attention se greffe désormais à une longue série de violations qui révèle un manquement au sacro-saint contrôle institutionnel ainsi qu’un manquement à la surveillance des actions du programme de football.

Bonne chance pour sortir indemne de cette histoire, Ole Miss.