Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
High School LeBron James Saint Vincent Saint Mary Bronny James Sierra Canyon

Sierra Canyon-Saint Vincent Saint Mary : un duel au nom du Roi, LeBron James

Samedi soir, Sierra Canyon et Saint Vincent Saint Mary s’affrontent en direct sur ESPN 3. Deux lycées et deux villes qui n’ont rien en commun sauf le nom d’un homme qui résonne de chaque côté : LeBron James.

Il y a 17 ans, le 12 décembre 2002, un séisme se produit sur la planète du basketball américain.

La blessure d’un joueur majeur en NBA ? Non. Un record, alors ? Le jour des 81 points de Kobe Bryant ? Non plus.

Ce qui se passe réellement le 12 décembre 2002 est la défaite en direct à la télévision nationale de la Oak Hill Academy, meilleure équipe du pays en High School, face à Saint Vincent Saint Mary, petit lycée de l’Ohio qui n’avait jamais brillé sur le plan sportif, mené par un prodige de 17 ans, LeBron James.

https://twitter.com/espn/status/1205120718524080131?s=20

17 ans plus tard, LeBron James Jr. déchaîne les passions dès sa première année de lycée à Sierra Canyon. Le rejeton du “King” montre qu’il a du basketball plein les mains dans l’un des meilleurs lycées du pays en banlieue chic de Los Angeles.

Mieux, il est aussi suivi que son père au même âge : avec plus de 3 millions de followers sur Instagram, il se révèle comme un vrai influenceur auprès de son jeune public.

Akron et Los Angeles, deux modes de vie différents

L’affrontement entre Saint Vincent Saint Mary et Sierra Canyon est également un vrai duel entre deux mondes. 

D’un côté, Akron, une ville moyenne de 170 000 âmes, située au fin fond de l’Ohio. Le genre de ville où les distractions sont rares et n’intéressent personne à part ses habitants.

Sauf lorsqu’en en 2002, un joueur considéré comme le meilleur basketteur lycéen de tous les temps renverse l’invincible Oak Hill Academy, lycée n°1 du pays, en direct à la télévision nationale. Dick Vitale et Bill Walton n’en croient pas leurs yeux. Et l’ancienne légende de UCLA va même remercier LeBron James pour le spectacle proposé.

Saint Vincent Saint Mary atteint le toit des Etats-Unis. Un destin incroyable pour un petit lycée qui n’avait jamais rien gagné auparavant.

LeBron James Dunk Saint Vincent Saint Mary vs Westchest 2002
(Crédit photo : Al Tielemans – Sports Illustrated)

Depuis, l’école est retombée dans l’anonymat. Le gymnase a changé et est devenu la “LeBron James Arena”. Sur le banc, Dru Joyce dirige toujours les troupes, 20 ans après sa prise de pouvoir et plusieurs titres de l’Etat dont le dernier en 2018. Il distille son expérience aux jeunes talents de l’Ohio, en espérant les envoyer le plus loin possible. Mais peu de prospects sont sortis du lycée depuis 2003, le dernier, V.J. King, n’a pas convaincu en NCAA du côté de Louisville.

Aujourd’hui redescendu en 2ème division de l’Etat, le Fighting Irish continue d’être une des meilleurs équipes de la région, dans la discrétion, sans attirer les médias, à l’image de la petite ville d’Akron. 

Imaginez l’exact opposé et vous obtenez Sierra Canyon.

L’un des plus grands établissements privés de Los Angeles et véritable Hollywood des lycées, Sierra Canyon est le lycée des stars (en même temps, il a été fondé par plusieurs personnalités, notamment Will Smith, il y a 15 ans).

Stevie Wonder a participé à un concert organisé pour lever des fonds. Les fils de Scottie Pippen et Kenyon Martin y ont joué. Marvin Bagley a rejoint l’équipe pour ses deux dernières années de lycée (et a perdu contre Chino Hills de la fratrie des Ball) avant de rejoindre la NCAA et la NBA. Plus récemment, Cassius Stanley a enflammé les foules avec ses dunks “jordanesques”.

Et, quelle foule.

En vous asseyant dans les travées du gymnase, vous pouvez croiser les soeurs Kendall et Kylie Jenner, anciennes étudiantes de l’école, mais aussi Kanye West, Floyd Mayweather, Nick Young et désormais les meilleurs amis LeBron James et Dwyane Wade.

Ici, la plupart des étudiants ont toujours vécu avec la lumière. L’effectif est renouvelé tous les ans pour attirer les meilleurs talents du pays.

Ils sont certains d’avoir les yeux des meilleurs scouts rivés sur eux et ils ont toutes les chances de recevoir une bourse en Division I grâce à un calendrier difficile qui leur permet de voyager à travers tous les Etats-Unis.

Bronny ou LeBron James, l’adolescence sous le feu des projecteurs

LeBron James a du apprendre à vivre sous les projecteurs dès son plus jeune âge. Depuis ses 16 ans, où qu’il aille et quoi qu’il fasse, les gestes de LeBron James sont commentés, analysés et repris.

Alors qu’il n’était qu’un adolescent, des hordes de journalistes le suivaient partout. Devenu une icône, il a failli se brûler les ailes plusieurs fois parce qu’il manquait d’un entourage capable de le conseiller efficacement.

