Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
(Crédit Photo : AP)

Trey Lance, la nouvelle pépite de Randy Hedberg à North Dakota State

North Dakota State domine la ligue de football universitaire en FCS depuis 2011, avec 8 titres en 9 ans. Les Bisons doivent cette régularité exceptionnelle en grande partie à Randy Hedberg. Et, en 2019, c’est au tour de Trey Lance de briller sous ses ordres.

Carson Wentz, Easton Stick et désormais Trey Lance.

Randy Hedberg, entraineur assistant en charge des quarterbacks à North Dakota State, transforme aussi bien ses joueurs en machines à gagner qu’en futurs joueurs de NFL depuis son arrivée sur le campus de Fargo en 2014.

Je suis arrivé au meilleur moment et au meilleur endroit.

sourit Randy Hedberg.

Le contexte est évidemment favorable dans un programme qui ne connaît que la victoire. Mais son travail avec ses quarterbacks est sans aucun doute un facteur clé de la dynastie à North Dakota State.

Bien installé chez les Eagles de Philadelphia, Carson Wentz (20-3 comme titulaire à North Dakota State) s’est imposé parmi les meilleurs joueurs professionnels à son poste suite à sa sélection au 2ème choix général de la Draft NFL en 2016.

Après 2 saisons en tant que backup, il s’est révélé lors de son année de junior avec l’arrivée de Randy Hedberg.

Alors que l’un des meilleurs QBs de l’histoire de l’équipe s’en va, l’entraineur de 65 ans prépare déjà l’avenir. Easton Stick, qui attendait bien au chaud, surprend tout le monde lorsqu’il doit remplacer Carson Wentz, blessé, en 2015.

Il est seulement freshman, mais, il impose déjà un rythme effréné en accumulant les victoires. Ce sera le cas pendant 4 ans : 49 succès pour 3 défaites en tant que titulaire (soit un record de victoires pour le programme).

A son tour, direction la NFL et les Chargers de Los Angeles lors du 5ème tour de la Draft NFL en 2019.

Un gabarit proche de Wentz et le jeu de course de Stick

Après 5 ans de succès, le head coach des Bisons Chris Klieman décide lui-aussi de quitter le campus de Fargo pour rejoindre celui de Kansas State. Le coordinateur défensif Matt Entz prend le relais. Place à la stabilité, sauf au poste de quarterback.

Mais, encore une fois, Randy Hedberg possède la solution afin de pallier au départ de Easton Stick.

Trey Lance rentre en course.

Randy Hedberg Trey Lance North Dakota State Bisons 2019
(Crédit photo : David Samson – The Forum)

Et l’issue de la saison 2019 est d’autant plus belle.

Les Bisons sont une nouvelle fois couronnés champions nationaux et Trey Lance réalise des prouesses encore jamais atteintes : une saison invaincue avec un record de 16-0 (une première historique en Division I), sans une seule interception lancée.

Les trois sont des gars qui ont foi et confiance en eux. Ils croient en ce qu’ils font et surtout, ils ont la soif d’apprendre, l’envie de gagner et le sens des détails. J’ai eu de la chance de pouvoir compter sur ces trois bons quaterbacks.

se félicite Randy Hedberg.

Depuis 2014, Randy Hedberg ajuste son plan de jeu pour tirer le meilleur de ses joueurs :

Il faut les mettre dans une situation où on exploite au maximum leurs forces individuelles.

Avec Carson Wentz, on n’a pas beaucoup utilisé de jeux de course. On a préféré le jeu aérien, car il était grand avec un gros bras. Au fil du temps, Easton Stick est lui devenu un coureur dans notre système. On a davantage alterné le jeu de course et le jeu de passe avec lui.

Trey Lance semble posséder chacune des qualités de ses deux prédécesseurs.

Maintenant, avec Trey Lance, un très jeune quarterback, on essaye également d’alterner les deux. Avec sa taille, il se rapproche plus de Carson, mais il a ce côté physique en plus.

ajoute-t-il pendant l’entretien.

C’est d’ailleurs la première chose qui a frappé Randy Hedberg la première fois qu’il a vu évoluer le natif de Marshall (Minnesota). Responsable du recrutement au poste de quarterback, un de ses collègues lui glisse pourtant le nom de Trey Lance à l’oreille.

