Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
J.K. Dobbins Ohio State vs Wisconsin Week 9 2019
(Crédit photo : Joe Maiorana - USA TODAY Sports)

Sans vraie faille, Ohio State possède l’équipe la plus complète de la ligue

Toute personne qui a regardé la démonstration de Ohio State face à Wisconsin, samedi dernier, sous la pluie glaciale de Columbus, ne peut pas rester insensible devant la domination des Buckeyes.

Mieux, j’en ressors (presque) convaincu que Ohio State possède l’équipe la plus complète de la ligue.

Au-delà de prouver leur statut de superpuissance, les Buckeyes ne semblent pas rongés par une réelle faille et ils peuvent dérouler leur football malgré la qualité de leurs adversaires. Les Badgers ont pris un éclat de 31 points (38-7) et, pourtant, ils se pointaient avec la meilleure défense du pays.

Le ciel capricieux, le coup d’envoi en début de journée et deux des meilleures défenses de la ligue devaient composer une recette idéale pour un faible score. Tel était le cas à la mi-temps (10-0) ; et puis, Ohio State a passé la vitesse supérieure.

D’ailleurs, plus que le résultat du match, les Buckeyes peuvent envoient sur le terrain non pas 1, ni 2, mais 3 joueurs en concurrence pour le Heisman Trophy.

Justin Fields, J.K. Dobbins et Chase Young, chacun dans un domaine différent, ont illuminé la partie de leur talent unique et permettent de valider la bascule entre match au cordeau à démonstration nationale.

Le coup de massue ? Quand le speaker du “Horseshoe” lance la musique de “Jump Around pour troller les Badgers jusqu’au bout.

Oui, sans discussion, Chase Young est la meilleure individualité de la ligue

Comment reconnait-on un joueur d’exception qui mérite de recevoir la distinction (honorifique) de meilleur joueur du pays ? Quand celui-ci impacte un match de premier plan sans aucune aide.

C’est exactement ce que Chase Young a réalisé contre Wisconsin.

La ligne offensive des Badgers est réputée pour sa fiabilité et son excellence. Jonathan Taylor est l’un des meilleurs running backs de l’histoire de l’école et Jack Coan est certainement l’un des quarterbacks les plus efficaces de Wisconsin depuis le départ de Russell Wilson.

Et pourtant cela n’a pas empêché Chase Young de massacrer ces trois protagonistes avec 4 sacks, 5 TFLs et 2 fumbles forcés.

4 sacks ? Un nouveau record individuel de l’université, rien que cela.

Et de telles actions sont arrivés à des moments clés de la rencontre. Les 2 fumbles se sont produits au moment où Ohio State commençait à faire la différence, et chaque turnover a mené à un nouveau touchdown des Buckeyes. Et, en moins de 10 minutes de jeu, l’écart est passé de 24-7 à 38-7.

La puissance naturelle de Chase Young est effrayante et il combine de tels talents avec une flexibilité et une intelligence de jeu (largement) au-dessus de la moyenne. Les cotes de Jack Coan peuvent en témoigner.

Chase Young mérite clairement de figurer parmi les favoris au Heisman Trophy. Bien que celui-ci semble voué à un quarterback, son impact individuel est tout aussi important qu’un lanceur et il porte la défense des Buckeyes.

Avec 13.5 sacks engrangés depuis le début de saison, il se rapproche des records de sacks en une saison (14 par Vernon Gholston) et en carrière (36 par Mike Vrabel) de Ohio State. Et on imagine qu’il peut titiller le record national de sacks en une saison de Terrell Suggs (24) avec une participation au College Football Playoff.

Ah oui, dites-vous que Chase Young n’a pas participé à la majorité des secondes périodes de la saison avec la domination des Buckeyes.

On attend toujours le faux-pas de Justin Fields à Ohio State

Moins époustouflant qu’à son habitude, Justin Fields a tout de même survécu à la pression de la défense des Badgers pour conquérir une (première) victoire de prestige sur le campus de Columbus.

Le quarterback sophomore n’a pas démarré pied au plancher. Il faut dire que la pluie n’aidait pas, et les erreurs de communication avec la ligne offensive, non plus.

Mais l’ancien joueur de Georgia n’a pas démérité (12/22, 167 yards, 2 TDs à la passe ; 28 yards, TD à la course) et il s’est imposé comme une arme dévastatrice dans les moments cruciaux de la rencontre. Il trouve son receveur préféré, Chris Olave, dans l’en-but pour le premier touchdown de la rencontre, à moins d’une minute de la pause, pour la première lumière offensive de la partie.

Wisconsin menace d’entrée de seconde période et on pense que le match est lancé. Seulement 3 points d’écart en faveur des locaux.

Et puis Justin Fields met tout le monde d’accord : 2 passes vers Chris Olave, une course puissance de J.K. Dobbins et le quarterback porte le cuir dans l’en-but pour doubler la mise.

Les Badgers ne s’en remettront jamais.

Surtout que c’est le moment où J.K. Dobbins décide de mettre en route la machine et de martyriser la soi-disante meilleure défense contre la course de la ligue.

Avec J.K. Dobbins, l’excellence des running backs de Ohio State garde le cap

L’opinion générale annonçait Jonathan Taylor comme le meilleur running back du pays. Difficile à contredire. Mais, samedi, J.K. Dobbins a rappelé à tout le monde qu’il faut compter sur lui en dominant le face-à-face à distance des coureurs.

163 yards et 2 touchdowns en 20 portées face à la meilleure défense contre la course en NCAA ? C’est très fort.

Le running back junior a qui plus est excellé quand il s’agissait de mettre la rencontre hors de portée des Badgers. 4 actions de plus de 10 yards en 3 séries (chacune conclue avec un touchdown) et une explosion dévastatrice de 28 yards alors que Wisconsin avait recollé au score (10-7).

A l’inverse, Jonathan Taylor n’a pas existé de la rencontre (52 yards en 19 portées) et fait pâle figure en comparaison de son adversaire du jour.

Ohio State n’est jamais aussi dangereux que lorsque le jeu de course domine. Les Buckeyes veulent d’abord fixer leur attaque au sol avant de surprendre dans les airs. Et c’est au moment où Ryan Day a commencé à nourrir J.K. Dobbins de ballons que Ohio State s’est envolé en attaque.

Chaud comme la braise, le running back a enflammé un terrain détrempé et c’est exactement quand J.K. Dobbins marchait sur la gorge de Wisconsin que les Buckeyes apparaissaient comme la meilleure équipe du pays.

Et, autant dire que Ohio State peut rêver aux plus grands exploits lorsque Chase Young et J.K. Dobbins se tirent la bourre afin de savoir quel individu est le meilleur de l’équipe.

Plus de lecture ?
Tennessee Volunteers Défaite Georgia State Week 1 2019
Les 5 conclusions de la Week 1 : Tennessee (et Hugh Freeze) au fond du trou