Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
Ohio State Buckeyes Big Ten Championship Game 2019
(Crédit photo : A.J. Mast - AP Photo)

Big Ten et Pac-12 se limitent à leurs matchs de conférence : quels impacts sur la saison de football ?

Des mois de spéculation et d’incertitude ont accouché d’une nouvelle tant redoutée. On sait désormais que la saison de football universitaire sera aussi inhabituelle qu’exceptionnelle en 2020 avec une prise de position forte de la conférence Big Ten.

Nicole Auerbach (The Athletic) a révélé, jeudi, que la conférence Big Ten supprimait les matchs hors-conférence et ne jouerait qu’une saison composée de matchs entre équipes de la conférence. Elle devient ainsi la première ligue à prendre une telle décision. Celle-ci intervient au lendemain de l’annonce de l’Ivy League d’arrêter toutes les compétitions sportives jusqu’à la fin du semestre automnal, mettant un terme prématuré à la saison de football.

La conférence Big Ten a ensuite confirmé la nouvelle.

Nous faisons face à une période incertaine et sans précédents, et la santé, la sécurité et le bien-être de nos athlètes-étudiants, entraineurs et officiels associés avec nos programmes sportifs sont notre priorité numéro une.

Pour ce faire, la conférence Big Ten a annoncé [hier] que si la conférence peut participer aux sports d’automne (cross-country masculin et féminin, hockey sur gazon, football, soccer masculin et féminin, et volleyball féminin) sur la base d’un avis médical, elle proposera des calendriers intra-conférences dans ces sports. […]

En limitant la compétition entre institutions de la Big Ten, la conférence aura la meilleure flexibilité pour ajuster ses propres opérations au cours de la saison et de prendre des décisions rapides, sur la base des tous derniers avis médicaux et de la nature fluctuante de la pandémie.

a confirmé la conférence Big Ten dans un communiqué de presse officiel.

Elle a également annoncé que les activités sportives de l’intersaison, telles que les entrainements de préparation à la saison de football, continueront à se tenir sur les campus. Tout du moins, au sein des institutions qui n’ont pas mis un terme à celles-ci au cours des dernières semaines avec la propagation du COVID-19.

Les bourses universitaires ne seront pas non plus en danger pour les étudiants qui ne participent pas aux différentes activités.

De plus, la conférence Big Ten a annoncé que les activités sportives estivales continueront sur la base du volontariat au sein de l’ensemble des sports autorisés à de telles activités.

Les athlètes-étudiants de Big Ten qui choisissent de ne pas participer aux activités sportives universitaires, à n’importe quel moment de l’été ou de l’année académique en 2020-21 à cause des inquiétudes sur le COVID-19, continueront à percevoir leur bourse universitaire et resteront en règle avec leur équipe.

précise la conférence Big Ten dans le communiqué de presse.

Ainsi, que faut-il retirer de cette décision de la Big Ten de confiner ses matchs entre universités membres de la conférence ? Et quels impacts aura-t-elle sur le reste du football universitaire ?

Enormément de choses.

La conférence Pac-12 emboite le pas de la Big Ten, bientôt au tour de l’ACC ?

Sans aucune présidence forte en NCAA (ce qui est un véritable problème et mérite un débat à lui-seul), les conférences du Power Five dirigent leur bateau à leur propre convenance.

Plus que jamais, la pandémie active du COVID-19 aux Etats-Unis force les conférences à travailler main dans la main pour trouver une solution viable pour l’ensemble du football universitaire afin qu’une saison puisse se dérouler en 2020. Et c’est par ailleurs une situation valable pour tous les sports universitaires. Il suffit de regarder au jeu de dominos qui s’est produit en amont de la dernière March Madness, lors du mois de mars, avec l’annulation en cascade des tournois de conférence en basketball.

Attendez-vous à une suite identique en football au cours de l’été.

