Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
Micah Parsons LB Penn State Nittany Lions Cotton Bowl vs Memphis 2019
(Crédit photo : William Purnell - Icon Sportswire via Getty Images)

“CFB Preview” : pour Penn State, les promesses sont aussi élevées que les objectifs

Le second cycle de James Franklin à University Park est en plein déroulement et Penn State s’est d’ores et déjà ancré dans l’élite de la conférence Big Ten.

En 4 saisons, les Nittany Lions ont engrangé un total de 42 victoires (pour 11 défaites) avec un titre de conférence obtenu en 2016. Ils sont constamment en lutte avec Ohio State et Michigan pour le trophée de division East. Il n’y a rien à dire : Penn State est un véritable prétendant en conférence Big Ten à chaque saison.

Et c’est à cause d’un tel statut que les autres universités ne se privent pas pour débaucher les assistants de James Franklin. Parti pour Old Dominion, Ricky Rahne laisse un trou au poste de coordinateur offensif et les deux assistants de ligne, offensive et défensive, doivent être remplacés. Le précédent coordinateur offensif de Minnesota Kirk Ciarrocca arrive après une excellente saison ; autant dire que l’attaque ne devrait pas ralentir de rythme.

Maintenant que les Nittany Lions font partie des équipes à abattra en Big Ten, les attentes sont élevées. Et, avec 13 titulaires et des game-changers de retour, on devrait encore les retrouver dans la course au titre en football universitaire.

Mais, seront-ils suffisamment bons pour atteindre le College Football Playoff en 2020 ?

Projections des équipes de conférence Big Ten (dont Penn State), selon SP+ :

Bill Connelly développe depuis 2008 (chez Football Outsiders puis chez ESPN) une base de données statistiques, appelée SP+, afin de classer les 130 équipes inscrites de FBS selon une mesure prédictive de l’efficacité du niveau de jeu, ajustée selon plusieurs critères évolutifs.

Avant chaque saison, il publie un classement de pré-saison afin de projeter le niveau de jeu de chaque équipe. Celui-ci est principalement composé de 3 facteurs prédictifs : le retour de production, le niveau de recrutement récent et l’histoire récente des performances en match.

Le classement des équipes de la conférence Big Ten selon SP+ :

 
Projections de pré-saison (SP+) en conférence Big Ten – 2020
Classement Equipe Général Attaque Défense
#2 Ohio State 29.7 44.2 (3) 14.5 (5)
#5 Penn State 23.8 39.0 (11) 15.3 (11)
#9 Wisconsin 21.6 36.0 (17) 14.3 (4)
#16 Michigan 16.1 32.4 (31) 16.4 (14)
#20 Minnesota 13.9 40.8 (6) 26.9 (58)
#25 Nebraska 12.5 39.2 (10) 26.7 (55)
#27 Indiana 11.6 34.4 (22) 22.7 (39)
#29 Iowa 11.0 27.7 (65) 16.6 (16)
#45 Michigan State 4.6 22.1 (106) 17.4 (21)
#46 Purdue 4.2 32.8 (29) 28.5 (70)
#50 Northwestern 3.8 20.6 (110) 16.8 (17)
#61 Illinois 0.5 26.3 (81) 25.8 (51)
#66 Maryland -1.4 28.4 (59) 29.9 (78)
#102 Rutgers -8.4 19.7 (113) 28.1 (68)
 

Sean Clifford a-t-il des receveurs à qui lancer ?

On doutait, à juste titre, des débuts de Sean Clifford à la tête de l’animation offensive de Penn State. Reprendre le flambeau de Trace McSorley, qui était le détenteur du plus grand nombre de victoires dans l’histoire de l’école, n’était pas une tâche facile.

Et, pourtant, il s’en est admirablement sorti et il a posté de sacrés statistiques pour un quarterback dual-threat sophomore sans grande expérience (2.654 yards à 59% de réussite, 23 TDs, 7 INTs et 402 yards, 5 TDs au sol). Il revient aujourd’hui pour une seconde année en tant que titulaire. La suite logique est une progression. Surtout que Kirk Ciarrocca a réussi des miracles avec Tanner Morgan à Minnesota.

