Pour tout savoir du déroulé d'une saison de hockey universitaire.

Quelques mois après la victoire de Minnesota-Duluth (2-1) sur Notre Dame pour le deuxième titre de l’histoire des Bulldogs, le championnat de hockey universitaire reprend ses droits. En jeu ? Le 72e titre nationale, alors que la ligue fête ses 124 ans.

Si vous voulez étudier toutes les conférences et équipes majeures de cette nouvelle saison de hockey universitaire, cet article de présentation est définitivement fait pour vous.

 

Le déroulement de la saison de hockey

 

Débutée en octobre, la saison se terminera par le “Frozen Four”, une finale à quatre qui aura lieu au Key Bank Center de Buffalo du 11 au 13 avril 2019.

Mais avant cela, la saison de hockey se compose de plusieurs phases :

  1. une saison régulière.
  2. des playoffs intra-conférence.
  3. quatre finales régionales composées de quatre équipes chacune.
  4. le Frozen Four, regroupant les quatre gagnants régionaux.

 

La saison régulière de hockey

 

Soixante équipes sont engagées dans la ligue majeure de hockey universitaire, réparties dans six conférences :

  • Atlantic Hockey avec 11 équipes : Air Force, Army, Niagara, American International, RIT, Canisius, Bentley, Mercyhurst, Robert Morris, Sacred Heart, Holy Cross.
  • Big Ten avec 7 équipes : Notre Dame, Michigan, Ohio State, Minnesota, Wisconsin, Michigan State, Penn State.
  • ECAC avec 12 équipes : Princeton, Dartmouth, Quinnipiac, Rensselaer, Union, Yale, Cornell, Harvard, Brown, Colgate, Clarkson, St. Lawrence.
  • Hockey East avec 11 équipes : Massachussets, Northeastern, Boston College, Boston University, Providence, Connecticut, UMass Lowell, Merrimack, New Hampshire, Maine, Vermont.
  • NCHC avec 8 équipes : St. Cloud State, Denver, Miami, Minnesota-Duluth, Omaha, Western Michigan, Colorado College, North Dakota.
  • WCHA avec 10 équipes : Michigan Tech, Lake Superior, Bemidji State, Minnesota State, Northern Michigan, Bowling Green, Ferris State, Alaska, Alabama Huntsville, Alaska Anchorage.
  • La soixantième équipe, Arizona State, est indépendante et n’est rattachée à aucune conférence.

 

Les Playoffs :

A l’issue de la saison régulière, les équipes s’affronteront dans des playoffs au meilleur des trois matchs, qui détermineront les champions. Les vainqueurs des playoffs des six conférences sont automatiquement qualifiées pour les finales régionales.

 

Le “Pairwise Ranking” :

Ce système est un indicateur qui évalue les dix autres équipes qualifiées pour les finales régionales. Il s’agit d’un classement mis à jour chaque semaine et prenant en compte le RPI (Rating Percentage Index).

C’est le calcul le plus complexe. Il utilise le pourcentage de victoires de l’équipe (25%), la moyenne des pourcentages de victoires des adversaires rencontrés (21%) et la moyenne des pourcentages de victoire des adversaires des adversaires (54%). Ce premier critère est par ailleurs pondéré : les victoires à domicile et défaites à l’extérieur valent 0.8, les victoires à l’extérieur et défaites à domicile valent 1.2.

On compte aussi les “Quality Win Bonus“, autrement dit, les victoires contre les équipes du Top-20 : 0.050 point en cas de victoire sur le 1er, et .0025 pour un succès contre le 20e. Le total est divisé par le nombre de matchs. Curieusement, il peut arriver qu’une victoire puisse diminuer le RPI, lorsqu’une bonne équipe en bat une mauvaise. Les matchs sont alors retirés des calculs.

Exemple : si une équipe gagne la comparaison sur trois critères (RPI, oppositions directes, niveau des adversaires) par rapport à une autre, elle gagne un point. Le maximum est donc de 59 pts (une par équipe participante).

