Pour connaitre toutes les forces en présence de cette saison de hockey universitaire.

Six conférences, soixante équipes : petit tour d’horizon de l’ensemble des participants de cette nouvelle saison de hockey universitaire et retour sur le premier mois de compétition (à date du 22 novembre).

Si vous voulez comprendre le fonctionnement et le déroulement d’une saison de hockey universitaire, cet article de présentation est définitivement fait pour vous.

 

En WCHA, une guerre sans merci

 

La conférence WHCA est sans doute la plus équilibrée de toutes. On compte en effet quatre champions de saison régulière différents sur les cinq dernières saisons, et trois champions différents à l’issue des tournois de conférence.

La variation d’une année à l’autre secoue en permanence le classement, au fur et à mesure que les équipes perdent leurs meilleurs joueurs aux rangs professionnels. Ainsi, le tenant du titre, Minnesota State, ont perdu ses deux meilleurs marqueurs, son meilleur défenseur et son gardien numéro 1 à l’intersaison.

Les bilans de pré-saison positionnent malgré tout Minnesota State en position de favori, suivi de Bowling Green et Northern Michigan. Cette dernière équipe était cataloguée septième l’an passé, et a pourtant fini deuxième : autant dire que ces pronostics volent rapidement en éclats sur la glace.

Northern Michigan aligne une classe de freshmen (première année) particulièrement prometteuse et n’a perdu qu’un joueur majeur à l’intersaison.

Les joueurs à suivre :

  • le défenseur Alec Rauhauser (Bowling Green), 39 pts l’an dernier
  • l’attaquant Jake Lucchini (Michigan Tech), 55 pts l’an dernier
  • l’attaquant Adam Rockwood (Northern Michigan), 48 pts l’an dernier, son coéquipier défenseur Philip Beaulieu (42 pts) et son gardien Atte Tolvanen.

Bilan du premier mois de compétition :

Comme attendu, Minnesota State, Northern Michigan et Bowling Green jouent les premiers rôles, mais ils sont pour l’instant menés par Michigan Tech. Les Huskies affichent un bilan intra-conférence parfait (4-0-0), plus mitigé au total (5-5-0) mais dopé par un froid réalisme en déplacement (5-3-0).

A l’inverse, la brillante fiche de Minnesota State (4-0-0 intra-conférence, 9-1-0 au total) est basée avant tout sur un calendrier très favorable : sept victoires en sept matchs à domicile. La saison est déjà galère pour Alabama-Hunstville et Alaska-Anchorage, qui n’ont gagné qu’un seul match.

 

L’Atlantic Hockey à la recherche de la compétitivité

 

Sans contestation la plus faible des six conférences, la conférence Atlantic Hockey reste cependant une conférence très disputée car le niveau y est assez homogène. Quatre points seulement séparaient les sept premiers l’an dernier.

Les équipes ont cependant perdu de nombreux joueurs à l’intersaison (huit à plus de 100 pts en carrière) : 13 des 35 meilleurs marqueurs ne sont plus là.

Robert Morris fut particulièrement touchée cette année, avec pas moins de neuf seniors (quatrième année) qui ont terminé leur cursus. Parmi les nouveaux arrivants, l’attaquant français Justin Addamo, ancien international tricolore des moins de 20 ans.

Les joueurs à suivre :

  • l’attaquant Dylan McLaughlin (Canisius), 48 pts l’an dernier
  • Alex Tonge (Robert Morris)
  • Erik Brown (RIT)
  • le gardien Billy Christopoulos (Air Force)

Bilan du premier mois de compétition :

Niagara et Air Force semblent déjà se détacher avec des bilans de 65 et 60% de victoire intra-conférence. En embuscade, RIT aligne une jolie fiche de 6-3-1, dopée par un calendrier favorable (4 victoires à domicile). Dylan McLaughlin justifie son statut de joueur majeur en occupant la 5e place des pointeurs en NCAA avec 7 buts et 16 pts en 11 matchs.

 

La Big Ten en progression

 

La conférence a envoyé quatre équipes aux finales régionales l’an dernier, dont trois ont atteint le Frozen Four… sans le gagner. Toutefois, Ohio State, Michigan et le finaliste malheureux Notre Dame font encore figure de favoris pour cette saison.

Ohio State a reçu la place de n°1 des pronostics, avec un effectif proche de l’an dernier. Le capitaine Tanner Laczynski et l’attaquant Mason Jobst sont encore là, de même que le gardien Sean Romero. Une formation d’expérience, qui a beaucoup appris du carré final printanier.

Notre Dame suit, mais a perdu de nombreux joueurs majeurs. Son gardien vedette Cale Morris est heureusement toujours là. Michigan dispose encore d’un effectif solide.

