Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
Phil Jurkovec Jeff Hafley Boston College Eagles 2020
(Crédit photo : The Boston Globe)

Boston College semble (enfin) sur la bonne voie avec Jeff Hafley et Phil Jurkovec

Le jour où j’ai commencé à suivre le football universitaire, je me suis pris d’affection pour un programme : Boston College. Bien sûr, pour goûter au bonheur de gagner des titres (ou même plus de 8 matchs), j’aurais pu choisir de supporter une équipe telle que Alabama, Clemson ou Ohio State, que nenni. 

Jouer le titre n’est même pas un fantasme lorsque l’on est fan de Boston College. Être, et rester, une place forte de la redoutable conférence ACC est déjà une tâche si compliquée qu’elle remplirait de bonheur n’importe quel fan des Eagles. 

Depuis quelques années, sous Steve Addazio, un plafond de verre planait au-dessus de l’équipe qui se révélait incapable de lutter face aux meilleures équipes de la conférence. Pire encore, sous la direction de l’actuel coach de Colorado State, les Eagles perdaient bon nombre de rencontres abordables sur le papier.

L’humiliation subie face à Kansas provoque encore de douloureux cauchemars. 

Mais, en 2020, l’espoir renaît sur le campus de Chestnut Hill.

Le nouveau head coach des Eagles Jeff Hafley, longtemps dans l’ombre de son mentor, Greg Schiano, au sein du staff de la redoutable équipe d’Ohio State, a ramené de la joie chez les fans. Élégant, dans ses paroles comme dans son attitude, le nouvel homme fort du programme a, déjà, séduit ses pairs.

À commencer par Dabo Swinney, entraineur renommé de Clemson. 

J’ai eu la chance de diner avec [Jeff Hafley] en marge de la demi-finale du College Football Playoff l’an passé. Depuis, nous avons gardé contact et l’on s’appelle régulièrement. C’est quelqu’un de très intelligent et je suis persuadé qu’il sera un coach brillant.

Il a beaucoup étudié Boston College pour mieux comprendre le programme et je suis sûr qu’il y imprimera sa marque rapidement.

déclarait Dabo Swinney auprès du Boston Herald.

Et sa marque, le jeune head coach de 41 ans est déjà en train de l’imprimer.

L’heure du renouveau avec Jeff Hafley

Attention, tout ce qu’a entrepris Steve Addazio n’est pas à jeter à la poubelle.

L’homme a complètement remis sur pied une équipe en lambeaux après le passage de Frank Spaniazi. En revanche, son système offensif est à proscrire pour toute équipe de football américain qui chercherait à obtenir des résultats. 

Avec la complicité de A.J. Dillon (parti depuis à Green Bay en NFL), Boston College avait pour habitude de courir sur les deux premières tentatives de chaque série. Conséquence directe : les adversaires en avaient conscience et faisaient le choix de s’armer contre le jeu au sol, en incluant un safety dans la box, par exemple.

Bien sûr, contre des adversaires inférieurs, cette stratégie se révélait efficace. D’autant plus que la ligne offensive de Boston College a toujours été excellente.

Mais, impossible d’espérer battre des cadors dans ces conditions. 

Cette année, sans A.J. Dillon, Jeff Hafley n’a pas révolutionné l’attaque des Eagles.

Il y a apporté une chose vitale qui permet à Boston College d’être plus imprévisible : plus de variété. Surtout, en remplacement de Anthony Brown au poste de quarterback, talentueux mais trop souvent blessé, le head coach a installé Phil Jurkovec dans le rôle de chef d’orchestre

Né à Pittsburgh, Phil Jurkovec était une star dans son Etat natal de Pennsylvanie avant de rejoindre les rangs de la prestigieuse Université de Notre Dame. Il ne foule le terrain que 6 fois dans l’Indiana, barré par Ian Book, et se retrouve rapidement en situation d’échec. L’ancienne recrue 4-étoiles n’a pas le choix. Le transfert est inévitable ; mais il reste à trouver le point de chute idéal.

Jeff Hafley sent le bon coup tout juste arrivé à Chesnut Hill et il fait tout pour enrôler Phil Jurkovec. Une influence certaine qu’explique le quarterback. 

Je cherchais un endroit où je pourrais me développer au contact d’entraineurs qui croient en moi. Je pensais que j’avais un gros potentiel et que Jeff Hafley et Frank Cignetti, le coordinateur offensif, étaient les meilleures personnes pour m’aider.

Ils ont montré un grand intérêt pour moi et pour me rencontrer. Je pensais que c’est l’endroit parfait pour moi.

déclarait-il en janvier dernier lors de sa présentation à Boston College.

Résultat, après un mois de compétition, le mariage semble parfait

Grâce à Phil Jurkovec, Boston College retrouve des ailes

Le jeune homme peut lancer le ballon abondamment pour la première fois de sa jeune carrière.