Une équipe a tout intérêt à s’imposer contre les plus gros poissons du championnat afin d’optimiser son classement au “Pairwise Ranking”, plutôt que de mettre son énergie contre un mal classé.

Officiellement, la NCAA n’utilise pas ce “Pairwise Ranking” pour planifier les finales régionales. Cependant, il est tombé juste chaque année depuis la saison 2013-14. La sélection officielle est opérée par un comité de six personnes, une par conférence, élus pour 4 ans.

 

Les événements majeurs d’une saison de hockey

 

En 2019, les finales régionales, qui permettent de décider des qualifiés pour le célèbre “Frozen Four” se dérouleront entre le 29 et le 31 mars.

  • East : à Providence, Rhode Island, dans l’antre de Brown.
  • Northeast : à Manchester, New Hampshire, dans l’arène de l’équipe locale.
  • Midwest : à Allentown, Pennsylvanie, accueilli par Penn State.
  • West : à Fargo, North Dakota, dans la Scheels Arena de North Dakota.

 

Bien sur, les tournois majeurs de milieu de saison.

Deux grands moments ponctuent la saison de hockey universitaire :

  1. Le Beanpot Tournament oppose les équipes de la région de Boston. Créé en 1952, il accueille Boston College, Boston University, Northeastern et Harvard et se déroule au TD Garden, l’antre des Bruins de Boston (NHL), le 5 février (demi-finales) et le 11 février (finales et consolante). Curieusement, les quatre équipes ont gagné chacune leur tour les quatre dernières éditions.
  2. Le Great Lakes Invitational, créé en 1965, est organisé par Michigan Tech et Michigan. Traditionnellement, Michigan State prend un troisième ticket, et la quatrième équipe change chaque année ; en 2018-19, ce sera Bowling Green. Les années suivantes sont déjà prévues (Lake Superior, puis Ferris State, puis Northern Michigan en 2020-21). Il se déroule les 30 et 31 décembre 2018 à la Little Caesars Arena de Détroit, la patinoire des Red Wings (NHL).

 

Et quid du hockey féminin ?

 

Le hockey universitaire se décline aussi au féminin, et comme pour les hommes, on trouve plusieurs conférences :

  • CHA avec 6 équipes : Mercyhurst, Robert Morris, Syracuse, Lindenwood, RIT, Penn State.
  • ECAC avec 12 équipes : Princeton, Cornell, St. Lawrence, Colgate, Quinnipiac, Clarkson, Brown, Rensselaer, Yale, Harvard, Dartmouth, Union.
  • Hockey East avec 10 équipes : Northeastern, Boston College, Providence, Merrimack, Boston University, Connecticut, Maine, Vermont, New Hampshire, Holy Cross.
  • NEWHA avec 5 équipes : Saint Anselm, Franklin Pierce, Sacred Heart, Saint Michael’s, Post.
  • WCHA avec 7 équipes : Minnesota, Ohio State, Wisconsin, Minnesota Duluth, Minnesota State, Bemidji State, St. Cloud State.

Au classement, Wisconsin domine les débats avec le maximum de votes (15 premières places) devant Minnesota, Clarkson, Boston College et Northeastern.

Sur le plan individuel, Elizabeth Giguère mène la danse avec 24 pts en 12 matchs, dont 11 buts. L’attaquante de Clarkson bénéficie du bon soutien de Loren Gabel, 4e pointeuse (22 pts). On trouve également Emma Maltais (Ohio State) avec 24 pts, Jaycee Gebhard (Robert Morris) avec 23 pts et Maureen Murphy (Providence) avec 22 pts, dont 12 buts (6 buts gagnants).

L’attaque de feu de Northeastern n’est pas en reste avec la Suissesse Alina Mueller (21 pts) et la française Chloé Aurard (7 buts, 19 pts en 14 matchs), 8e meilleure marqueuse de la NCAA : les deux jeunes filles ne sont pourtant qu’en première année !