Conséquence : une suspension pour avoir accepté des vêtements en échange de photos et d’autographes. Une expérience dont il a tiré des leçons. 

Envoyer “Bronny” à Sierra Canyon n’est pas un choix anodin.

LeBron James voulait le meilleur pour son fils, et, un établissement où il apprendrait à éviter les pièges dans lesquels il est tombé. A Sierra Canyon, LeBron James Jr. est une star comme les autres et il maîtrise déjà l’art de la communication, à 15 ans.

Comme tous les élèves de Sierra Canyon, il profite de cours pour apprendre à gérer les réseaux sociaux et à faire attention à son image. Et si des dizaines de caméras le suivent tous les jours, c’est parce que son père a décidé de créer une série sur l’aventure de Sierra Canyon afin de maîtriser son image.

Ainsi, Bronny James ne donnera aucune interview à un journaliste de la saison. Pourquoi laisser la maîtrise de son image à des inconnus quand on peut tout faire par soi-même ?

Sierra Canyon trop supérieur à Saint Vincent Saint Mary ?

Quoi qu’il en soit, le duel entre Sierra Canyon et Saint Vincent Saint Mary propose une vraie résonance historique à cause de (ou grâce à) LeBron James.

Mais de quel côté penchera le cœur du “King” dans cette rencontre entre son ancien lycée, entrainé par celui qui l’a élevé comme un père, et l’équipe de son propre fils ?

Évidemment, tout le monde sait que c’est à St. Vincent-St. Mary que les gens ont commencé à me reconnaître d’un point de vue national. Et mon fils est sur le point de jouer contre mon “alma mater” dans notre état natal.

La seule chose qui aurait été plus émouvante, ce serait si mon fils jouait contre Saint Vincent Saint Mary dans la LeBron James Arena à Akron. Ça aurait été trop.

a déclaré LeBron James à Dave McMenamin d’ESPN.

Toutefois, soyons réalistes : il existe peu de chance que les Trailblazers de Sierra Canyon perdent la rencontre tant la densité de leur effectif est énorme.

Malaki Branham (#24, 2021) face à Brandon Boston (#15, 2020)

Saint Vincent Saint Mary a tout de même quelques cartes à jouer face à Sierra Canyon, même en tant que véritable outsider.

La première : Malaki Branham, 24e meilleur joueur de la promotion de 2021 (selon 247 Sports).

L’arrière de 1m98 est la star du Fighting Irish avec un profil athlétique, percutant et inépuisable. Malaki Branham ne cesse de progresser et de monter dans les classements et cette rencontre face à Sierra Canyon est l’occasion pour lui de se montrer à un niveau supérieur (notamment en défense).

Et il lui faudra du coeur pour faire face à Brandon Boston, arrière star de Sierra Canyon et 15ème meilleur joueur de la promotion 2020 (selon 247 Sports).

Le senior, déjà engagé auprès des Wildcats de Kentucky, écrase tout sur son passage. Meilleur scoreur de l’équipe, il tourne à plus de 20 points par match et montre son potentiel de futur joueur en NBA. Grand (plus de 2 mètres), longiligne, rapide et très athlétique, le scoreur naturel brille sur la scène nationale.

Son point faible ? Il a du mal à tenir quand il est bousculé par la défense ; un point sur lequel on espère que Malaki Branham va appuyer.

Les autres joueurs à suivre de la rencontre ?

Pour Saint Vincent Saint Mary :

  • Sencire Harris pourrait être le facteur X de la partie : prospect 4 étoiles, il tournait déjà à plus de 19 points et 8 rebonds et 3 passes par match en tant que freshman. Il peut prendre un match à son compte, la défense devra le surveiller de près.
  • Autres mentions : Ramar Pryor, Marcus Johnson.  

Pour Sierra Canyon :

  • Ziaire Williams aurait du être cité, mais le 5e meilleur joueur de la promotion 2020 est inéligible jusqu’au 29 décembre.
  • On a envie de croire en Terren Frank : mesuré à 2m05, cet ailier fort de formation a développé un jeu loin du panier très efficace. Capable de shooter longue-distance avec aisance, et de partir de la ligne à 3-points pour finir en drive, il devra cette fois essayer de peser dans la raquette pour obtenir des points faciles. Avec son compère de raquette, Harold Yu, ils auront un rôle essentiel pour faire exploser la défense de l’Ohio.
  • Autres mentions : Amari Bailey, Lebron James Jr., Zaire Wade.

Le pronostic de la rédaction ?

Victoire de Sierra Canyon.

Avec 6 joueurs qui font partie des meilleurs athlètes de leurs générations, les Trailblazers semblent hors de portée pour Saint Vincent Saint Mary. En plus d’individualités très fortes, les californiens s’appuient sur un collectif solide au sein duquel chacun connaît son rôle. Et cette hiérarchie de groupe permet de compter 7 victoires sans aucune défaite.

Attention, tout de même, le Fighting Irish dispose d’une belle force de frappe et ils auront tout l’Ohio derrière eux.

Après Oak Hill en 2002, Saint Vincent Saint Mary peut-il réitéra-t-il avec le retour du fils du roi ?

Plus de lecture ?
Cassius Stanley Dunk Duke Blue Devils vs NC State 2020
Second Round : Cassius Stanley casse un panier et #3 Duke martyrise #6 Penn State