Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
Jack Coan QB Wisconsin Michigan Week 4

“CFB Preview” : Wisconsin, nouveau look pour une nouvelle vie

Lorsque l’on pense à Wisconsin, on pense à solidité, travail de l’ombre et jeu de course abondant. Les Badgers ne devraient pas déroger à la règle en 2020.

Malgré le départ de son coureur star, Jonathan Taylor, l’un des meilleurs running backs de l’histoire d’un programme réputé pour ses coureurs, Wisconsin misera une nouvelle fois sur son jeu au sol pour empiler les succès. Outre le départ de Taylor, Paul Chryst et son staff devront combler les pertes de 5 joueurs titulaires partis pour les rangs de la NFL.

Certes, une tâche difficile. Toutefois, Wisconsin a prouvé à de nombreuses reprises que la force majeure de l’équipe résidait dans son collectif.

Projections des équipes de conférence Big Ten (dont Wisconsin), selon SP+ :

Bill Connelly développe depuis 2008 (chez Football Outsiders puis chez ESPN) une base de données statistiques, appelée SP+, afin de classer les 130 équipes inscrites de FBS selon une mesure prédictive de l’efficacité du niveau de jeu, ajustée selon plusieurs critères évolutifs.

Avant chaque saison, il publie un classement de pré-saison afin de projeter le niveau de jeu de chaque équipe. Celui-ci est principalement composé de 3 facteurs prédictifs : le retour de production, le niveau de recrutement récent et l’histoire récente des performances en match.

Le classement des équipes de la conférence Big Ten selon SP+ :

 
Projections de pré-saison (SP+) en conférence Big Ten – 2020
Classement Equipe Général Attaque Défense
#2 Ohio State 29.7 44.2 (3) 14.5 (5)
#5 Penn State 23.8 39.0 (11) 15.3 (11)
#9 Wisconsin 21.6 36.0 (17) 14.3 (4)
#16 Michigan 16.1 32.4 (31) 16.4 (14)
#20 Minnesota 13.9 40.8 (6) 26.9 (58)
#25 Nebraska 12.5 39.2 (10) 26.7 (55)
#27 Indiana 11.6 34.4 (22) 22.7 (39)
#29 Iowa 11.0 27.7 (65) 16.6 (16)
#45 Michigan State 4.6 22.1 (106) 17.4 (21)
#46 Purdue 4.2 32.8 (29) 28.5 (70)
#50 Northwestern 3.8 20.6 (110) 16.8 (17)
#61 Illinois 0.5 26.3 (81) 25.8 (51)
#66 Maryland -1.4 28.4 (59) 29.9 (78)
#102 Rutgers -8.4 19.7 (113) 28.1 (68)
 

Qui pour remplacer Jonathan Taylor au poste de running back ?

Au sortir d’une saison décevante avec Alex Hornibrook, achevée avec 5 défaites en saison régulière, Wisconsin débutait la saison avec la volonté de soigner l’affront.

6 victoires écrasantes pour débuter la saison, dont deux face à Michigan et Michigan State, ne peuvent empêcher les Badgers de rentrer rapidement dans le rang. Les hommes de Paul Chryst enchainent deux défaites, l’une rageante (23-24) @Illinois, l’autre logique face à Ohio State.

Le rêve fou de participer au College Football Playoff s’envole.

La suite de la saison demeure positive. Wisconsin enchaîne 4 victoires, face à Iowa et Minnesota, remporte la division West et dispute le Big Ten Championship Game face à Ohio State. Logiquement, les Badgers cèdent une nouvelle fois face aux Buckeyes (21-34). Avant de perdre le Rose Bowl face à Oregon, vainqueur de la conférence Pac-12, dans un match plus que serré (27-28).

Hélas, de nombreuses forces majeures de l’équipe ne sont plus là. L’heure de la reconstruction ?

Remplacer Jonathan Taylor, un running back qui totalisait 2.255 yards au sol (!) et 26 TDs, ne sera pas une chose aisée. Heureusement, les Badgers possèdent de nouveaux arguments à faire valoir.

Au poste de quarterback, d’abord, Jack Coan n’est sans doute pas le quarterback le plus talentueux du pays, mais, il est arrivé à se muer en un bon game manager. Faire mieux que Alex Hornibrook, ancien titulaire au poste durant 2 ans, n’était pas compliqué tant l’ancien QB titulaire a coûté des matchs voire même des qualifications en Playoff aux Badgers.

Toutefois, avec 18 TDs, 5 INTs et près de 70 % de passes complétées, Jack Coan a assuré dans le rôle qui était le sien

Derrière lui, le redshirt freshman Graham Mertz continue de grandir. S’il a eu le temps de s’acclimater l’an passé, il pourrait bien concurrencer Jack Coan et pourquoi pas obtenir sa chance dès cette saison. Quoi qu’il en soit, l’avenir lui appartient.

