Retour sur le célèbre National Signing Day qui s'est déroulé ce mercredi.

Moment marquant d’une (inter)saison de football universitaire, le National Signing Day est ce qu’est la Draft pour la NFL. Les universités de tout le pays concluent leurs accords ou tentent de signer les joueurs encore indécis.

Cependant, ce National Signing Day a perdu de sa saveur en 2018.

En effet, une nouvelle période anticipée a été mise en place cette année afin de permettre aux différents programmes de signer leurs recrues dès le mois de décembre. Si vous souhaitez tout savoir des différents engagements déjà réalisés, on vous invite à (re)découvrir notre article sur cette Early Signing Period qui a fait grandement débat.

On ne va pas se mentir, ce National Signing Day n’était pas aussi impressionnant et passionant que d’habitude.

Néanmoins, étant donné qu’une grande partie des prospects les plus courtisés avaient déjà officialisé leur engagement, la bataille a fait rage pour enrôler les ultimes joueurs encore disponibles.

Georgia met définitivement fin au règne d’Alabama 

Monstrueux.

Voilà comment on peut décrire la classe de recrutement de Georgia, sûrement la plus belle de l’histoire moderne. Alors que Kirby Smart et son staff avaient mis la main plus tôt cette saison sur six prospects 5-étoiles ainsi qu’une pléthore de 4-étoiles, les Bulldogs ont récidivé en s’arrachant trois autres gros prospects au nez et à la barbe d’autres programmes.

Le très courtisé cornerback 5-étoiles Tyson Campbell a ainsi préféré Georgia à Alabama tandis que les 31e et 87e recrues générales du pays, les outside linebackers Quay Walker et Otis Reese, respectivement en partance pour Alabama et Michigan, ont finalement signé avec les Bulldogs.

Avec une telle classe, Georgia a de quoi briller sur le terrain pour les années à venir.

Nick Saban aura à cœur de prendre sa revanche en 2019 sur le terrain de recrutement, lui qui a tout de même engager le cornerback 5-étoiles Patrick Surtain Jr. et la 29e recrue générale, le receveur Jaylen Waddle ainsi qu’une poignée d’autres prospects du Top 150.

USC, quel finish !

Tout d’abord, USC a officialisé les engagements du quarterback pro-style J.T. Daniels et le receveur Amon-Ra St. Brown, tous deux classés 5-étoiles et en provenance du même lycée, Mater Dei. Mais les Trojans ne se sont pas arrêtés là, au contraire.

Sur les 16 derniers prospects du Top 100 encore disponibles, Clay Helton a mis la main sur quatre d’entre eux. Les deux cornerbacks Olaijah Griffin et Isaac Taylor-Stuart rejoignent la Californie alors que toute la conférence SEC leur faisait les yeux doux. Les Trojans obtiennent la signature du receveur Devon Williams alors que Oregon tentait par tous les moyens de l’attirer et l’inside linebacker Solomon Tuliaupupu a rejeté les offres du rival de UCLA pour s’engager avec les Trojans.

USC a certes signé seulement 18 lycéens, mais cette classe est bel et bien la quatrième plus belle classe de recrutement de la saison.

LSU et Michigan, grands perdants

LSU avait l’habitude de truster le haut des classements ces dernières années. Cela faisait effectivement cinq ans que les Tigers finissaient dans le Top 7 des classes de recrutement.

Malheureusement pour les fans du programme, Ed Orgeron n’a pas été à la hauteur cette saison. Patrick Surtain Jr. reste la plus grosse perte puisque avant de signer au Crimson Tide, ce sont les Tigers qui détenaient son engagement virtuel depuis 28 mois.

Alors certes, des joueurs talentueux rejoignent tout de même LSU à l’image du receveur 5-étoiles Terrace Marshall Jr. ou du safety Kelvin Joseph, mais le manque cruel de prospects de très haut niveau auxquels on était habitué ces derniers temps nous laisse sur notre faim.

La situation est encore plus inquiétante du côté de Michigan.

Jim Harbaugh, pourtant reconnu pour être l’un des meilleurs recruteurs du pays, a en effet échoué sur cette classe de recrutement (21e). La perte de l’outside linebacker Otis Reese pour Georgia est sûrement difficile à digérer chez les Wolverines.

Pire encore, Michigan est en difficulté avec les recrues de son propre Etat puisque seul un des trois meilleurs joueurs a signé avec les Wolverines. La classe de recrutement de 2019 semble partir sur de bonnes bases, certes, mais attention à ne pas laisser Ohio State et Penn State dominer seuls sur la conférence Big Ten.

En bref, ailleurs :

  • Willie Taggart ne pouvait pas mieux débuter son mandat à Florida State. S’il manque clairement de 5-étoiles, il a réussi à mettre la main sur le receveur Jordan Young et le running back Anthony Grant, engagés auparavant avec Tennessee (grand perdant, également). Qui plus est, les 4-étoiles Tre’Shaun Harrison et Malcolm Lamar ont décidé de se désengager de Oregon pour suivre Willie Taggart (ancien head coach des Ducks) chez les Seminoles.

  • De son côté, l’ancien head coach de Florida State, Jimbo Fisher, a également réussi son arrivée à Texas A&M puisque James Foster, le meilleur quarterback disponible lors de ce National Signing Day, a rejoint les Aggies tout comme le defensive tackle 4-étoiles Bobby Brown et l’athlète 4-étoiles Vernon Jackson, anciennement en partance pour Alabama.

  • Enfin, on termine avec un programme qui s’est fait tout petit, mais qui a réussi sa classe de recrutement, les Huskies de Washington. Chris Petersen a été juste impressionnant en se mettant dans la poche deux des dix meilleurs QB du pays depuis la Early Signing Period : Colson Yankoff et Jacob Sirmon. Le linebacker Brandon Kaho, le defensive tackle Tuli Letuligasenoa et le cornerback Domonique Hampton viennent également renforcer une classe de recrutement enfin digne de l’université.

Bonus :

Le National Signing Day donne également des images n’existant seulement en football universitaire.