Si l’on excepte le match d’ouverture face à Duke, qui a servi d’échauffement, Phil Jurkovec a toujours lancé plus de 35 passes. Du jamais vu (ou presque) à Boston College sous Steve Addazio. Le transfuge de Notre Dame a même tenté 56 passes Face à North Carolina, dans la seule défaite des Eagles cette saison.

Heureusement, il sait se montrer précis et régulier.

En témoigne ses 65 % de passes complétées, pour 8 touchdowns et 2 interceptions. 

Aux côtés de Phil Jurkovec, le receveur Zay Flowers affiche un niveau presque irréel.

Sophomore, le Floridien a déjà dépassé son total de yards de la saison dernière en seulement 4 matches. 405 yards cette saison contre 341 l’an passé. Le spécialiste des gros gains est le receveur numéro 1 de Jurkovec. En l’absence de l’excellent Kobay White, victime d’une rupture des ligaments croisés, Zay Flowers permet à l’attaque des Eagles d’avancer en tandem avec l’éclosion tardive de C.J. Lewis.

Le tight end Hunter Long reste une cible très sûre avec ses 363 yards et 2 touchdowns. Il lui-aussi sera à suivre en vue de la prochaine Draft NFL.

En conséquence, le jeu au sol n’est plus aussi dominant et il paie aussi le départ de plusieurs titulaires sur la ligne offensive. David Bailey, autrefois remplaçant de luxe de A.J. Dillon, est le leader d’un comité de 3 hommes qui souffrent de la comparaison avec l’actuel coureur des Green Bay Packers.

David Bailey ne tourne qu’à une très faible moyenne de 3.1 yards par course, insuffisant pour une équipe qui s’appuie sur le jeu de passe. Derrière lui, le jeune Pat Garwo III, redshirt freshman et promis à un rôle important dans le futur, préchauffe.

Boston College a perdu son identité récente mais gagne désormais des rencontres. 

Et si tout cela n’était qu’un feu de paille ?

Si Boston College a gagné gros en engageant Jeff Hafley, le programme a subi une lourde perte avec le départ du directeur athlétique Martin Jarmond au cours de l’été. Ce dernier, à l’origine de le signature du nouvel entraîneur des Eagles, est parti pour UCLA.

Durant son court passage de 3 ans à Chestnut Hill, Martin Jarmond a également augmenté les budgets de recrutement des entraineurs assistants. 

Ainsi, Boston College a pu engager Tem Lukabu, précédent entraineur des linebackers des Bengals de Cincinnati, et surtout Frank Cignetti. En plus d’avoir contribué au recrutement de Phil Jurkovec, c’est un coach expérimenté et respecté en NFL. Il y a notamment travaillé avec Aaron Rodgers, Sam Bradford et peut se targuer d’être le dernier entraineur à avoir fait passer Eli Manning pour un joueur décent.

Le voir signer à Boston College était donc une vraie surprise. 

Avant son départ, Martin Jarmond a posé les fondations d’un futur brillant dans le Massachusetts.

D’ailleurs, l’équipe surprise du début de saison se révèle être assez jeune.

Jurkovec, Flowers, Garwo sont amenés à porter l’attaque durant les 2 prochaines saisons. Et rappelons que la ligne offensive est également très jeune. La jeunesse est également florissante en défense, à l’exception d’un front-seven plutôt expérimenté. Josh DeBerry, Jason Maitre ou Elijah Jones sont, tous, des defensive backs qui devraient encore beaucoup progresser. Et, lorsque l’on connaît l’histoire récente des arrières défensifs passés par Chestnut Hill, il y a de quoi être optimiste. 

Une dernière raison d’espérer en Boston College ?

Jeff Hafley est connu pour être un excellent recruteur.

Le head coach a d’ailleurs commencé à prospecter pour offrir un avenir radieux aux Eagles. Ainsi, la classe de recrutement en 2020 (effectuée en grande partie par Steve Addazio) était considérée comme 62ème par 247 Sports. En comparaison, la promotion de freshmen en 2021 (la première de Jeff Hafley) est classée 37ème à l’échelle nationale.

Signe que Boston College attire de nouveau ? Le cas de Clinton Burton Jr. est d’ailleurs intéressant.

Convoité par Alabama, Clemson ou Michigan, le cornerback s’était d’abord engagé à Florida. La recrue 4-étoiles a finalement choisi d’effectuer sa carrière universitaire chez les Eagles grâce à l’impact de Jeff Hafley.

Les fans des Eagles ont retrouvé le sourire les samedis soir après un début d’exercice séduisant.

Et c’est sans aucun doute la plus belle victoire de Boston College. 

Plus de lecture ?
Dax Milne WR BYU Cougars vs Houston Week 7 2020
MoC Power Rankings, Week 8 : BYU pointe le bout de son nez dans le Top-5