Au lendemain de l’annonce de la Big Ten, la conférence Pac-12 a confirmé la décision de supprimer les matchs hors-conférence et de se limiter aux matchs de conférence. Il existe tout de même une différence avec la conférence Big Ten : la “Conference of Champions” repousse le début des activités sportives de pré-saison, qui devaient commencer le 13 juillet selon le calendrier exceptionnel décidé par la NCAA.

Quelques minutes après l’annonce retentissante de la conférence Big Ten, la conférence ACC semblait se diriger dans la même direction et pencherait pour organiser un calendrier limité aux matchs de conférence. Mais, aucune information officielle n’a été communiquée à l’heure actuelle.

Cependant, il ne fait presque aucun doute que les autres conférences du Power Five (ACC, Big 12, Pac-12 et SEC) suivent le même chemin que la Big Ten.

Un calendrier restreint aux matchs de conférence permet de supprimer 3 à 4 matchs, soit autant d’événements à risque sur le plan sanitaire et de week-ends à recaser si la deuxième vague de la pandémie du COVID-19 frappe brutalement les Etats-Unis au cours de l’automne. Qui plus est, une décision identique à toutes les conférences permet de maintenir une équité sportive à tous les protagonistes du Power Five.

8 matchs de conférence en ACC et SEC.

9 matchs de conférence en Big 12, Big Ten et Pac-12.

Cependant, le commissionnaire de la conférence Big 12 Bob Bowlsby s’est pour l’instant positionné à l’encontre de la formation d’un programme intra-conférence et certains officiels de la conférence SEC n’ont pas hésité à communiquer leur frustration face à la décision “rapide” de la conférence Big Ten. L’objectif d’unité nationale en football vis-à-vis du COVID-19 n’est pas encore gagné.

Quoi qu’il en soit, on sait déjà que les rencontres hors-conférence des universités de Big Ten ont été annulées en 2020. Cette liste inclue les matchs suivants, qui mettent en opposition 2 équipes du Power Five.

  • Iowa – Iowa State
  • Maryland – West Virginia
  • Minnesota – BYU
  • Michigan – Washington
  • Michigan State – Miami
  • Michigan State – BYU
  • Ohio State – Oregon
  • Penn State – Virginia Tech
  • Purdue – Boston College
  • Rutgers – Syracuse
  • Wisconsin – Notre Dame

Avec la décision confirmée par la Pac-12, la liste des rencontres hors-conférence annulées entre équipes du Power Five s’allonge encore.

  • Arizona – Texas Tech
  • Arizona State – BYU
  • California – TCU
  • Colorado – Texas A&M
  • Oregon – North Dakota State (en bonus)
  • Oregon State – Oklahoma State
  • USC – Alabama
  • USC – Notre Dame
  • Stanford – Notre Dame
  • Stanford – BYU
  • Utah – BYU

Quel futur pour les universités indépendantes ?

Puisque le pouvoir semble revenir aux conférences (du Power Five), de nombreuses questions se posent pour les quelques universités indépendantes en FBS.

Si toutes les conférences décident de restreindre leur calendrier aux rencontres intra-conférence, des universités telles que Notre Dame, BYU ou UConn perdraient ainsi la quasi-totalité des matchs prévus en 2020. Elles établissent des contrats avec d’autres écoles pour remplir leur calendrier de 13 matchs de saison régulière, plutôt que de profiter d’un calendrier 8 ou 9 matchs annuels face aux mêmes équipes de leur conférence affiliée.

Malgré la situation précaire, le futur de Notre Dame devrait être assuré grâce à une alliance avec la conférence ACC (au sein de laquelle elle est une école membre dans tous les sports, sauf en football).

La situation est bien moins souriante pour BYU ou UConn, par contre.

Si la conférence Pac-12 suit la Big Ten, les Cougars ne pourront pas jouer face à Utah, Michigan State, Arizona State, Minnesota et Stanford (alors que Missouri pourrait aussi disparaitre si la conférence SEC élimine les matchs hors-conférence à son tour). Sans les universités du Power Five, il ne reste plus que 6 matchs au calendrier de BYU.