La ligne offensive a qui plus est de grandes chances d’être encore plus solide.

L’ancien assistant de la ligne à Boston College, Phil Trautwein, prend la charge de l’escouade et les patrons de celle-ci, le centre senior Michal Menet et le tackle senior Will Fries, ont abandonné la NFL Draft pour rester à Penn State.

Avec un très bon assistant, un total de 85 titularisations et l’unique ajout qui a démarré 5 matchs en 2019, inutile de se faire du sang d’encre pour la ligne offensive.

La solidité de la ligne, outre le fait qu’elle devrait bénéficier à l’ensemble de l’attaque, est également une très bonne nouvelle pour l’équipe de running backs.

Journey Brown s’est révélé comme le coureur le plus constant en tant que sophomore (129 portées, 890 yards, 12 TDs) et il est fort à parier qu’il explose d’autant plus lors de son année de junior. D’ailleurs, la pression de résultats devrait être forte puisque le comité de running backs de Penn State est l’un des meilleurs de la ligue.

Noah Cain (443 yards, 8 TDs) et Devyn Ford (294 yards, 3 TDs) ont chacun sorti une campagne true freshman des plus prometteuses. Et les recrues 4-étoiles Caziah Holmes et Keyvone Lee sont aussi des renforts de poids.

Bien que le backfield des Nittany Lions soit effrayant, l’escouade des receveurs l’est tout autant… mais pour les raisons inverses.

3 des 5 meilleures cibles aériennes ont quitté l’équipe et notamment la cible favorite de Sean Clifford, K.J. Hamler (56 réceptions, 904 yards, 8 TDs), aussi précieux que fiable. A l’heure actuelle, les trois-quarts des contributeurs majeurs sont des freshmen ou sophomores qui n’ont pas dépassé les 10 réceptions en carrière. Une telle inexpérience devrait certainement faire défaut à plus d’un moment.

Le junior Jahan Dotson (27 réceptions, 488 yards, 5 TDs) est désormais le patron sur les extérieurs et il n’est pas impossible qu’il surprenne agréablement. Et, malgré l’inexpérience, le sophomore Daniel George et le redshirt freshman John Dunmore pourraient se révéler comme de belles surprises avec des opportunités.

La meilleure nouvelle au milieu de ces incertitudes : Pat Freiermuth est l’un des meilleurs tight ends du pays (507 yards, 7 TDs) et il revient pour prendre son envol en tant que junior.

Micah Parsons en lice pour le Heisman Trophy

Il faut tout de suite planter le décor : les Nittany Lions ne retrouvent que 5 titulaires défensifs… mais cela ne veut pas dire que la défense sera nécessairement moins bonne.

Pourquoi ?

Ces 5 joueurs sont tous des playmakers talentueux qui étaient déjà parmi les meilleures pièces de l’équipe en 2019. Et leur retour devrait permettre de compenser les pertes.

Le futur de la ligne défensive s’annonce passionnant. Le départ de Yetur Gross-Matos (9.5 sacks, 15 TFLs) pour la NFL heurte largement le rendement défensif de Penn State. Toutefois, le defensive end senior Shaka Toney (6.5 sacks, 8 TFLs) est revenu pour prendre la place du boss d’une escouade qui a totalisé 45 sacks. Et l’ultra-athlétique sophomore Jayson Oweh est un candidat pour une saison spectaculaire, après 5 sacks en 21 plaquages dès ses premiers pas.

Il est probable que le pass-rush prend un peu de plomb dans l’aile. Et la situation en défense de la course est quelque peu identique.

Le nose guard senior Antonio Shelton garde sa place au centre d’une ligne qui n’autoriserait que 95 yards en moyenne par rencontre. C’est un excellent début. Mais il n’est pas certain que P.J. Mustipher puisse compenser la fin d’éligibilité de Robert Windsor. La superbe défense contre la course ne devrait pas être aussi intraitable.

