Du statu quo pour le College Football Playoff à la honte de Iowa State-Baylor.

A trois semaines de la fin de la saison régulière, la Week 11 pouvait faire office de carrefour crucial pour le sort de nombreux programmes en vue de l’après-saison. Elle l’a effectivement été, mais dans des proportions limitées.

Des gagnants et des perdants ressortent évidemment de cette semaine de compétition, avec des objectifs opposés. Certains visent le College Football Playoff (ou un Bol majeur du Nouvel An, a minima) tandis que d’autres s’enfoncent petit à petit dans la honte.

Découvrez nos 5 gagnants et nos 5 perdants de cette Week 11 :

 

Les gagnants de la Week 11 :

 

1. Aucun concurrent pour une qualification au College Football Playoff n’a trébuché cette semaine.

Aucune équipe classée dans le Top-10 du classement du College Football Playoff n’a perdu ce week-end, une première pour une Week 11 ou plus tard depuis 2009, d’après ESPN. Le paysage en vue des Playoffs ne bouge pas d’un iota et un tel statu quo repousse logiquement les échéances décisives aux deux dernières semaines de la saison régulière.

Bien la majorité des prétendants au dernier carré n’ont pas connu de véritables soucis, deux équipes ont tout de même eu chaud aux fesses ce samedi.

Oklahoma sort des “Bedlam Series” avec une victoire étriquée (48-47), acquise dans les toutes dernières secondes avec une conversion à 2-points manquée par Oklahoma State. Cependant, les performances défensives des Sooners n’offrent toujours pas de garantie : ils ont autorisé 47 points et 640 yards à leurs rivaux (bien que marquant 48 points et 702 yards de leur côté). Les hommes de Lincoln Riley s’en sortent, mais avec deux potentielles confrontations contre West Virginia dans les trois prochaines semaines, il existe une réelle probabilité de subir une seconde défaite de la saison.

Le score ne reflète pas nécessairement la physionomie du match (26-6), mais, Ohio State a connu de grandes difficultés à se défaire de Michigan State. Les Buckeyes se sont reposés sur une rencontre exceptionnelle de leur punter avant de faire la différence dans le quatrième quart-temps, inscrivant 17 points, grâce à un humble recouvert en touchdown par le défense et une course de Mike Weber.

Malgré ces difficultés, le jeu d’attente pour le College Football Playoff continue.

 

2. Northwestern remporte le premier titre de division Big Ten West de son histoire.

Northwestern s’envole pour la finale de conférence à Indianapolis pour la première fois de son histoire.

Les Wildcats remportent leur premier titre de division Big Ten West grâce à leur victoire (14-10) sur le terrain de Iowa et grâce aux revers de Wisconsin et Purdue, au même moment. Il est difficile de se rappeler qu’ils ont débuté la saison avec des défaites contre Akron (!) et Purdue, mais la magie de Pat Fitzgerald a fonctionné pour le reste de l’année.

Cette victoire chez les Hawkeyes ressemble à la plupart des victoires de la saison : Northwestern a été mené, Northwestern a empilé moins de yards, Northwestern n’a même pas marqué de point avant la mi-temps, mais Northwestern a tout de même gagné.

Les notes de style ne sont pas élevées, ceci dit, les Wildcats s’imposent sur une superbe réception de Ben Skowronek qui appartient désormais à l’éternité.

Cerise sur le gâteau : à la fin de la partie, Pat Fitzgerald a regroupé tout son effectif au milieu du terrain pour leur annoncer qu’il avait remporté la division Big Ten West. Et cela n’a pas de prix.

 

3. Ohio State n’aurait jamais gagné à Michigan State sans son punter, Drew Chrisman.

Rendons à César ce qui appartient à César. Ohio State ne sort jamais indemne d’un déplacement sur le campus de Michigan State sans la performance historique de son punter, Drew Chrisman.

Les équipes spéciales ont souvent coûté ou ramené des victoires aux équipes de Urban Meyer ; elles ont cette fois-ci sauvé les Buckeyes d’un possible trépas à East Lansing. Au cours d’une rencontre où les deux opposants ont combiné 17 punts et deux défenses acharnées, la position sur le terrain était l’élément crucial pour s’en sortir avec un succès.

Drew Chrisman a fait en sorte que les Spartans ne quittent jamais leur partie de terrain.

Si le fond de jeu des rivaux n’était pas sensationnel (euphémisme), la performance du punter de Ohio State est tout simplement remarquable. Au retour de la pause, Ohio State a déposé le ballon devant l’en-but de Michigan lors de cinq séries consécutives :

  • Un premier punt déposé à 5 yards de la ligne des Spartans.
  • Un second punt déposé à 6 yards de la ligne des Spartans.
  • Un troisième punt déposé à 3 yards de la ligne des Spartans.
  • Un quatrième punt déposé à 1 yard de la ligne des Spartans.
  • Et un cinquième punt déposé à 2 yards de la ligne des Spartans.

La barrage de Michigan finit petit à petit par se craqueler avant d’exploser, offrant un safety puis un touchdown sur une erreur de transmission lors d’un snap à Ohio State.

