Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
Peach Bowl Auburn vs UCF 2018
(Crédit photo : Paul Abell - Chick-fil-A Peach Bowl)

#1 LSU ou #4 Oklahoma : quelle équipe pour remporter le Peach Bowl ?

Le College Football Playoff ré-ouvre ses portes ce week-end pour notre plus grand plaisir. Entre le Peach Bowl, avec #1 LSU contre #4 Oklahoma (22h), et le Fiesta Bowl, avec #2 Ohio State contre #3 Clemson (2h), ces demi-finales s’annoncent comme les plus belles depuis la création du CFP.

Le Peach Bowl entre LSU et Oklahoma risque d’être explosif dans le Mercedes-Benz Stadium d’Atlanta. Présentation complète de la première demi-finale de cette saison de football universitaire.

LSU Tigers (13-0)

La saison parfaite

Le doute règne à chaque début de saison sur le campus de Baton Rouge. LSU est un cador dans la conférence SEC, mais les Tigers n’arrivent jamais à franchir le pallier supérieur. Depuis l’arrivée d’Ed Orgeron en 2016, l’équipe bute toujours sur Alabama dans la division SEC West.

Encore une fois, les Tigers ne faisaient pas partie des favoris sérieux au titre national cette saison. On attendait évidemment de voir le développement de Joe Burrow (4.715 yards, 48 TDs et 6 INTs), qui devait prouver qu’il peut être le quarterback idéal.

Mais, qui a imaginé qu’il soulèverait le Heisman Trophy à la fin de l’année ?

L’embauche de Joe Brady, ancien assistant des Saints de New Orleans (NFL), en tant que coordinateur du jeu de passe a changé le visage de l’équipe. LSU est aujourd’hui une machine à marquer.

  • 554.3 yards par match (#1 du pays)
  • 386.8 yards à la passe par match (#2 du pays)
  • 47.8 points par match (#3 du pays)

Le succès sur le terrain de Texas en début de saison (45-38) a rapidement placé les Tigers parmi les outsiders. Mais ces derniers devaient confirmer lors des matchs de conférence. Les victoires successives face à Auburn (23-20) et Alabama (46-41) ont convaincu les sceptiques.

Battre le Crimson Tide pour la première fois depuis 2011 a fait basculer le programme du côté des gagnants, de ceux qui remportent les matchs au sommet. Les Tigers ont survolé leur saison, portés par une confiance impressionnante. Les hommes d’Ed Orgeron n’ont jamais vacillé à l’image de la large victoire face à Georgia en finale de conférence (37-10).

Oklahoma Sooners (12-1)

La même recette… avec un nouvel ingrédient

Baker Mayfield, Kyler Murray et Jalen Hurts. Trois quarterbacks. Trois transferts. Trois vainqueurs ou finalistes du Heisman Trophy. Et trois demi-finales de College Football Playoff.

Qu’importe le quarterback à la tête de son équipe, Lincoln Riley réussit toujours à maintenir les Sooners à un niveau d’exigence très élevé. La recette n’a pas changé : le playbook reste novateur tout en privilégiant de plus en plus le jeu au sol. L’attaque a répondu aux attentes (sans grande surprise).

La grande problématique du début de saison concernait la défense.

En 2017 et 2018, les Sooners ont pris l’eau en demi-finale du College Football Playoff face à Georgia et Alabama. Mais la nomination d’Alex Grinch en tant que coordinateur défensif a eu un effet positif très rapidement.

Le secondary concède toujours trop de big plays, à l’image de ceux face à Baylor en finale de conférence (30-23, OT) et le pass rush manque de régularité,, comme on l’a vu lors de la seule défaite de la saison face à Kansas State (41-48). Oklahoma n’est pas devenu infranchissable du jour au lendemain, mais les progrès sont notables.

Texas, Oklahoma State, Baylor, tous les trois classés dans l’AP Top-25, ont été mis en difficulté par la défense des Sooners.

Les clés du Peach Bowl :

  • Mettre la pression sur Joe Burrow

Sérénité, mobilité et précision.

Derrière sa ligne offensive, Joe Burrow est parfait. Il n’a jamais lancé sous les 70% cette saison. Face aux pass-rushes de Florida, Alabama et Georgia, les Tigers ont fait preuve de solidité et d’intelligence de jeu. Ed Orgeron y est pour beaucoup.

Le head coach appelle les bons jeux quand il sent que son équipe est en difficulté pour protéger son quarterback et Joe Burrow détient cette faculté innée de s’adapter rapidement à ce qu’on lui lance en plein visage.