UConn est à peine mieux loti. Illinois, Virginia, Indiana, Ole Miss et North Carolina devraient très certainement annuler leur confrontation, ce qui laisserait les Huskies avec un calendrier de 7 matchs face à des équipes indépendantes ou affiliées au Group of Five.

Et l’équation devient encore plus compliquée pour les universités indépendantes si les conférences du Group of Five décident d’emboiter le pas des conférences majeures et de supprimer leurs rencontres hors-conférence.

Toutefois, il est peu probable qu’une telle décision soit prise. Celle-ci mènerait probablement à la mort, pure et simple, du Group of Five.

Une catastrophe pour le Group of Five

La suppression des matchs hors-conférence en Big Ten (et certainement dans les autres conférences du Power Five) est catastrophique pour le Group of Five. Et le mot est faible.

Les conférences American, C-USA, MAC, MWC et Sun Belt se reposent sur les 2 ou 3 rencontres annuelles face aux universités du Power Five afin de financer leur département athlétique. En quelques mots : tous les sports d’une université mineure sont financés par les “buy games” en football (et basketball). Cela se chiffre aisément en plusieurs millions de dollars, primordiaux pour combler les (faibles) revenus médiatiques et sportifs.

Sans ces matchs hors-conférence, des impacts immédiats ne font aucun doute. A commencer par la suppression de programmes mineurs et/ou olympiques.

La conférence MAC est (malheureusement) un bon exemple pour illustrer cette situation. Celle-ci a déjà été durement touchée par la pandémie du COVID-19 et le déficit de revenus encaissé depuis le printemps dernier. L’Université de Bowling Green se trouve au bord de la rupture sur le plan financier, et cela après que plusieurs programmes aient été supprimés.

Mais, concrètement, qu’implique l’annulation des matchs hors-conférence ?

Bowling Green devait affronter Ohio State et Illinois pour un chèque total de $2.2 millions. Cette somme est désormais un trou dans le budget des Falcons. Et pour combler un tel trou, il semble inévitable que de nouveaux programmes mineurs passent à la guillotine. De nouveaux athlètes, entraineurs et membres du staff se retrouveraient sur le carreau.

Chaque membre de la NCAA essaie de naviguer ces temps très compliqués dans les sports universitaires. Bien que nous sommes certainement déçus du fait que nos athlètes-étudiants ne puissent pas affronter des adversaires de la conférence Big Ten, nous comprenons que des décisions difficiles doivent être prises.

La décision de la conférence Big Ten est le sommet de l’iceberg.

10 conférences en FBS ont signé un accord pour le College Football Playoff avec la perspective que nous allions travailler ensemble pour le bien du football universitaire. Si nous devons résoudre ces challenges et protéger la santé et la sécurité de nos athlètes-étudiants, nous devons faire mieux et travailler ensemble.

se désole le Directeur Athlétique de Bowling Green, Bob Moosbrugger, dans un communiqué de presse.

Cela serait déjà une crise en tant que telle. Mais, pire encore, le statut d’université membre du FBS serait également en danger.

Pourquoi ? Bowling Green possède actuellement 17 programmes sportifs et il faut proposer un minimum de 16 programmes afin d’entrer en compétition en FBS. Si la NCAA n’actualise pas cette règle (ce que je doute), les Falcons pourraient bien être obligés de redescendre d’un échelon en FCS.

Une telle catastrophe n’est pas isolée dans le Group of Five.

La quasi-totalité des universités fonctionne à perte et se repose sur des aides de leur conférence, de la NCAA et de l’Etat fédéral pour compenser les coûts de fonctionnement de leurs programmes sportifs. Si les conférences du Power Five prennent une décision identique en basketball, cela pourrait amener à des conséquences dévastatrices pour les universités du Group of Five.

Peut-on parler de fermeture de département athlétique ou, même, d’université ? A l’heure actuelle, non. Mais la discussion est ouverte.

Plus de lecture ?
Micah Parsons LB Penn State Nittany Lions Cotton Bowl vs Memphis 2019
“CFB Preview” : pour Penn State, les promesses sont aussi élevées que les objectifs