Trey Lance passe de propable safety à quarterback titulaire

Il n’était pas très courtisé en sortie de lycée, avec un statut 3-étoiles et une place de #49 parmi les QBs double-menace. Mais le coaching staff des Bisons voient un fort potentiel, déjà, lors d’un camp d’entraînement organisé par l’université durant l’été.

L’occasion de le voir jouer pendant 3 jours.

On a suivi Trey Lance dès sa saison sophomore en High School lorsqu’il est venu à notre camp. Il s’est tout de suite senti à l’aise avec nous et a tout de suite su que notre attaque à North Dakota State serait bénéfique pour son talent et ses projets.

détaille l’ancien head coach de St. Cloud State en Division II (1999-2007).

Alors que certains programmes en FBS, comme Boise State et Minnesota, ciblaient aussi l’ancien joueur de la Marshall High School, il décide de signer sa National Letter of Intent (NLI) en faveur des Bisons en juin 2018.

Un engagement que Randy Heberg se souvient parfaitement.

Je raconte souvent cette histoire, mais je peux vous dire exactement où je me trouvais le jour où il a signé chez nous. Comme je peux vous dire où j’étais quand Elvis Presley est mort ou que les Minnesota Twins ont remporté les World Series en 1987 et 1991.

Egalement joueur au poste de strong safety au lycée, Trey Lance démontre des capacités physiques hors du commun.

Quand vous le voyez se développer physiquement à la salle de musculation, vous ne pouvez pas le rater.

rit l’assistant en charge des quarterbacks.

C’est pour cette raison que certaines universités veulent le recruter en tant que défenseur. Mais ce n’est pas le cas de North Dakota State. Un élément qui a joué en faveur des Bisons tant Trey Lance voulait évoluer en tant que quarterback en NCAA.

Je ne comprends pas pourquoi [ils voulaient de lui en safety]. Ils pensent ce qu’ils veulent, mais on avait prévu de jouer avec Trey Lance comme QB dès le premier jour qu’on l’a vu. Il a un bras puissant et il libère le ballon rapidement.

Sans parler de son gabarit, qui l’aide énormément.

explique Randy Hedberg.

Après une saison de redshirt freshman, Trey Lance n’a pas déçu quand il a remplacé Easton Stick en 2019. En 16 matchs, il a impressionné à la passe (2.786 yards pour 28 TDs et 0 INT) et à la course (1.100 yards et 14 TDs).

Une année incroyable ponctuée par des FCS Playoffs gérés à la perfection, à tout juste 19 ans (il en a désormais 20).

Carlton Lance, son père et ancien joueur de CFL (Canadian Football League), savait que les universités de FBS et du Power Five ne sont pas une étape fondamentale pour faire partie des meilleurs prospects de la prochaine Draft NFL.

“Football is football”, peu importe le niveau, disait-il dans une interview pour The Athletic.

Trey Lance est sûrement une exception, mais également un exemple pour les joueurs de plus petites universités.

“On ne regarde pas les statistiques”

La domination sans partage de North Dakota State en FCS fait de l’université une équipe très médiatisée, avec beaucoup de matchs diffusés sur les chaînes nationales durant la saison. Trey Lance a profité de cette exposition pour faire monter la hype.

De là à faire de lui un futur choix du premier tour quand arrivera son tour en 2021 ?

Quoi qu’il en soit, il garde la tête sur les épaules et sait qu’il a encore beaucoup à prouver.

C’est quelqu’un avec une bonne personnalité, il est très humble. Je crois vraiment que Trey Lance est très mature et intelligent pour un jeune homme de cet âge.

précise Randy Hedberg.

Plus la saison avançait, et plus la pression était de plus en plus pesante sur ses épaules. Les médias outre-Atlantique se questionnaient à tour de rôle : “A quand une interception ?”

Celle-ci n’arrivera jamais.

On n’a jamais parlé du fait qu’il n’avait pas lancé d’interceptions. On ne regarde pas les stats.

Je sais qu’il n’a pas lancé d’interceptions, évidemment, mais je suis incapable de vous dire quel est son taux de passes complétées ou combien de touchdowns il a lancés. On n’en tient pas compte. On s’attarde à faire les choses régulièrement, en ayant une routine chaque jour de la semaine qu’on répète toute la saison.

explique-t-il à notre micro.

