Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
Hank Bachmeier Boise State Broncos vs Hawaii 2019
(Crédit photo : Steve Conner - Associated Press)

“CFB Preview” : présentation de la conférence MWC

La saison de football universitaire sera exceptionnelle en 2020. Tant au niveau du calendrier que dans les stades en raison de l’épidémie du COVID-19. Mais, à Midnight on Campus, on ne change pas nos habitudes. La série des #CFBPreviews reprend afin d’être prêt à vivre une saison de football. Le volet du jour : la conférence MWC.

Un certain nombre de nouveaux head coaches ont pris leurs quartiers en MWC au cours de l’intersaison. Les barons de la conférence demeurent toutefois les mêmes que par le passé : il faut évidemment regarder du côté de Boise State et de San Diego State.

Mais, comme toujours, les concurrents pour le titre sont sérieux et il ne suffit que d’un concours de circonstances (fortuits ou non) pour que les favoris tombent de leur piédestal.

Air Force et Wyoming arriveront-ils à causer des tracas aux Broncos jusqu’en fin de saison ? Fresno State peut-il à nouveau surprendre les Aztecs pour atteindre la dernière marche ? Les noms changent mais les mêmes questions résident toujours en MWC.

Projections du classement en MWC, selon SP+ :

Bill Connelly développe depuis 2008 (chez Football Outsiders puis chez ESPN) une base de données statistiques, appelée SP+, afin de classer les 130 équipes inscrites de FBS selon une mesure prédictive de l’efficacité du niveau de jeu, ajustée selon plusieurs critères évolutifs.

Avant chaque saison, il publie un classement de pré-saison afin de projeter le niveau de jeu de chaque équipe. Celui-ci est principalement composé de 3 facteurs prédictifs : le retour de production, le niveau de recrutement récent et l’histoire récente des performances en match.

Le classement des équipes de conférence MWC selon SP+ :

 
Projections de pré-saison (SP+) – 2020
Classement Equipe Général Attaque Défense
#38 Boise State 8.4 31.3 (36) 22.9 (41)
#65 Air Force -1.4 31.2 (38) 32.6 (97)
#74 San Diego State -2.5 14.6 (127) 17.2 (20)
#79 Colorado State -3.4 27.1 (70) 30.5 (83)
#90 Wyoming -5.5 19.6 (114) 25.2 (49)
#94 Fresno State -6.4 27.9 (61) 34.3 (106)
#99 Hawaii -7.6 30.1 (44) 37.6 (117)
#100 Utah State -8.1 24.1 (94) 32.2 (93)
#108 San José State -10.2 26.9 (94) 37.1 (115)
#110 Nevada -10.9 20.6 (111) 31.4 (88)
#121 UNLV -17.2 23.5 (100) 40.7 (126)
#122 New Mexico -17.4 22.5 (102) 40.0 (125)
 

Présentation des équipes en MWC :

1. Faut-il déjà donner le titre à Boise State ?

Et si je vous disais que les Broncos ne se trouvaient qu’à 3 points d’une saison régulière parfaite et d’une place à un Bowl du Nouvel An… avec un quarterback true freshman ? Boise State peut s’en vouloir d’avoir perdu contre BYU en milieu de saison ; mais, le futur est prometteur.

Bryan Harsin a maintenu la dynastie des Broncos à merveille depuis 6 ans (avec 4 titres de conférence et 6 saisons à plus de 10 victoires). Et celle-ci ne devrait pas baisser du pied avec Hank Bachmeier à la baguette. Malgré l’inexpérience et les blessures, le quarterback a obtenu une victoire à Florida State pour sa première titularisation et a maintenu la barre (haute) fixée par Jaylon Henderson pendant ses absences. On est en droit d’attendre une explosion si les blessures ne se répètent pas. D’autant plus que ses deux receveurs les plus efficaces, Khalil Shakir et CT Thomas, sont toujours ses cibles.

Le running back George Holani (lui-aussi true freshman en 2019) a réalisé une très belle saison inaugurale et composera un backfield des plus performants avec Hank Bachmeier. Mais, pour confirmer les attentes, il faudra que la ligne offensive tienne la route et celle-ci perd 4 titulaires, dont l’élément le plus talentueux, Ezra Cleveland.

Vous tenez le point d’interrogation le plus sérieux. Le second est l’état de la ligne défensive, qui perd également 4 de ses 5 meilleurs contributeurs, à commencer par le pass-rusher Curtis Weaver (19.5 TFLs, 13.5 sacks).