Wisconsin, avec un effectif très jeune, pourrait jouer les troubles fêtes, et enfin, Penn State aligne une attaque explosive.

Les joueurs à suivre :

  • le défenseur Quinn Hugues (Michigan), 29 pts l’an dernier, et l’ailier Josh Norris, un ancien premier choix de draft
  • l’attaquant Taro Hirose (Michigan State), 42 pts l’an dernier
  • le gardien Cale Morris (Notre Dame), 94,4% d’arrêts l’an dernier
  • l’attaquant Tanner Laczynski (Ohio State), 47 pts l’an dernier, et son coéquipier Mason Jobst (43 pts)

Bilan du premier mois de compétition :

Comme prévu, Notre Dame mène la conférence (7-4-1) devant Ohio State (8-3-1). Les deux formations brillant notamment à l’extérieur. Michigan et Minnesota suivent.

Penn State compte cependant la meilleure attaque, avec 63 buts en 11 matchs : des oppositions modestes certes, mais qui leur permettent de placer les attaquants Alex Limoges (19 pts) et Evan Barratt (19 pts) en tête du classement des pointeurs. Nikita Pavlychev est 4e avec 17 pts. Il faudra voir si les Nitanny Lions peuvent faire aussi bien contre des oppositions plus coriaces.

 

Pour un duel Princeton-Cornell en ECAC

 

Les deux titans de l’an dernier n’ont pas perdu beaucoup de joueurs et devraient à nouveau se disputer les honneurs. Le champion de conférence, Princeton, a réussi miraculeusement à conserver l’attaquant le plus convoité : Max Véronneau, suivi par à peu près toutes les franchises NHL. Son compère Ryan Kuffner est encore là lui-aussi : les deux hommes ont terminé premier et deuxième du classement des pointeurs de toute la NCAA l’an dernier. Mieux, Josh Teves, le défenseur offensif le plus productif de la conférence, sera aussi de la partie.

Pour sa part, Cornell retourne une bonne partie de son alignement, notamment son gardien vedette Matthew Galajda, n°1 de la NCAA l’an dernier avec 1.51 but encaissé et troisième avec 93,9% d’arrêts.

Au chapitre des challengers, on trouve Clarkson, qui a perdu plusieurs joueurs majeurs en attaque comme en défense. Colgate a pour sa part perdu son gardien prématurément et devra compenser avec trois freshmen. Harvard, qui a perdu son meilleur marqueur Ryan Donato (Boston Bruins), dispose en Adam Fox d’un des tous meilleurs défenseurs-offensifs en vue de la NHL.

Enfin, Quinnipiac compte douze joueurs de première année, ce qui compliquera sans doute la tâche.

Les joueurs à suivre :

  • l’attaquant Nico Sturm (Clarkson), 37 pts l’an dernier et son gardien Jake Kielly (92,9% d’arrêts)
  • le gardien Matthew Galajda (Cornell)
  • le défenseur Adam Fox (Harvard), 28 pts l’an dernier
  • les attaquants de Princeton Max Véronneau (55 pts) et Ryan Kuffner (52 pts) ainsi que le défenseur Josh Teves (33 pts)
  • l’attaquant Odeen Tufto (Quinnipiac), 41 pts l’an dernier

Bilan du premier mois de compétition :

A la surprise générale, la jeune équipe de Quinnipiac mène le championnat avec une fiche de 9-2-0 au total, 4-2-0 intra-conférence. Comme prévu en revanche, Princeton et Dartmouth ne sont pas très loin.

Clarkson et Colgate connaissent en revanche un début de saison cauchemardesque et occupent les profondeurs du classement. Brown ne compte qu’une seule victoire.

Au rayon joueurs, Adam Fox se classe 2e pointeur parmi les défenseurs de toute la NCAA avec 3 buts, 12 passes et 15 pts en seulement 7 matchs : un rythme fou. Les Hurricanes de Carolina, qui l’ont acquis dans un échange avec Calgary cet été, se frottent les mains.

 

Hockey East ou la force tranquille

 

La conférence a accumulé les titres depuis sa création en 1984-85,, avec pas moins de neuf titres nationaux et dix trophées de joueurs de l’année. Malgré tout, les équipes de Hockey East peinent à approcher du Frozen Four depuis quatre ans, la faute à un bilan extra-conférence médiocre.

La conférence a perdu plusieurs joueurs majeurs qui ont rejoint la NHL, à commencer par Adam Gaudette (Northeastern), le Hobey Baker 2018, qui a signé à Vancouver, son équipier Dylan Sikura (Chicago) ou Brett Seney (Merrimack) dans le New Jersey.