Hélas, les cibles de qualité ne sont pas légion et le tight end Jake Ferguson paraît bien seul.

Utilisé principalement sur third down l’an passé, Garrett Groshek pourrait obtenir un rôle plus important au sol. Mais, les Badgers attendent surtout l’explosion de Nakia Watson, ancienne recrue 3-étoiles. Décevant en relais d’un Jonathan Taylor inspiré, le redshirt sophomore devra hausser le ton s’il veut conserver le rôle de running back titulaire. D’autant plus que de jeunes talents arrivent sur le campus.

Recrue 4-étoiles originaire du New Jersey, Jalen Berger aspire à être la nouvelle star des Badgers. Si son envol est plutôt prévu pour 2021, surtout à la vue de la situation sanitaire qui empêche les entraînements de printemps, de mauvaises performances de Nakia Watson pourraient le propulser sur le devant de la scène. 

Surtout, l’efficacité de toute l’attaque dépendra du rendement de la ligne offensive.

Tyler Biadasz, titulaire au centre de la ligne pendant 3 ans, s’en est allé et la question de son remplacement reste ouverte. Kayden Liles et Cormac Sampson, deux joueurs présents dans la rotation l’an passé, font office de favoris mais le freshman Joe Tippman, 4-étoiles mais plutôt habitué à jouer au poste de left tackle, pourrait redistribuer les cartes.

Au poste de left tackle, justement, Cole Van Lanen est un propsect intéressant à suivre en prévision de la NFL Draft 2021. 

« Notre défense devra améliorer son rendement. »

Ces mots ne sont pas les miens, mais, ceux de Paul Chryst.

Il faut bien dire que les pertes de Chris Orr et Zach Baun, les linebackers titulaires qui cumulaient 33.5 TFLs et 24 sacks en 2019, vont mettre à mal le second rideau des Badgers. Heureusement, le traditionnel système 3-4 de Wisconsin devrait au moins permettre de limiter les brèches. Leo Chenal, intéressant en tant que true freshman, et Jack Sanborn devraient remplacer numériquement les départs des deux stars.

Hélas, personne ne semble capable de mettre une pression constante sur le quarterback adverse. Pas même les outside linebackers, un poste qui soulève de nombreuses questions. 

La quantité est pourtant présente sur le poste. Quid de la qualité ? Noah Burks est expérimenté, mais il n’a jamais vraiment convaincu en 3 ans sur le campus. À sa décharge, la concurrence était rude. Idem pour Izayah Green-May. Le sophomore Jaylan Franklin devrait lui-aussi avoir une chance de jouer ; encore faudra-t-il la saisir.

Heureusement, 2 recrues 4-étoiles arrivent pour renforcer le poste.

Le hawaiien Nick Herbig, qui jouait l’an passé pour un lycée de Saint-Louis, est le plus talentueux. Grand, mobile et plus globalement très athlétique, il se montre à la fois à l’aise pour aller chercher le quarterback mais également adroit pour défendre en couverture. Il pourrait obtenir du temps de jeu très rapidement. La donne est la même pour Kaden Johnson, originaire du Wisconsin. Il semble même très apprécié par le coordinateur défensif Jim Leonhard.

L’arrière garde défensive semble plus expérimentée et regorge de talent. Elle sera menée par l’excellent safety, Eric Burell, auteur de 3 INTs et de 2 fumbles recouverts l’an passé.

Wisconsin peut-il survivre à l’’enfer de la Big Ten ?

Pour obtenir un bilan flatteur en 2020, Wisconsin devra batailler avec les forces de la conférence Big Ten.

Sur le papier, et uniquement sur le papier, nous savons tous ce que cela vaut. Wisconsin apparaît comme l’une des meilleures équipes de la conférence. Malheureusement, le pandémie du COVID-19 a conduit à l’annulation des rencontres hors-conférence et les Badgers devront croiser le fer avec Michigan dès le deuxième match, après un tour de chauffe face à Indiana. Dommage, pour une équipe qui aura besoin de temps pour trouver des repères collectifs, avec la perte de 5 titulaires.

Point positif : ce même COVID-19 empêche les Badgers d’affronter Appalachian State et Notre Dame, deux matchs plus que pièges. Il faudra, donc, venir à bout de Minnesota, Nebraska et Iowa afin d’espérer disputer un Bowl de fin de saison, a minima.

Les Badgers semblent en être capable. 

Plus de lecture ?
Antonio Moultrie UAB Blazers New Orleans Bowl vs Appalachian State 2019
“CFB Preview” : présentation de la conférence C-USA