Hormis la ligne défensive et le départ du coordinateur défensif Andy Avalos pour Oregon, la défense devrait continuer sur la même lancée ou même progresser. Les linebackers tiendront la baraque avec le senior Riley Whimpey, le nickelback Kekaula Kaniho (61 plaquages, 10 TFLs, 3 sacks, 8 passes défendues) pourrait bien se révéler comme un couteau-suisse des plus productifs et le cornerback Jalen Walker fait partie des meilleurs de la conférence.

Si les lignes offensive et défensive ne deviennent pas des boulets en fonte, Boise State devrait se retrouver en lice pour le titre de conférence MWC (sans surprise) et une place pour un Bowl du Nouvel An. Pourquoi changer les bonnes habitudes ?

(Attention aux déplacements à Air Force et Wyoming, où tout pourrait se perdre.)

2. Brady Hoke peut-il rebondir à San Diego State ?

Brady Hoke s’est écrit un nom sur la scène nationale en 2009 et 2010 à San Diego State. Il a récupéré un programme sans âme et en a construit une “powerhouse” du Group of Five (de 2-10 à 9-4 en deux ans). Sans attendre, il a bondi à l’échelon supérieur et s’est installé avec le poste de head coach à Michigan.

La suite n’a pas été brillante à Ann Arbor, puis à Oregon et Tennessee en tant qu’assistant. Chaque arrêt a été un échec. Peut-il retrouver la magie qu’il a connu chez les Aztecs il y a 10 ans ?

Après une saison en charge de la ligne défensive, il reprend les rennes de l’équipe à Rocky Long (qui l’avait remplacé en 2010) ; cependant, Brady Hoke est parti pour faire table rase du passé avec un nouveau staff. Cela veut dire un changement de système défensif ? On ne le sait pas encore. Mais les armes sont bien présentes. La ligne défensive devrait être dominante avec Cameron Thomas et Keshawn Banks (22.5 TFLs, 10 sacks combinés) et le back-seven retrouve la quasi-totalité des pièces qui ont produit une escouade défensive de grande qualité.

Il est inutile de s’inquiéter pour la défense de San Diego State, comme d’habitude. Par contre, on peut nourrir des inquiétudes pour l’activité offensive.

Un nouveau coordinateur offensif arrive de FCS, Jeff Hecklinski, et il devrait conserver la doctrine de la course à tout prix. La mauvaise nouvelle : celle-ci était déjà en vigueur en 2019 et elle était extrêmement inefficace. Progresser sans un running back du talent de Juwan Washington et sans un quarterback expérimenté tel que Ryan Agnew apparait compliqué. Les nouvelles pièces sont inconnues. Que peut-on attendre des Aztecs ?

Une excellente défense et une attaque qui relance la machine. C’est solide. Et San Diego State peut profiter d’une division MWC West plutôt moyenne afin de jouer les premiers rôles et de viser une 5ème saison à plus de 10 victoires en 6 ans.

3. Et si la surprise de la saison venait de l’Air Force ?

Les académies militaires doivent affronter un certain nombre de défis, que ce soit pour le recrutement, le système de jeu atypique et les turnovers massifs dans l’effectif. Mais, Troy Calhoun a trouvé la bonne solution à Colorado Springs et les Falcons sont devenus de sérieux candidats au titre.

L’Air Force a accompli une 3ème saison à plus de 10 victoires en 6 ans (11-2) et a conclu l’année dernière dans le Top-25. Comment ? Avec un quarterback dirigeant une triple-option à la perfection et de l’expérience à tous les niveaux.

Et Donald Hammond III est toujours en place à la mène. La triple-option des Falcons, qui était l’une des attaques les plus efficaces du pays en 2019, n’a plus de secrets pour lui. Le running back titulaire Kadin Remsberg reste à ses côtés, la (très) bonne ligne offensive est quasiment intacte et Donald Hammond III a montré qu’il était capable de compléter ses lancers quand la situation le nécessitait. Point négatif : les deux cibles principales (et presque uniques) ont disparu. Quels seront les remplaçants de Geraud Sanders et Benjamin Waters (52 réceptions, 1.404 yards, 14 TDs) ?

On peut attendre à une continuité offensive.

Malheureusement, la situation de la défense n’est pas aussi agréable.