Les joueurs à suivre :

  • le première année Oliver Wahlstrom (Boston College), drafté au 1er tour par les New York Islanders, est très attendu.
  • l’attaquant Bobo Carpenter (Boston University), 35 pts l’an dernier, ainsi que ses coéquipiers draftés en NHL : les défenseurs Dante Fabbro (29 pts) et Chad Krys (27 pts) et le gardien Jake Oettinger (91,5% d’arrêts).
  • le défenseur Cale Makar (Massachussets), un top-5 de draft NHL par Colorado en 2017 (21 pts l’an dernier).
  • l’attaquant Sami Tavernier (Merrimack), 21 pts l’an dernier. Franco-finlandais, il a représenté la Finlande aux Mondiaux des moins de 20 ans.
  • le défenseur Jeremy Davies (Northeastern), 35 pts l’an dernier, drafté par les Devils du New Jersey, et le gardien Cayden Primeau, drafté par Montréal (93,1% d’arrêts)

Bilan du premier mois de compétition :

Portée par une défense de fer, Massachussets affiche un bilan quasi parfait : 9-1-0, et aucune défaite intra-conférence. Cela lui vaut la première place devant Northeastern, Providence, Boston College et Boston University. Ces deux dernières équipes vivent un début de saison poussif, notamment dans les oppositions hors-conférence.

 

La NCHC, une conférence redoutable

 

Les trois derniers champions nationaux sont issus de la NCHC : autant dire que le niveau s’annonce spectaculaire cette saison.

Plusieurs universités ont changé d’entraîneur à l’intersaison, dépecées par la NHL. On attend évidemment de Denver et Minnesota-Duluth de solides performances, en dépit de nombreux départs vers les rangs professionnels, notamment Henrik Borgström (Denver), finaliste au titre de joueur de l’année, parti pour Florida (NHL), ou Troy Terry (Denver) à Anaheim.

Denver a payé un lourd tribut : le champion national de la saison 2017 a vu son entraîneur Jim Montgomery rejoindre Dallas et six joueurs majeurs passer professionnels. Minnesota-Duluth, champion national en titre, a perdu son capitaine Joey Anderson (New Jersey) mais retourne l’essentiel de sa défense et son gardien n°1. Une équipe qui devrait encaisser peu de buts cette saison.

St. Cloud State, surpris par Air Force au premier tour des finales régionales, a conservé l’essentiel de son effectif et aura à cœur de faire oublier ce faux-pas.

Les joueurs à suivre :

  • l’attaquant Nick Halloran (Colorado College), 45 pts l’an dernier
  • le défenseur Ian Mitchell (Denver), 30 pts l’an passé, et le senior Jarid Lukosevicius
  • le défenseur Grant Hutton (Miami), 27 pts l’an dernier, dont 13 buts
  • le défenseur Scott Perunovich (Minnesota-Duluth), 36 pts l’an dernier, et son coéquipier attaquant Riley Tufte (29 pts).
  • l’attaquant Robby Jackson (St. Cloud State), 42 pts l’an dernier, ainsi que Ryan Poehling (30 pts), un premier choix de Montréal, et le défenseur Jimmy Schuldt (38 pts l’an dernier).
  • l’attaquant Wade Allison (Western Michigan), 30 pts l’an passé dans une saison interrompue en janvier par une blessure.

Bilan du premier mois de compétition :

St. Cloud State entame la saison avec une mission : sa fiche de 11-1-0 domine la NCAA, avec seulement 22 buts encaissés pour 55 marqués. Derrière, Denver, Miami et Minnesota-Duluth suivent le rythme. Ces quatre équipes sont déjà détachées.

Sur le plan individuel, Scott Perunovich compte déjà 16 pts en 12 matchs et mène tous les défenseurs du pays dans ce classement.

 

L’exception, Arizona State

 

L’équipe indépendante, située dans un marché atypique, réalise un début de saison convaincant avec une fiche de 10-4-0. L’attaquant Johnny Walker, un deuxième année ou sophomore, se classe 3e pointeur de NCAA avec 12 buts et 18 pts en 14 matchs : c’est le meilleur buteur du championnat.

 

Le point au 12 novembre : 

 

Minnesota-Duluth occupe la première place des classements avec 41 premières places au vote, devant St. Cloud State (7 premières places) et Minnesota State (2).

Derrière eux, Massachussets, Penn State, Ohio State, Denver, Notre Dame, Providence et Bowling Green clôturent le top-10. Arizona State se classe 18e et crée l’histoire du jeune programme de hockey universitaire avec le premier classement jamais enregistré.