Cette routine permet de progresser au fur et à mesure. Trey Lance est un diamant à polir et Randy Hedberg en est conscient. Son expérience en NFL a été courte avec Tampa Bay en 1977 (une seule saison), mais elle lui permet de prodiguer de précieux conseils.

Mon premier conseil : limiter les interceptions. Quand j’étais joueur, j’en ai lancé beaucoup (rires). J’essaye d’apprendre à Trey Lance que le premier lancer sur 1st ou 2nd down doit être à destination de quelqu’un désigné dans le huddle. Sur 3rd down, c’est un peu différent.

J’estime qu’on a encore beaucoup de chances de trouver quelqu’un, donc, c’est primordial de ne pas prendre de sack sur 2nd down pour ne pas partir de trop loin.

ajoute-t-il à la conversation avec conviction.
Trey Lance Quarterback North Dakota State 2019
(Crédit photo : North Dakota State Athletics)

Les Bisons ont ainsi excellé la saison passée sur troisième tentative avec 50% de réussite (4e meilleure marque en FCS). Cette gestion des moments clés est primordiale pour Trey Lance, s’il veut se projeter en NFL, où la poche est plus étroite et sous beaucoup plus de pression.

Et, le quarterback regarde souvent des actions de Patrick Mahomes et Lamar Jackson pour progresser avec Randy Hedberg.

L’entraineur des quarterbacks estime que Trey Lance se rapproche d’eux, “pas dans le niveau évidemment, mais dans le style de jeu”.

On travaille beaucoup sur son footwork ces 2 derniers mois pour qu’il soit capable de positionner ses pieds dans l’axe de son lancer, d’avoir les épaules bien ouvertes pour lancer sur sa gauche. Son lancer sur la droite est respectable.

Et je lui apprends également à bien garder sa main gauche sur le ballon lorsqu’il lit les tracés. Il a tendance à laisser sa main gauche libre.

Trey Lance, un coéquipier exemplaire

Dominant lors des rencontres, Trey Lance est également un leader hors du terrain et aux entraînements.

Il parle énormément avec les joueurs, surtout sur la ligne offensive, mais également avec la défense. Quand certains quarterbacks travaillent sans forcément être à fond, ils n’aiment pas être bousculés. Trey Lance s’en fiche. Et les joueurs le respectent donc pour ça.

J’imagine qu’il sera capitaine la saison prochaine.

affirme Randy Hedberg.

Le futur sophomore n’hésite pas à donner de son temps pour les autres quarterbacks, également. Quand ce n’est pas lui dans la poche lors des entraînements, il se positionne près de la ligne offensive pour échanger avec ses coéquipiers et ajuster les jeux.

Trey Lance veut montrer l’exemple. Comme Carson Wentz et Easton Stick l’ont fait et continuent de le faire.

Il est inspiré par les deux [quarterbacks], sans aucun doute. Il est en contact avec eux régulièrement. Quand il est passé à Fargo, il a même pu échanger avec Easton le mois passé. Ils se sont entraînés ensemble. C’est sympa de voir les anciens aider les nouveaux.

se réjouit l’entraineur des quarterbacks de North Dakota State.

Avec ces trois joueurs, Randy Hedberg a construit une dynastie sur les steppes froides de l’Etat de North Dakota. Ces succès lors de la dernière décennie ont fait de lui un entraineur convoité.

Randy Hedberg North Dakota State Bisons FCS Playoffs 2019
(Crédit photo : Bison Illustrated)

Pourtant, il écarte toute possibilité de quitter les Bisons. Il veut “rester dans une université qui gagne, où les attentes sont hautes : gagner un championnat national”, explique-t-il. Cette soif de victoire est transmise à ses joueurs.

Carson Wentz et Easton Stick, hier.

Trey Lance, aujourd’hui.

Et les autres, demain.

Actuellement, je m’occupe de 4 quarterbacks, mais évidemment, seul un joue. […]

Ils sont tous capable d’apprendre et on essaye de tous les inclure dans nos réunions. Les gars se rendent compte qu’on veut les impliquer. Aux entraînements, j’essaye de les faire jouer au maximum.

Par exemple, quand on met en place les systèmes avec toute l’équipe : le titulaire joue six fois, le remplaçant trois fois et le 3ème trois fois également.

La relève est déjà assurée à North Dakota State.

Plus de lecture ?
Pac-12 Logo Football 2019
La Pac-12 supprime la saison de football et tous les sports jusqu’au 1er janvier