Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
Malik Willis QB Liberty Flames vs Western Kentucky Week 3 2020
(Crédit photo : Liberty Flames Athletics)

“Zooming On” : des débuts réussis pour Malik Willis (Liberty)

De nouvelles équipes débutaient encore leur saison de football universitaire le week-end dernier. Entre les matchs reportés à cause du COVID-19 et quelques affiches séduisantes sur le papier, une rencontre en particulier a retenu mon attention à 18h : Liberty se déplaçait sur le terrain de Western Kentucky.

Une opposition intéressante entre des Hilltoppers, qui ont réalisé un premier match assez poussif contre Louisville, et des Flames, qui lançaient leur saison avec un déplacement et une attraction au poste de quarterback en Malik Willis.

Il est l’heure d’analyser la performance pour ses débuts sous ses nouvelles couleurs dans une nouvelle édition de la chronique “Zooming On”.

Malik Willis, de Auburn à Liberty

Le parcours de Malik Willis en NCAA n’a pas été tout rose, loin de là.

Sortie du lycée avec un statut de quarterback “dual-threat” 3-étoiles, il décide de rejoindre le programme de Auburn pour y débuter son cursus universitaire. Mais, rien ne se passe comme prévu. Il est tout d’abord le remplaçant de Jarrett Stidham pendant ces deux premières saisons (2017 et 2018) sur le campus. Néanmoins, il obtient “sa chance” dans les fins de matchs sans enjeu, où il s’est montré comme il a pu, en ramassant les miettes. 11/14 à la passe pour 69 yards, 1 TD et 309 yards au sol pour 2 TDs.

Avec le départ de Jarrett Stidham, Malik Willis espérait prendre le relais de l’attaque des Tigers. Mais, dans une équipe de conférence SEC, le recrutement est souvent XXL. Et Malik Willis doit se battre pour sa place avec deux autres quarterbacks : Joey Gatewood et Bo Nix.

Malheureusement, la lutte tourne rapidement à l’avantage de 2 joueurs… sans Malik Willis.

Il décide ainsi de quitter le campus d’Auburn afin de (re)lancer sa carrière universitaire. Il atterrit à Liberty, un programme qui sort d’une saison en 2018 avec un bilan de 6 victoires pour 6 défaites en tant que indépendant (pour leur première saison en FBS). Le choix de Liberty peut surprendre. Mais, quand on creuse un peu, on découvre que le head coach des Flames, Hugh Freeze, est un ami de Gus Malzhan, son semblable à Auburn. Mauvaise nouvelle : son “waiver” n’a pas été accepté par la NCAA et c’est donc une saison blanche qui se profile pour le joueur.

Un énième ralentissement, encore.

On avance d’une année. Nous sommes en début septembre et Malik Willis remporte le précieux sésame du poste de quarterback titulaire de Liberty. Il peut enfin connaître une première titularisation depuis… sa saison de senior au lycée. Cela tombe bien, Liberty a perdu gros au cours de l’intersaison. Les Flames sont l’un des trois programmes en Division I à perdre plus de 3.000 yards à la passe, plus de 1.000 yards à la réception et plus de 1.000 yards à la course (avec Oklahoma et LSU).

La pression est grande pour le redshirt junior. Et il rencontre un test dès son premier match sur le terrain de Western Kentucky.

Malik Willis donne le ton du match dès la première série

La première série est toujours quelque chose d’important pour un nouveau joueur et/ou un freshman. Cela permet de donner un peu de confiance pour le reste du match, ou le contraire, si cela ne se passe pas comme prévu.

Et le premier drive de Malik Willis… a été exceptionnel (et je pèse mes mots).

Il commence tranquillement avec une passe facile sur un tracé “slant” du receveur pour un gain moyen (je ne parle pas des yards après réception mais seulement de la passe de 5 yards). Celle-ci permet à son équipe d’avancer et de gagner une première tentative et, surtout, donne au quarterback une première passe “classique” pour se mettre en confiance.

Play-calling parfait.