 

4. Pittsburgh (!) n’est plus qu’à un succès d’un titre de division ACC Coastal.

Croyez-le ou non, Pittsburgh s’apprête à voyager à Charlotte pour affronter Clemson en finale de conférence ACC. On ne sait pas réellement comment cela s’est déroulé, et pourtant, ceci est bien une réalité.

Après un début de saison misérable avec un record de 2-3, avec de lourdes défaites contre Penn State et UCF, les Panthers n’ont perdu qu’un seul match contre Notre Dame (de seulement 5 points) et ont obtenu 4 succès face à des concurrents de l’ACC. Ce week-end, ils ont littéralement roulé sur Virginia Tech (52-22) et se sont rapprochés d’un titre de division Coastal inespéré.

Comment ont-ils fait ? C’est simple : Pittsburgh a arrêté de passer.

Face aux Hokies, Qadree Ollison a couru pour 235 yards et 3 TDs tandis que Darrin Hall a ajouté 186 yards et un TD en seulement 7 portées. Les 654 yards offensifs postés lors de cette rencontre est par ailleurs un record de l’université.

Le jeu au sol des Panthers s’est envolé au mois d’octobre, avec une moyenne de 288.3 yards par match, avant de se transformer en une train lancé à pleine vitesse en novembre, avec une moyenne de 373 yards par match.

Vous souvenez-vous qu’en 2016, Pittsburgh a battu Clemson dans la “Death Valley” ? Les Tigers doivent s’en souvenir, aussi.

 

5. Deux ans après son retour à la compétition, UAB obtient son premier titre toute compétition confondue !

UAB n’avait jamais remporté de titre, quel qu’il soit, depuis sa montée en FBS à la fin des années 90. C’est désormais chose faite, moins de deux saisons après la ré-ouverture du programme de football.

Bill Clark réalise un boulot sensationnel avec les Blazers, qui se promènent dans la Conference-USA. La division C-USA West est d’ores et déjà en leur possession grâce à une victoire (26-23 en OT) face à Southern Miss ce samedi. La défense était intraitable face aux Eagles, comme depuis le début de saison, contenant son adversaire à 29 yards offensifs à la mi-temps et 5 yards à la course en fin de match.

UAB grimpe ainsi à un record de 9-1 (7-0 en conférence) et n’est plus qu’à un succès d’une saison à 10 victoires. Rien ne semble impossible à Birmingham.

 

Les perdants de la Week 11 :

 

1. Mike Gundy tombe à 2-12 face à Oklahoma… à cause d’une conversion à 2-pts manquée.

Mike Gundy a certainement été inspiré par Dana Holgorsen, qui a appelé une conversion à 2-point victorieuse la semaine dernière contre Texas. Sauf que l’issue ne sourit pas à Oklahoma State.

Au terme d’un Bedlam dantesque, où les défenses étaient en option, les Cowboys ont largement fait jeu égal avec leurs rivaux historiques, possédant même un avantage en début de seconde mi-temps. Mais ils n’ont pas réussi à tuer le match quand il le fallait et Mike Gundy subit une 12 défaites en 14 matchs (!) contre Oklahoma.

Et Oklahoma State peut clairement se mordre les doigts.

Au début du dernier quart-temps, Chubba Hubbard égalise la rencontre avec un touchdown au sol sur une énième série à plus de 75 yards. Les “Pokes” peuvent alors prendre les devants d’un point avec la transformation ; mais celle-ci est manquée par Matt Ammendola et les deux équipes demeurent à égalité (41-41).

Si cette transformation est réussie, Oklahoma State n’a pas besoin de tenter le tout pour le tout afin d’obtenir un succès dans les ultimes secondes (bien qu’une autre faute peut être imputée à Taylor Cornelius, qui rate sa passe sur la conversion à 2-point) et le dernier touchdown de Tylan Wallace devient le touchdown de la victoire.

Mais Oklahoma s’en sort avec une victoire et Mike Gundy rentre à la maison avec une nouvelle défaite contre les Sooners.

 

2. Fresno State abandonne ses espoirs de Bowl de Nouvel An dans l’Idaho.

Deux équipes du Group of Five étaient classées dans le Top-25 du College Football Playoff à l’aube de la Week 11 : #12 UCF et #23 Fresno State. Malheureusement, ces derniers se sont inclinés à Boise State et peuvent dire au revoir à leurs envies de Bowl du Nouvel An.

Utah State demeure le seul espoir de la Mountain West pour voler la place qualification du Group of Five pour un Bol majeur à la conférence AAC (enfin, surtout à UCF). Et les Aggies doivent encore affronter Boise State et probablement les Bulldogs, si les deux équipes remportent leur division respective.

Cela n’enlève en rien au fait que les hommes de Jeff Tedford réalise une excellente saison et peuvent être considérées comme la meilleure équipe issue de l’Etat de Californie cette saison.

 

3. USC vit une saison désastreuse ; la dernière pour Clay Helton ?

California s’est imposé face à USC (15-14), au Coliseum de Los Angeles. Oui, vous avez bien lu, les Trojans se sont inclinés à domicile contre les Golden Bears.