Il ne faut pas regarder plus loin que Micah Parsons pour trouver l’âme défensive des Nittany Lions.

Le linebacker a terminé dans la Second-Team All-America en tant que sophomore (109 plaquages, 5 sacks, 14 TFLs et 5 passes défendues) et son potentiel apparait illimité. Aujourd’hui, le junior s’inscrit dans les pas de Isaiah Simmons à Clemson. Sa percussion, ses qualités athlétiques et sa vision du jeu font de lui un atout essentiel du succès de Penn State.

Et ne soyez pas surpris s’il rentre dans la discussion pour le Heisman Trophy en cours de saison.

Il faut tout de même remplacer les autres contributeurs majeurs au poste. Et l’avenir n’est pas si sombre que cela. Le junior Ellis Brooks et le sophomore Brandon Smith sont entrés à tous les matchs de la saison passée tandis que la recrue 5-étoiles Curtis Jacobs (#35, #3 OLB) s’annonce comme le digne successeur de Micah Parsons.

Les promesses du front-seven sont très hautes malgré le manque d’expérience.

Les lignes arrières sont le défaut principal des Nittany Lions. Elles ont accordé plus de 251 yards en moyenne par match dans les airs, le second plus grand total en Big Ten. Peuvent-elles progresser avec le départ de 2 titulaires ?

Le cornerback John Reid était possiblement le meilleur defensive back tandis que le safety Garrett Taylor a terminé la saison en tant que 2ème meilleur plaqueur de l’équipe. Ce sont de lourdes pertes. Cependant, le cornerback senior Tariq Castro-Fields devrait reprendre le flambeau de belle manière (52 plaquages, 10 passes défendues, 2 INTs). Et le safety senior Lamont Wade ne sera pas en reste non plus.

Pour compléter l’escouade, les juniors Marquis Wilson et Jonathan Sutherland ainsi que le senior Jaquan Brisker sont des options plus que viables. Il ne faut pas vendre la peau de la défense aérienne trop tôt en 2020.

Objectif #1 de Penn State : battre Ohio State

Une jeune équipe de Penn State s’est présentée à maturité en 2019. Elle a survécu à Iowa, Michigan et Michigan State en 3 semaines et se déplaçait à Minnesota avec un record de 8-0 et une place dans le Top-5 de l’AP Top 25.

Une défaite de haute voltige s’en est suivie contre les Golden Gophers ; mais, leurs espoirs de titre en Big Ten n’étaient pas morts. Ceux-ci ont définitivement disparu quand Sean Clifford s’est blessé et que Penn State n’a pas réussi à renverser les (vrais) patrons de la conférence, Ohio State.

La prochaine marche est celle-là même : battre Ohio State.

Il s’agit d’un passage obligé pour remporter la division East et conserver une grande chance de s’adjuger la finale de conférence. En 6 ans, James Franklin n’a battu les Buckeyes qu’à une seule reprise. En 2016. L’année de leur dernier titre en Big Ten.

Ce n’est pas une coïncidence. Tout en sachant que, en 2020, Ohio State doit voyager en plein coeur de la “Happy Valley”.

Pour arriver à leurs fins, les réponses sont simples : trouver des cibles aériennes à Sean Clifford, conserver le même pass-rush et limiter les gains aériennes en défense. Et tous les joueurs attendus à ces tâches-ci sont pleins de promesses… et tout aussi inexpérimentés.

Si les nouveaux contributeurs intègrent leur rôle à la perfection, un titre de division East est une réelle possibilité. Comme un titre de conférence Big Ten et, pourquoi pas, une place au College Football Playoff.

Plus de lecture ?
Spencer Rattler QB Oklahoma Sooners Big 12 Championship Game vs Baylor 2019
“CFB Preview” : Oklahoma favori à sa succession… avec Spencer Rattler