Sur la 2ème action de la série, on peut entrevoir les jambes de Malik Willis en action. Le quarterback “dual-threat” n’a pas perdu de son explosivité et de sa lecture de jeu, encore moins de son talent pour casser des plaquages. Bon, il ne passe pas loin de la correctionnelle. Heureusement que le defensive tackle de Western Kentucky était “enfoncé” dans la pelouse, ce qui réduit sa vivacité et son de temps de réaction.

Et face à un attaquant qui arrive pleine balle, c’est souvent à l’avantage du dernier. Cette action ne déroge pas à la règle.

Liberty a bien étudié le match de Western Kentucky contre Louisville. Et ils ont certainement vu que les “play actions” marchent plutôt bien face à cette défense un peu naïve (il existe souvent un gap entre la ligne défensive et les linebackers, ce qui laisse une possibilité de passe de 5-6 yards).

Snap, feinte de passe au running back et, immédiatement, les yeux de Malik Willis se projettent sur son receveur en “un-contre-un” face au cornerback adverse. D’autant plus que ce dernier n’a pas l’avantage de taille. Le lancer est (presque) parfait, vers la ligne de touche, un poil plus bas que l’épaule du receveur qui crée une séparation grâce à son physique : il est donc impossible pour le défenseur de contester la réception.

Un modèle du genre.

Troisième et dernière action marquante de la série inaugurale ? Le touchdown, évidemment.

On part sur un bon vieux “QB draw” des familles. Les jambes et la vision parlent. C’est propre, limpide, efficace, et cela fait 6 points sur le tableau d’affichage. A noter le travail de la ligne offensive et du running back, avec un block crucial pour que le quarterback franchisse la ligne d’en-but.

La première série est un panel d’actions très variées avec de la course, des “play-actions” et des passes plus classiques. Le plus important, c’est que Malik Willis s’est montré à l’aise et productif dans n’importe quelle situation.

On ne peut pas rêver mieux comme série pour un retour à la compétition.

Un match maîtrisé… et une victoire de Liberty au bout !

La suite du match est de même facture que la première série.

Malgré un petit trou d’air au retour des vestiaires, au cours duquel Western Kentucky revient au score en imposant son physique et l’attaque de Liberty souffre par séquences, les Flames répondent présents dans les moments importants. Je mets en évidence le quarterback sur cette rencontre, mais, il ne faut pas oublier le jeu au sol. Le duo de seniors Johsua Mack (23 courses, 100 yards) et Peytton Pickett (8 courses, 52 yards), ainsi que le sophomore Shedro Louis (4 courses, 41 yards, TD) qui inscrit un touchdown capital en seconde période, ont réalisé un réel travail de l’ombre. Le fait de se reposer sur des running backs productifs permet à Malik Willis de jouer avec plus de liberté et moins d’attention.

Malik Willis s’est surtout illustré au sol, comme prévu.

Il termine le match avec 168 yards en 21 courses et 3 TDs à son actif. D’ailleurs, sur son 2ème TD, on peut voir ses qualités de lecture et de patience. Sur une action en “read option”, il s’aperçoit que l’outsider linebacker à gauche hésite sur le snap, puis, est absorbé par la (possible) course du running back. Il laisse alors un trou béant à Malik Willis, qui s’empresse de garder le cuir et de franchir l’en-but sans le moindre effort.

Avec un jeu au sol peu dominant, il est. impossible qu’une action comme celle-là se déroule aussi facilement. Il faut donner du crédit aux running backs. Si Malik Willis a sorti un très bon match au sol, les coureurs possèdent aussi une part du succès.

Quand on observe un prospect “dual-threat”, il faut se concentrer sur 2 aspects du jeu (au sol).

  1. La capacité à casser des plaquages et de résister physiquement à l’impact.
  2. L’accélération sur les premiers appuis puis le changement de rythme (au niveau des répétitions sur l’intégralité du match).