5 des 7 titulaires du front-seven, qui a superbement limité les courses adverses, conservent leur poste et le linebacker Demonte Meeks (98 plaquages, 9 TFLs, 4 sacks) devraient continuer à faire des dégâts. A l’inverse, le secondary perd 5 de ses 6 meilleurs contributeurs et une régression sur les lignes arrières correspond généralement à une régression globale de la défense.

Et, une défense aérienne adéquate fera assurément la différence entre une simple qualification pour un Bowl et un titre de conférence MWC. La réception de Boise State pourrait bien avoir des répercussions majeures. Une victoire… pour un championnat ?

4. La fin des déceptions à Colorado State ?

Les attentes étaient élevées avec l’arrivée de Mike Bobo chez les Rams. La déception l’était tout autant et l’administration a décidé de le remplacer par Steve Addazio. Autant dire que les espérances sont (à nouveau) élevées en 2020.

L’ancien head coach de Boston College devrait s’amuser avec un jeu de course puissant et une défense agressive à Colorado State. Tout ce qu’il aime.

Le running back Marcus McElroy est certainement un nom à suivre, du coup. Mais, à l’inverse des Eagles, les Rams possèdent un jeu aérien des plus intéressants. Le quarterback Patrick O’Brien est, certes, une caution décente. Toutefois, il possède une escouade de cibles explosives autour de lui entre Warren Jackson, Dante Wright, Nate Craig-Myers et E.J. Scott. Les résultats pourraient être sympathiques.

Plus que moyenne par le passé, on peut facilement entrevoir une recrudescence du niveau défensif avec Steve Addazio et le vétéran Chuck Heater. Et les pièces à disposition, à tous les échelons, sont plutôt solides.

La qualification pour un Bowl est faisable. Le titre de division MWC Mountain devant Boise State ? Cela semble un peu compliqué dès 2020.

5. Wyoming ou le rôle de l’outsider ultime ?

Craig Bohl a construit une des meilleures défenses du pays à Wyoming et cette tendance s’est poursuivi l’année dernière malgré un grand nombre de nouveaux joueurs. Résultat : une 3ème saison à 8 victoires en 4 ans.

Le point faible constant des Cowboys, l’attaque, pourrait bien devenir un atout relativement fiable. Le quarterback Sean Chambers revient pour une saison de sophomore (espérons-le sans pépins physiques) avec l’aide du running back titulaire Xazavian Valladay (1.265 yards, 6 TDs) et d’une ligne offensive presque intacte. Il faudra trouver des receveurs solides, mais, il n’y en avait pas forcément par le passé.

Par contre, c’est mi-figue mi-raisin de l’autre côté du terrain. Avec les départs du linebacker Logan Wilson (105 plaquages, 8.5 TFLs, 4 INTs) et du safety Alijah Halliburton (130 plaquages, 11 TFLs, 2 INTs), Wyoming perd ses deux meilleurs playmakers. Mais les Cowboys conservent 8 contributeurs majeurs sur la ligne défensive et 7 joueurs expérimentés dans le secondary.

Une baisse de régime défensif ? S’il y en a une, elle devrait être minime.

Attendez-vous à parler de Wyoming cette saison. 4 des 5 adversaires les plus sérieux des Cowboys se rendent à Laramie et avec une attaque décente, les hommes de Craig Bohl pourraient causer de sacrés dégâts en MWC.

6-7. Des nouveaux head coaches (et de l’espoir) à Fresno State et Hawaii ?

Après des miracles avec les Bulldogs en 2018 et une saison réussie avec l’attaque d’Indiana, Kalen DeBoer a été rappelé à Fresno State quand Jeff Tedford a démissionné. C’est certainement une bonne nouvelle pour l’attaque.

Le running back Ronnie Rivers (1.247 yards offensifs) devrait prendre le leadership offensif derrière une ligne expérimentée alors que les receveurs ne manquent pas. Par contre, il faut trouver un quarterback viable et l’heureux élu est encore inconnu. Le succès en attaque des Bulldogs reposera sur l’émergence d’un homme… ou non.

A l’inverse, tout porte à croire que la défense devrait progresser après un effondrement catastrophique.

Et si les pièces défensives peuvent s’assembler correctement, Fresno State devrait viser le palier fatidiques des 6 victoires.

Hawaii s’en est remis à Todd Graham afin de remplacer Nick Rolovich. Cette embauche pourrait bien payer dans l’immédiat ; toutefois, il faudra répondre à beaucoup de questions.