(Crédit Photo : Bryan Terry/The Oklahoman)

Alex Grinch, le coordinateur défensif des Sooners, est privé de Ronnie Perkins sur le front de la ligne pour le Peach Bowl. Le lineman a été suspendu par la NCAA (tout comme le running back Rhamondre Stevenson et receveur Trejan Bridges) pour usage de cannabis. Un véritable coup dur.

Ronnie Perkins (6 sacks) est le meilleur pass-rusher d’Oklahoma. Jalen Redmond, titulaire à 3 reprises au cours de la saison, pourrait prendre sa place sur le côté de la ligne défensive. Mais le manque de profondeur pourrait coûter cher.

D’autant plus que le linebacker star Kenneth Murray sera surveillé de très près par les Tigers.

  • Le secondary des Tigers

Les médias américains évoquent longuement les forces de l’attaque de LSU, mais les succès du programme se construisent sur une solide défense, à commencer par le secondary.

“DBU” réside sans contestation à LSU (désolé, Texas). Grand Delpit est le meilleur safety du pays et le cornerback senior Kristian Fulton est d’une régularité impressionnante.

(Crédit Photo : Kim Klement-USA TODAY Sports)

Toutefois, le match-up à surveiller de près sera celui entre CeeDee Lamb, l’un des meilleurs receveurs du pays, et Derek Stingley, le cornerback freshman. Deux purs talents capables de renverser le destin du Peach Bowl d’un côté ou de l’autre.

Les Tigers ont les armes pour stopper le jeu de passe des Sooners et ses 11.4 yards (!) par tentative.

  • L’expérience des grands matchs

C’est un facteur qui est évidemment essentiel dans chaque moment de sport de cette ampleur. Mais en NCAA, l’expérience est encore plus importante. La pression est décuplée le soir du Peach Bowl, et, pour des jeunes joueurs, il est difficile de gérer ses émotions et de jouer relaxé comme en saison régulière.

Les Sooners, loin d’être favoris, partent avec une longueur d’avance.

Les déceptions de ces deux dernières saisons ont servi pour les joueurs qui étaient présents, mais aussi pour le coaching staff, qui, lui aussi, peut-être pris par la pression.

(Crédit Photo : Ron Jenkins/Getty Images)

Jalen Hurts connaît parfaitement le College Football Playoff. Avec Alabama, il a participé aux trois dernières éditions pour un total de 7 matchs disputés. Face à Joe Burrow, moins expérimenté, le duel semble équilibré chez les quarterbacks.

Les facteurs X du Peach Bowl :

Tyrion Davis-Prince (LSU)

Le College Football nous réserve souvent des scénarios spectaculaires où des joueurs explosent lors d’un match. Ce sera peut-être au tour de Tyrion Davis-Prince avec un touchdown victorieux.

Le running back freshman pourrait débuter dans le backfield avec la blessure à l’ischio-jambier de Clyde Edwards-Helaire, running back star des Tigers.

(Crédit Photo : Chuck Cook/USA Today Sports)

Tyrion Davis-Prince a couru 60 fois pour 270 yards cette saison. Très bon au contact de la ligne défensive adverse, il s’est révélé être une bonne arme pour conclure les séries offensives avec 6 tocuhdowns.

Face aux Sooners, il pourrait également être une menace aérienne (10 réceptions) et semer le désordre chez les linebackers, secteur clé de Oklahoma.

Brendan Radley-Hiles (Oklahoma)

C’est le plus grand défi d’une carrière : Brendan Radley-Hiles devrait être énormément sollicité face au jeu de passe de LSU.

Le système 4-2-5 de Alex Grinch devrait lui offrir des libertés. Le safety est un véritable électron libre qui pose des problèmes de lecture aux quarterbacks adverses.

(Crédit Photo : Steve Sisney/The Oklahoman)

Il sera aux côtés de ses coéquipiers du secondary pour apporter du surnombre sur les un-contre-uns, car les cornerbacks de Oklahoma devraient souffrir face à J’Marr Chase et Justin Jefferson. Le nickelback sera également précieux pour mettre la pression sur la ligne offensive.

Les pronostics du Peach Bowl :

Julien : LSU 34-28 Oklahoma

Aloïs : LSU 30-24 Oklahoma

Hugo : LSU 35-28 Oklahoma

Jean : Oklahoma 31-28 LSU

Plus de lecture ?
Ohio State Buckeyes Big Ten Championship Game 2019
Big Ten et Pac-12 se limitent à leurs matchs de conférence : quels impacts sur la saison de football ?