Malik Willis remplit parfaitement les deux cases d’observation. Tout d’abord, on parle d’un véritable athlète avec une pointe de vitesse digne d’un running back. Il court vite, c’est un fait, et dès ses premiers appuis. Il arrive à faire la différence sur les 2-3 premières secondes du snap, en plaçant une accélération s’il a besoin de passer un joueur de ligne ou un linebacker.

Parfois, il va même trop vite pour ESPN, c’est dire…

Malik Willis est également capable de casser des plaquages avec aisance.

Certes, la défense de Western Kentucky est assez poreuse, mais il faut souligner le travail de la ligne offensive pour créer une ouverture devant Malik Willis, qu’il empreinte avec plaisir. Il échappe à 2 plaquages et continue son effort pour gratter les yards supplémentaires.

Mauvaise défense ? Peut-être. Un QB talentueux ? C’est fort possible.

Avec le poste de titulaire et un playbook pour le mettre dans les meilleures dispositions, on admire réellement l’étendue de son talent. Quid de son jeu de passes ?

Malik Willis n’est pas le quarterback avec le meilleur bras du championnat. C’est encore perfectible sur de nombreux niveaux. Que ce soit la mécanique du déclenchement de passe ou même la précision sur des tracés longs. Toutefois, il est capable de trouver ses cibles sur des tracés de 10-15 yards, avec une zone de passe idéale pour son receveur. Le fait que Western Kentucky soit vraiment en difficulté sur les “play actions” l’a aidé.

Feinte de “toss” au running back, il se replace dans le sens du jeu et il envoie une passe (un peu haute) pour le tight end, seul, au centre du terrain. La passe n’est pas parfaite, avec un peu de précipitation, mais l’essentiel est assuré au final.

Face à une défense plus agressive, est-ce que cela passera-t-il ?

Malik Willis, nouveau leader offensif de Liberty ?

D’une manière générale, je suis plutôt content du match de Malik Willis.

Son premier acte était plutôt bon. Il a alterné les différentes types d’actions, à la passe et à la course, avec une certaine aisance. Cependant, à l’instar de Liberty, la deuxième période s’est révélée plus difficile et notamment au cours du troisième quart-temps. Mais, la victoire est bien là (30-24).

Malik Willis s’est vraiment montré à l’aise au sol. Il possède les qualités et le profil pour franchir régulièrement la barre des 100 yards parcourus à la course lors de chaque match. Attention : il a tout de même perdu le cuir à 2 reprises à la suite d’un contact avec un défenseur. Heureusement pour lui qu’un coéquipier, à chaque fois, a récupéré le ballon. Ce serait bien un point négatif à mettre en évidence, car, ces pertes de balle auraient pu coûter cher à Liberty.

Un petit doute subsiste concernant son jeu de passe.

Il a sorti une performance convaincante, sans être extraordinaire, non plus. Toutefois, cette rencontre face à Western Kentucky était seulement sa première titularisation depuis sa saison de senior au lycée. Et il y a pire que gagner 133 yards à la course et 168 yards à la passe agrémentés de 3 TDs.

Je suis satisfait de la plupart de ses actions aujourd’hui.

Il a produit quelques erreurs mais nous pouvons les gommer. Rien d’inquiétant. On savait qu’il était athlétique et on savait que l’on pouvait faire des grandes choses sur le jeu au sol avec lui. Il a été efficace à la passe, même si on l’a un peu limité dans ce secteur. Je suis vraiment satisfait de sa performance.

déclare le head coach de Liberty, Hugh Freeze, en conférence de presse à la suite de la rencontre.

Malik Willis est revanchard.

Il veut prouver qu’il possède le niveau pour diriger l’attaque de Liberty. Nul doute qu’il peut y arriver. Deux saisons se profilent devant lui afin de se montrer. Et une chose est sûre : il faut surveiller cette équipe de Liberty.

Surtout avec Hugh Freeze à la barre de l’équipe, on ne risque pas de s’ennuyer devant une partie des Flames. A l’image. de l’action du match, signé Malik Willis himself.

“You can’t teach talent.”

Plus de lecture ?
(Crédit P
“CFB Preview” : est-il possible que Michigan enchaine les défaites ?