Le (très) bon quarterback Cole McDonald, 3 des 4 meilleurs receveurs et 4 des 5 meilleurs defensive linemen ont quitté les Rainbow Warriors. Ce sont des pertes massives qui ne se remplacent pas avec facilité. Mais, avec le retour du running back Miles Reed (908 yards, 8 TDs), du receveur Jared Smart (1.129 yards, 5 TDs) et d’un groupe prometteur de defensive backs, Hawaii possède une base solide pour repartir de l’avant.

L’avenir des Rainbow Warriors est tout de même dicté par la réussite du sophomore Chevan Cordeiro au poste de quarterback, et, en général, par l’acclimatation de jeunes joueurs dans l’effectif. Cela n’accouche jamais de résultats certains.

8-9. Utah State et Nevada regardent-ils une régression droit dans les yeux ?

La pente est glissante pour Utah State.

Gary Anderson doit remplacer son meilleur joueur (le quarterback Jordan Love), son meilleur running back, son meilleur receveur et une bonne partie de la défense. Les playmakers sont de plus en plus rares chez les Aggies ; mais, les noms existent. Il ne leur suffit “simplement” de prouver leur valeur.

Les performances défensives porteront l’équipe, surtout en fonction du defensive end Nick Heninger et des petits jeunes du secondary. Mais, sans une attaque un tant soit peu correcte, Utah State devrait affronter un mur.

Nevada n’était pas très bon en 2019. Mais, quelques upsets et la saison du Wolfpack s’est terminée à un Bowl (perdu).

Par contre, une progression n’est pas très probable, au contraire. L’escouade défensive perd une grande partie de ses contributeurs et l’attaque, très inconstante, ne change pas de visages. Le quarterback Carson Strong revient tout de même pour une saison de sophomore et il est toujours accompagné par les mêmes coéquipiers. On peut toujours espérer à un malentendu.

Mais, la chance de l’année dernière devrait s’amenuiser et le malentendu devrait s’éloigner.

10-11-12. San José State, UNLV et New Mexico pour se battre les dernières places ?

San José State possède les armes offensives pour titiller ses adversaires en MWC.

Les receveurs seniors Tre Walker et Bailey Gaither ainsi que le sophomore Isaiah Hamilton (2.691 yards et 12 TDs combinés) pourraient faire des dégâts… si les Spartans dénichent un quarterback. Et la défense n’a toujours pas montré de signes de progression. Cela devrait encore être difficile (mais pas impossible).

Marcus Arroyo arrive à la barre de UNLV et il reste à voir si les Rebels peuvent enfin briser le plafond de verre.

L’animation offensive pourrait être somme toute intéressante avec des hommes d’expérience à tous les postes. Par contre, la situation défensive est assez alarmante : ce côté du terrain n’a jamais été vraiment performant et il faut recommencer de zéro. Faire mieux que par le passé ? Il faudra attendre.

L’embauche de Danny Gonzales à New Mexico est extrêmement prometteuse, surtout en défense (et surtout en sachant que Rocky Long a pris le poste de coordinateur défensif).

Cependant, il manque à l’effectif des pièces nécessaires pour fonctionner. Aucun quarterback ne se détache, les playmakers offensifs sont volatiles et l’escouade défensive ne possède qu’une poignée de joueurs décents. il faudra attendre un peu pour voir des résultats probants.

Nos pronostics en MWC :

 
Pronostics en MWC – 2020
Classement Equipe Victoires ?
Tier 1 #1 Boise State 9 à 11 victoires
Tier 2 #2 San Diego State 8 à 9 victoires
#3 Air Force 7 à 8 victoires
#4 Colorado State 6 à 7 victoires
#5 Wyoming 6 à 7 victoires
Tier 3 #6 Fresno State 5 à 6 victoires
#7 Hawaii 5 à 6 victoires
Tier 4 #8 Utah State 4 à 6 victoires
#9 Nevada 4 à 6 victoires
Tier 5 #10 UNLV 3 à 5 victoires
#11 San José State 2 à 3 victoires
#12 New Mexico 2 à 3 victoires
 
Plus de lecture ?
Manny Diaz Head Coach Miami (FL) Hurricanes ACC 2019
“CFB Preview” : à Miami (FL), Manny Diaz joue-t-il déjà sa tête ?