Nouvelle saison de basketball universitaire, nouvelle chronique chez Midnight On Campus. En plus des chroniques habituelles, on apporte cette saison un nouveau rendez-vous hebdomadaire (a minima) sur une découverte de la semaine, la “Gem of the Week“. Le principe ? Analyser en profondeur une équipe qui nous a impressionné au cours de la semaine, que ce soit une équipe issue du Power Six ou des Mid-Majors.

 

Après des dossiers à propos de Washington puis Furman et Iowa, on revient au sein des Mid-Majors avec la belle surprise de la semaine émanant de la passionnante conférence SoCon, The Citadel.

 

Un recrutement XXL

 

Après un exercice 2017-18 très délicat, avec un bilan final de 11 victoires pour 21 défaites et une élimination prématurée lors du tournoi de conférence, The Citadel a effectué un recrutement solide sur le papier, histoire de ne plus connaître la même saison que l’an dernier.

Cinq nouveaux visages sont sur le campus pour cette saison, dont la tête d’affiche, Lew Stallworth. Pour sa dernière saison universitaire, il connaît une troisième université.

Les trois dernières saisons furent délicates pour le prospect, qui n’a jamais eu sa chance de prouver tout son potentiel entrevu au lycée. Sur ce début de saison, il affiche une moyenne de 18 points, 6 passes et 5.8 rebonds, en apportant toute son énergie sur le parquet. Mais surtout, il apporte autre chose que ses coéquipiers, qui se “contentent” de rester derrière la ligne trois points : il agresse le cercle, tir à mi-distance, le tout en distribuant des caviars.

Connor Kern, l’ancien shooteur d’Arkansas State, contribue à sa manière dans le système offensif de The Citadel. Il convient parfaitement au style de jeu de sa nouvelle équipe. Les trois autres recrues ont des petits rôles à l’heure actuelle mais plus important, cela permet au coaching staff de faire souffler les cadres pendant le match.

C’est le grand changement par rapport à la saison dernière : la profondeur de banc.

 

Un plan de jeu atypique

 

Regarder un match de The Citadel nous rappelle un autre programme de l’an dernier, Savannah State.

Une équipe qui prend beaucoup (beaucoup) de tirs à trois points, avec cette petite pointe de run-and-gun qu’on aime tant (surtout pour des matchs à 3h du matin en pleine semaine). D’ailleurs, la statistique produite avant le dernier match, contre USF, est assez éloquente.

The Citadel est une équipe offensive, ce n’est pas nouveau. Le programme est allergique à la défense, en mixant une sorte de zone-trap qui est à la rue dès que le ballon circule un peu trop. Face à South Florida, qui est quand même un bon programme de basketball, la défense a été contournée au minimum une action sur deux.

Fort heureusement, sur le plan offensif, cela déroule tranquillement et sur jeu placé, le principe est simple : un peu de Princeton Offense, en cherchant à chaque fois le décalage pour le shooteur (souvent au corner).

Lew Stallworth joue son rôle de dynamiteur, en cassant bien souvent la première ligne défensive de la zone adverse. Mais c’est sur le jeu en transition que The Citadel excelle d’autant plus. La plupart des contre-attaques se terminent par… un tir à trois points, comme dans cet exemple.

 

 

Lors de cette petite séquence, on y voit le senior Matt Frieson, le pistolero de l’équipe, faire du Matt Frieson dans le texte. Il prend (quasiment, à quelques tirs près) tous ses tirs à longue distance, avec une réussite au rendez-vous sur ce début de saison.

Sur les six matchs,  il n’a pas passé la barre des 40% de réussite sur un seul match. Il a notamment connu un coup de chaud contre Johnson (FL), avec un 10/16 depuis derrière l’arc. Propre.

En plus de cette faculté de prendre des tirs à longues distances, The Citadel prône un jeu type run-and-gun : des possessions courtes, une transition défense/attaque rapide, qui prend souvent à défaut l’adversaire, notamment après un panier de ces derniers. L’équipe profite de ce moment de flottement (logique) après un panier pour faire la remise en jeu rapidement et créer un surnombre en attaque.

Et le pire ? C’est que cela marche, même face à un programme comme South Florida.

 

 

The Citadel, un candidat crédible dans la SoCon ?

 

Cette saison encore, la lutte dans la conférence SoCon s’annonce passionnante.

UNC Greensboro et Furman font office de favoris pour le titre et pour représenter la conférence à la March Madness. Si l’on ajoute aussi East Tennessee State ou encore Samford (qui réalise un début de saison incroyable), ce sera difficile de se faire une place pour les Bulldogs.

Cependant, on ne sait jamais avec ce genre d’équipe. On n’est pas à l’abri d’une belle surprise même si, entre nous, cela va être difficile d’atteindre la March Madness, surtout que la conférence risque d’être, encore une fois, une “one-bid league” (conférence avec un seul ticket pour la grande danse).

Le programme peut tout de même viser une place au NIT, ce qui serait une belle récompense pour le travail effectué par le coaching staff. En tout cas, vous voulez voir une équipe offensive ? The Citadel est fait pour vous.