Tout d’abord, l’équipe de Justin Wilcox casse une série de 14 victoires consécutives de USC et remporte une première victoire contre les Angelinos depuis 2003 (et depuis 2000 au Coliseum). Ceci est une victoire historique pour les Golden Bears mais la véritable indication de cette rencontre est la défaite des Trojans (qui menaient 14-0 à la mi-temps).

Aujourd’hui à 5-5, avec deux matchs de rivalité contre UCLA et Notre Dame, Clay Helton se retrouve dans une position très inconfortable moins d’une saison après le premier titre de conférence Pac-12 des Trojans et la première saison à 11 victoires depuis Pete Carroll. Mais bien plus que le bilan comptable, les performances sportives inquiètent avec une attaque inepte, bien qu’elle soit menée par une majorité de freshmen, et une défense aussi inconstante qu’indisciplinée.

Clay Helton a perdu deux matchs consécutifs au Coliseum, après ne s’être jamais incliné à la maison, et s’il ne remporte pas les deux matchs restants contre les Bruins et le Fighting Irish, ne soyez pas surpris que Lynn Swann décide de se séparer de lui.

 

4. Deuxième défaite de suite pour Kentucky, qui voit s’éloigner un Bowl majeur en fin de saison.

On se souviendra quoi qu’il arrive de cette saison historique pour Kentucky, qui, avec une victoire contre Georgia, pouvait empocher la division SEC East. Mais les Wildcats font tout pour qu’on oublie leurs excellentes performances de début de saison.

Les hommes de Mark Stoops ont sombré à Tennessee face à une grande défense contre la course des Volunteers (7-24) et empochent une troisième défaite en conférence SEC (et sur la saison). Avec deux revers et un classement proche du Top-10, les Wildcats pouvaient espérer se qualifier pour un Bowl majeur de fin de saison ; cela semble désormais mission impossible.

Qui est prêt pour un Gator Bowl ou un Music City Bowl ?

 

5. Les deux équipes de Iowa State et Baylor, qui se sont battues sur le terrain.

Ce qui s’est passé lors du match entre Iowa State et Baylor est indigne.

Les deux équipes n’ont cessé d’échanger des coups vicieux et des altercations au cours de la rencontre, culminant avec le defensive end de Baylor, Greg Roberts, passant par-dessus un arbitre pour engager une bagarre de rue face au running back de Iowa State, David Montgomery. Cette rixe générale a notamment été lancé par le receveur des Cyclones, Hakeem Butler, qui s’est énervé conte un défenseur des Bears.

Tous les joueurs des deux équipes ont reçu une pénalité pour conduite anti-sportive et Greg Roberts ainsi que David Montgomery ont été renvoyé de la partie.

Mais les événements ne se sont pas arrêtés là : le quarterback de Baylor, Charlie Brewer, a lui-aussi écopé d’une expulsion en recevant une deuxième pénalité pour conduite anti-sportive plus tard dans le match, alors qu’il protestait avec les arbitres contre une non-pénalité.

 

Les “bonus” de la Week 11 :

 

La surprise de la semaine :

Minnesota 41, Purdue 10. Cette victoire des Gophers, au terme d’une performance défensive impressionnante (233 yards autorisés à Purdue et 0/12 sur 3rd down), est d’autant plus surprenante que P.J. Fleck a renvoyé son coordinateur défensif au cours de la semaine, à la suite d’une lourde défaite contre Illinois.

 

La “bromance” de la semaine :

Revenez vers moi quand vous trouverez une relation d’amour plus forte qu’entre le quarterback de Washington State, Gardner Minshew, et son head coach, Mike Leach.

 

La danse de la semaine :

Duke a battu North Carolina (42-35) et pour fêter cette victoire, le head coach des Blue Devils, David Cutcliffe, a dansé et chanté du James Brown dans les couloirs du stade. Qui avait dit qu’il est plutôt austère ?

 

L’action manquée de la semaine :

Un commentaire est-il vraiment nécessaire sur cette action complètement manquée (mais légale) par Arkansas ? On préfère vous laisser juge.

 

Le flashback de la semaine :

En 2008, Michael Crabtree avait réalisé une réception phénoménale face à Texas pour offrir une victoire rentrée dans la légende de Texas Tech. 10 ans plus tard, Lil’Jordan Humphrey donne la victoire aux Longhorns avec une réception de touchdown salvatrice dans les dernières secondes face aux Red Raiders.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les deux actions sont d’une ressemblance troublante.

 

La performance inutile de la semaine :

Direction la FCS.

Davidson a subi une défaite contre San Diego (52-56) d’autant plus frustrante que les Wildcats ont couru pour 789 yards (!) et une moyenne de 10.8 yards par portée (!), dépassant le total de yards de San Diego de plus de 200 unités (852 contre 625).

 

L’abnégation de la semaine :

Avant chaque rencontre à domicile d’Oklahoma, l’emblématique “Sooner Schooner” traverse le terrain pour lancer les hostilités. Mais tout ne s’est pas passé comme prévu cette semaine pour la charrette des Sooners.

Ceci dit, on ne peut que souligner la force des abdominaux du porteur du drapeau de l’université.